Tag Archive for Jack London

Jack London, l’aventure d’une écriture

Romans, récits et nouvelles,de Jack London. édition établie par Philippe Jaworski. Gallimard, « La Pléiade », deux volumes, Vol. I, 1536 pages, Vol. II, 1616 pages, 55 euros le volume.

Une certaine atmosphère de fascination saisit le lecteur de Jack London. Les histoires du Grand Nord emportent le lecteur par exemple, avec une particulière force et vivacité. Comment expliquer cette impression ?
Philippe Jaworski. Cette partie de l’oeuvre illustre bien, en effet, un certain nombre de caractéristiques fondamentales de son imaginaire. En quoi cela peut-il nous toucher ? Peut-être pour deux raisons. Il y en a sûrement d’autres mais j’en retiens deux. L’un des grands thèmes de London, l’un de ceux où il donne le meilleur de lui-même, ce sont les situations d’affrontement. London est le romancier de l’affrontement. Une très grande partie de sa production, tous genres confondus (romans, récits et nouvelles), tourne autour de la mise en scène d’une relation d’affrontement entre deux forces. C’est l’homme contre la nature.
L’homme contre l’homme. C’est l’homme contre l’animal.
L’animal contre l’animal.

Lire Plus =>

Jack London, vagabond des étoiles

— Par Jérôme Skalski —

Cent ans après sa disparition, le romancier américain entre à la « Bibliothèque de la Pléiade ». Une consécration pour l’écrivain prolétaire, le journaliste et l’aventurier devenu l’un des auteurs les plus populaires de l’histoire de la littérature.

L’enfance de Jack London se déroule autour de la baie de San Francisco, sous le soleil d’une Californie, qui, dans ces parages, est tempérée par les avalanches et les vagues de brume de l’océan Pacifique. Sa mère, Flora Wellman, abandonnée par le géniteur du futur écrivain, se marie après sa naissance avec John London, un vétéran de la guerre de Sécession. Jack prendra son nom et son surnom, mais ne connaîtra la vérité sur son ascendance véritable qu’à l’âge de vingt ans. Fermier, ouvrier, petit commerçant ou employé, John London entraîne sa famille de part et d’autre de la baie dans ses pérégrination à la recherche d’un travail souvent précaire, avant de s’installer à Oakland, où Jack découvre la bibliothèque publique de la ville et fait la connaissance d’Ina Coolbrith, bibliothécaire et poétesse, qui le guidera dans sa frénésie de lecture et dans sa vocation naissante.

Lire Plus =>