Tag Archive for Diable d’homme

Courtes Lignes est de retour

— Par Selim Lander —

Diable d'hommeCourtes Lignes est de retour en Martinique, comme chaque année à la même époque. Régulièrement invitée dans le cadre du festival du théâtre amateur, cette compagnie guadeloupéenne remplit régulièrement le Théâtre municipal pendant cinq représentations, une performance qu’aucune des autres compagnies amateurs se produisant pendant le festival ne saurait – jusqu’à preuve du contraire – reproduire. Ce succès a évidemment son explication : une notoriété qui s’est bâtie au fil des années et ne cesse – visiblement – de croître ; la qualité de l’interprétation, parfois excellente et toujours au moins honnête, alors qu’elle peut être catastrophique chez certaines autres troupes ; enfin un répertoire, celui du théâtre de boulevard, à peu près complètement délaissé en Martinique. Or, s’il faut en croire la fréquentation des théâtres parisiens privés (ceux qui sont capables de gagner assez d’argent pour rémunérer correctement les auteurs, comédiens, techniciens, etc. sans faire appel à des subventions), le vrai théâtre populaire (celui qui correspond aux attentes des amateurs), c’est peut-être celui-là. Evidemment cela se discute, car ces amateurs-là ne sont pas le peuple au sens restrictif, celui par exemple de la formule senatus populusque romanus ou de La Bruyère (« il y a le peuple qui est opposé aux grands, c’est la populace et la multitude »).

Lire Plus =>

« Diable d’homme ». Boite à malice

Au T.A.C. les 28/29/30 mai 2015 à 19h 30

diable_d_homme— Par Christian Antourel —

Attention aux idées reçues ! Qui dit amateur ne dit pas obligatoirement médiocre, et les spectacles présentés cette année à cette 9ème Rencontre de Théâtre Amateur, le prouvent une fois encore.

Une directrice énergique, de jolies jeunes femmes qui papotent, une secrétaire qui radote. Quoi de plus normal dans cette agence d’intérim si ce n’était le Diable qui se glissant dans la peau d’un homme d’affaires respectable, aidé de pouvoirs surnaturels et de la complicité d’un suppôt ne venait y semer un vent de désordres en manipulant ces femmes comme des marionnettes. Nous voici transporté par ce conte moderne au fait d’une pure comédie ou le surnaturel fait la nique à la magie ambiante. La pièce débordante d’humours et de tendresse rebondit de circonstances autant causasses qu’inquiétantes et où le Mal le dispute au Bien. Il s’agit pour Satan de faire commettre à ces femmes d’improbables péchés. Nous pourrons nous rincer l’œil et l’âme tout en nous abreuvant les neurones.

Lire Plus =>