Tag Archive for Gente de bien

Gente de bien

A voir en VO le 22 avril à Madiana

gente_de_bien-400— Par Myriam Barthélémy —
On sort du cinéma très ému par la fin de ce film qui nous trame la relation d’un jeune garçon Eric et de son père Gabriel tous deux issus d’un milieu humble de la société colombienne.

Après la séparation avec sa mère le jeune Eric , accompagné de sa chienne « Lupe », se voit contraint de partager le quotidien d’un père qu’il ne connaît guère pour ne pas dire qu’il ne connaît pas. D’ailleurs, assez rapidement Franco Lolli , le réalisateur, amène son spectateur à partager les relations qui s’établissent entre les trois protagonistes le trio fils/père et chienne « Lupe », qui ne semblent reliées que par l’affection portée autour de cette chienne.
Cet homme d’une quarantaine d’années aux traits marqués ressemble davantage à un marginal dépressif et tourmenté qu’à un homme réellement inséré dans la société.
Le film nous montre très vite que l’activité professionnelle du père (Gabriel) se limite à poncer de vieux meubles pour des gens « riches » ou du moins ayant un niveau socioéconomique bien supérieur au sien !

Lire Plus =>

« Gente de bien »: une recherche du père sur plusieurs tableaux

— Par Dominique Widemann —

gente_de_bienGente de bien, de Franco Lolli. Colombie, France, 1 h 27. Ce premier long métrage d’un cinéaste colombien qui vit en France retrace le chemin difficile des relations 
entre père et fils, entre réalisme et conte moral.

La séquence initiale de Gente de bien renseigne beaucoup en en faisant peu. À un ­carrefour de Bogota, une femme confie son fils d’une dizaine d’années au père de celui-ci. On comprend que le couple est séparé par la méconnaissance palpable que père et fils ont l’un de l’autre. La situation sociale qui, en Colombie, contraint de nombreuses femmes pauvres à s’exiler pour travailler en laissant leurs enfants derrière elles demeurera en filigrane d’un dessin bien plus vaste de relations humaines. Gabriel, le père du petit Éric (Carlos Fernando Perez et Brayan Santamaria), n’est guère mieux loti. Menuisier toujours en quête d’ouvrage, il doit partager avec son fils l’espace exigu qu’il occupe dans une location minable. Faire place à cet enfant, qui lui-même ne s’en voit pas, n’est pas affaire d’étagères. La finesse du traitement réaliste de Franco Lolli réfutera tout au long du film un misérabilisme aux aguets dans toutes sortes de décors et ­situations auxquels seront confrontés ses personnages.

Lire Plus =>