“Sans signe particulier”, un film de Fernanda Valadez

Avec Mercedes Hernández, David Illescas, Juan Jesús Varela
Titre original Sin Señas Particulares
Prochainement / 1h 35min / Drame

Synopsis :
Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
Magdalena entreprend une traversée du Mexique à la recherche de son fils, disparu lors de son trajet vers la frontière. Durant son parcours, Magdalena fait la connaissance de Miguel, un jeune homme qui vient d’être expulsé des États-Unis. C’est ainsi qu’ils s’accompagnent : Magdalena à la recherche de son fils, Miguel attendant de retrouver sa mère, dans un territoire incertain où déambulent ensemble victimes et bourreaux.

La Presse en parle :
Sens Critique par 6nezfil
un film brutal et parfois à la limite du supportable mais déploie une telle compassion qu’il n’est jamais complaisant dans sa férocité. Mieux, la réalisatrice aménage de nombreux temps de pause où ses images magnifient la splendeur de la nature, comme antidote à la sauvagerie des hommes. Elle trace aussi la voie de la solidarité, souvent féminine, seule lueur d’espoir dans un univers bestial que la société n’a pas les moyens, ni semble t-il la volonté, d’essayer de corriger. Face à l’impunité des crimes commis, ne restent que le courage et la ténacité de simples individus, confrontés à l’inertie collective. Le constat est terrible mais il est aussi, à sa manière, porteur d’un semblant lumière quant à la nature humaine.

Cineman par Théo Métais
De passage à Sundance où il remporte le Prix du Public, et à Zurich où il décroche de Golden Eye du meilleur film international, Fernanda Valadez signe un premier film d’une sagesse et d’une maturité rare. Sans signe particulier dévoile un conte assourdissant alors qu’une mère s’en va sur les routes du Mexique à la recherche de son fils disparu…
Un road-movie lyrique, poétique et mystique inspiré par Walkabout de Nicolas Roeg, Sans signe particulier est ce conte tragique de l’horreur sur les routes du Mexique. Une narration lente et une caméra qui balaye les paysages et la désolation environnante. Un périple qui embarque sa protagoniste (formidablement campée par l’actrice Mercedes Hernández) dans l’estuaire des cartels à la frontière avec les États-Unis. Jesús (Juan Jesús Varela) est pris au piège d’un panier de crabes rouges comme le diable. La quête de cette mère est rendue avec noblesse, entre les lignes, la réalité assassine de ces enfants soldats pris dans les mailles des gangs. Notons aussi que pour cette fable magnifique, Fernanda Valadez s’est entourée d’une équipe presque exclusivement féminine. Un premier long-métrage à couper le souffle!

Cinéverse
Sous la forme d’un road-movie déroutant, Sans signe particulier livre une véritable réflexion sur la situation des migrants en Amérique Centrale. Quittant leur foyer en quête d’une vie meilleure, ces hommes, femmes et enfants, croisent souvent le chemin de la mort avant celui de la liberté. Dans un pays où les anciennes victimes se changent en bourreaux pour tenter de survivre, Fernanda Valadez interroge aussi bien le spectateur que ses personnages sur la nature humaine.