Étiquette : Edmond Mondésir

“La nuit des idées”

Jeudi 28 janvier 2021 à partir de 18h, Villa Chanteclerc, Fort-de-France

Volens nolens… Qu’on le veuille ou non… Cette expression latine, composée des deux participes présents « volens » (voulant) et « nolens » (ne voulant pas), était employée dans la Rome antique pour qualifier la fatalité : quoi que l’on dise ou fasse, si une chose devait arriver, elle arrivait. Sa signification traverse les siècles, et notre temps veut que l’on utilise cette formule pour désigner les choses sur lesquelles on ne peut influer et celles que l’on doit subir.

Voir le programme ci-dessous

Une autre expression latine, mutatis mutandis (signifiant « ce qui devait être changé ayant été changé, une fois effectuées les modifications nécessaires, en écartant les différences pour rendre une comparaison possible »), indique que les situations sont similaires et que l’on ne pourra s’écarter consciemment ou inconsciemment de comportements similaires, dorénavant dans les rapports sociaux.

C’est peut-être à cela que font allusion les organisateurs de cette 6e édition de la Nuit des Idées, évènement national et international du Ministère français des Affaires étrangères, dédié au partage des idées et de la pensée, en choisissant cette année la thématique de « PROCHES », écrit au pluriel, en relation avec la crise de ce satané coronavirus.

→   Lire Plus

Rencontre littéraire avec Edmond Mondésir autour du “Gai savoir” de Nietzsche

Dimanche 30 août 2020 de 11 h à 16 h à Basse-Pointe.

Au centre Culturel Antoine Tangamen, ancienne habitation Gradis : première présentation au public de l’ouvrage d’Edmond MONDÉSIR,

Ombres et lumières de la pensée moderne / Vérité et illusion du Gai Savoir de NIETZSCHE

avec la participation de l’auteur et des premiers lecteurs :

Joël DONGUÉ, professeur de philosophie,
Suzanne DRACIUS, romancière, poète, dramaturge, directrice de la collection Campus chez Idem éditions.

Débat et échanges à partir de 11 h jusqu’à 16 h.

(Entrée libre et gratuite.)

Notre époque est particulièrement marquée par le progrès des sciences et des techniques, pourtant elle est toujours traversée par une extrême diversité de pensées qui cherchent, au-delà des rapports utilitaires que nous avons avec les choses, des réponses sur le sens de notre existence. Qu’il s’agisse des idéologies sociales, environnementales ou politiques, qu’il s’agisse des formes de spiritualité occidentales, orientales, traditionalistes ou humanistes c’est la même préoccupation que nous retrouvons. C’est en ce sens qu’on pourrait sans grand risque les qualifier de préoccupations métaphysiques. Or précisément, toute la réflexion philosophique de Nietzsche a été élaborée autour du projet de déconstruction de la métaphysique, qu’il a mis en œuvre, sous des formes originales, dans ses écrits.

→   Lire Plus

“Moman Mizik Bèlé” : affaire à suivre

— Par Roland Sabra —

C’est le bon moment. Cent cinquante ans et à peine plus et n’étant jamais parti le voilà de retour sous une forme qui creuse son sillon fécond celui d’une autonomie en gestation dans son expression purement musicale. Fils de l’abolition de l’esclavage, mot fourre-tout dans sa formulation générique il recouvre et la danse, et la musique, et l’instrument, et le moment ou il s’exprime, et l’ensemble des valeurs de résistance, de partage, d’entre-aide, de solidarité qu’il charroie sur les terres qui l’on vu naître et sur d’autres.

Edmond Mondésir fait le choix de mettre en valeur sa dimension instrumentale, sans la chorégraphie et sans le chant qui habituellement mène la musique. Au dialogue entre danseurs et tambouyé il substitue un « trilogue » entre le tambour, la basse et la guitare, sur fond indispensable de tibwa auquel le bèlé, puisque c’est de lui dont on parle, doit l’essentiel de sa rythmique. Quant à la ligne mélodique elle est souvent soulignée par le talon pied du tambouyé qui par un frappé-frotté modifie la sonorité du tambour.

