Tag Archive for Féderica Matta

« Le voyage des imaginaires » à l’Habitation Saint-Etienne,

Dimanche 12 mars 2017

HSE vous invite à une journée exceptionnelle :
10 h 00-11 h 00 : Visite commentée de l’exposition Federica Matta, « LE VOYAGE DES IMAGINAIRES » en hommage à Edouard Glissant, par Joanna Chevenne, médiatrice culturelle.
11 h 00-12 h 00 : Visite commentée des jardins de l’Habitation par Nicolas Pierrel, enseignant en travaux paysagers au Lycée professionnel agricole du Robert, pour vous faire découvrir les richesses botaniques de ce site magnifique, labélisé «Jardin remarquable».

Lire de Christian Antourel  : Federica Matta. Le voyage des imaginaires : seule la route connaît le chemin

14 h 00-15 h 00 : 2ème visite commentée de l’exposition Federica Matta, « LE VOYAGE DES IMAGINAIRES »
15 h 00-16 h 00 : 2ème visite commentée des jardins de l’Habitation
INFOS PRATIQUES :
Habitation Saint-Etienne – 97213 Gros Morne
Tous les jours de 9h00 à 17h00
Entrée gratuite – parking
Renseignements au 0596 57 49 30 / 0596 57 49 32
contact@rhumhse.com – www.rhumhse.com

Lire Plus =>

Federica Matta. Le voyage des imaginaires : seule la route connaît le chemin

— Par Christian Antourel —

Pour cette exposition, la première en Martinique, l’artiste nous invite à un parcours poétique, fruit de sa rencontre avec l’Habitation Saint-Etienne.

Chaque œuvre est un délice. Et nous voyons la grande nécessite du travail de Federica Matta en cette période fascinée par tout ce qui brille. Son art au contraire, retient sa propre lumière. Tout en intériorité, il s’accommode à merveille des jeux géométriques de l’architecture de l’Habitation.et « substitue à l’opacité des murs d’impalpables irisations, de surnaturelles apparitions multicolores, où des légendes (sont) dépeintes comme dans un vitrail vacillant et momentané » Projetés pêle-mêle : sa Sirène multiple se promène dans l’exposition et sur la bouteille « cette cuvée des imaginaires» Ainsi donc , cette répétition voulue par l’artiste devient un symbole dont le signifié nous oblige à nous interroger sur cette ritualisation de l’objet et de son acceptation comme symbole. Les oiseaux aussi scandent les œuvres de Federica Matta, oiseaux préhistoriques ou futuristes ils semblent indispensables et s’envolent pourtant. « Les mémoires des esclaves se sont déclinées pour moi en mille images, comme des éclats de lumière d’un miroir brisé que je ne cesse d’essayer de recomposer. »

Lire Plus =>