L’originalité du travail d’Edmond Mondésir à la basse, de Léon Bertide à la guitare, des trois tambouyés et des deux bwatés dont ils s’entourent permet de faire entendre clairement la musique tambourinaire alors que très souvent l’attention est attirée si ce n’est accaparée par la danse avec toute la richesse de la symbolique culturelle, sociale et politique dont elle est chargée.

→   Lire Plus

Soirée mi-figue, mi-raisin au Martinique Jazz Festival 2012

— par Roland Sabra —

_Le 29 novembre le Martinique Jazz Festival programmait en première partie « Bélénou » de Edmond Mondésir et Chengetai en deuxième partie. « Bélénou » que nous n’avions pas vu sur une scène du CMAC-Atrium depuis dix-huit mois confirme tout le bien que nous disions déjà de lui. Intelligence d’un dialogue permanent entre l’ hier et l’aujourd’hui de la Martinique tant sur le plan des textes que sur celui des sonorités musicales. Mais ce n’est pas tout ! Il y a aussi la valorisation d’une transmission de génération à génération, sans qu’il s’agisse d’une reprise à l’identique de ce qui a été légué. Non il y a appropriation de valeurs qui du fait de leur passage se trouvent transformées tout en étant fidèles à ce qu’elles étaient. L’art d’une trahison fidèle. Qu’Edmond Mondésir ait invité sur scène Félix Casérus en est l’illustration la plus forte. Le tableau concrétisait ce qui semble être l’essentiel de son propos être trait d’union entre la génération qui pousse aux portes des compositions et celle qui leur a données si ce n’est naissance, au moins la célébrité qui leur sied.

→   Lire Plus

Belle soirée de Bélènou au CMAC-Atrium

–__-

Trente ans plus tard le groupe Bélénou créé en 1980 par Edmond Mondésir et Léon Bertide est en train de réussir son pari. Le Bélé instrumental que développe le groupe, le renouveau des mélodies et des textes inscrits au cœur de la réalité caribéenne que l’on a pu découvrir le jeudi 12 mai au CMAC en témoignent, ainsi que les reconnaissances  internationales qui commencent auréoler Bélénou. Le 24 mars dernier Olivier Morel Maroger directeur délégué de France Musique décernait à Edmond Mondésir le Prix France Musique du Monde lors de l’ouverture du Forum Babel Med à Marseille. Ce forum international participe aux rencontres professionnelles de la World Music connues sous le nom de Dock du Sud. La grande intelligence créatrice du groupe se manifeste par une alliance, un dialogue permanent entre l’hier et l’aujourd’hui, on serait même tenté de dire, compte tenue de la formation universitaire de philosophe d’Edmond Mondésir une dialectique vivante et enrichissante. Comme quoi on peut être ( ou avoir été) marxiste et musicien! Défenseur d”une authenticité qui s’enracine dans les luttes contre l’esclavage, puis dans les luttes ouvrières et paysannes il développe donc des formes instrumentales, mélodiques et harmoniques nouvelles  avec des emprunts venus du blues, du jazz etc.

→   Lire Plus

Le tambour dans la peau

Une voix, du rythme et beaucoup d’énergie : les ingrédients du bèlè sont simples. Longtemps méprisée, cette musique héritée des esclaves martiniquais reprend vie. Enfin.

Avec son tambour, il fait corps, il le chevauche, un pied à l’air, l’autre chaussé de cuir. Ce talon nu est ­essentiel à son jeu. Il glisse sur la peau de chèvre tendue pour en moduler les sonorités, tandis que les mains tambourinent frénétiquement. Par sa frappe précise, en rafales subites, en syncopes acrobatiques, Félix ­Casérus, 74 ans, un petit air de Paul Meurisse mâtiné de Cary Grant, ­dirige le pas des danseurs qui tournoient et sautillent, jambes écartées, buste en avant. Le bèlè (le « bel air »), revigorant chant au tambour martiniquais hérité du temps de l’esclavage, allie la jubilation des rythmes à la mélancolie des voix éraillées. Une musique qui soigne les plaies de l’âme et donne de l’énergie.

→   Lire Plus