« Pou an wi ou pou an non »: un spectacle à oublier

Sarraute : auteure comique ?

— Par Roland Sabra —

On peut tout faire dire à un texte. On peut même le trahir, sans l’avoir voulu, contraint par les circonstances dans lesquelles on a opéré. C’est sans doute ce qui est arrivé à Patrick Le Mauff, homme de théâtre, s’il en est, il a, entre autres, dirigé le Festival des francophonies de Limoges de 2000 à 2005, quand il a voulu monter   Pour un oui ou pour un non  en Martinique, en créole, avec des comédiens locaux. Le soi-disant obstacle de la langue n’en n’était pas un. Il a déjà monté la pièce , il y a une dizaine d’années en hongrois, une langue d’origine finno-ougrienne, ouralienne, assez éloignée des langues indo-européenne. Non, la difficulté était ailleurs.

Le texte est la dernière pièce de Nathalie Sarraute ( lire le bel article de Janine Bailly sur Madinin’Art) il s’inscrit dans la problématique générale qui parcourt l’œuvre de l’écrivaine à savoir comment dire l’indicible, comment mettre à jour les non-dits, ce qui est caché, souterrain dans le langage et la relation humaine. Il s’agit d’un théâtre de la parole. C’est à l’origine une pièce radiophonique où l’aspect visuel et corporel est gommé, effacé au profit d’un théâtre de mots qui ne définit pas ou peu les personnages. Nom, statut social, espace spatio-temporel n’ont aucune importance. Ils s’appellent H1, H2, H3, F. Cela suffit. Pas de lutte de classes.  Pas de combat politique. Juste un affrontement consubstantiel à l’existence humaine.

Une amitié ancienne est menacée. Pour rien? Ou pour un rien? Tout est là, dans cet entre-deux dires. Si proches, si semblables et si différents en un mot.  À H1 qui l’interroge H2 répond : « Mais justement, ce n’est rien… Et c’est à cause de ce rien… ».

Raymond Devos deux ans avant la création de la pièce, en 1979 donc, avait joué de ce balancement entre l’usage du pronom de négation et son emploi comme substantif dans un sketch célèbre : « Parler pour ne rien dire ». Nathalie Sarraute n’invite pas tant à rire qu’à interroger la fragilité de nos  attachements et l’équivoque qui les accompagne.

C’est cette même ambiguïté qui s’exprime quand H1 questionne sur ce « rien » dans l’échange :

H2: Eh bien, c’est juste des mots…

H1: Des mots ? Entre nous? Ne me dis pas qu’on a eu des mots… ce n’est pas possible… et je m’en serais souvenu…

H2: Non , pas des mots comme ça… d’autres mots… pas ceux dont on dit qu’on les a «eus»… Des mots qu’on n’a pas «eus», justement… »

La dispute ne tient pas au fait d’avoir « eu des mots », mais de ne pas en avoir eu ! Et quand bien même des mots sont dits comme ceux de la phrase sur laquelle va reposer toute la pièce, à savoir, «C’est bien… ça» ces mots ont moins d’importance que la façon dont ils sont dits.  » Il ya avait entre « C’est bien » et « ça »… un intervalle plus grand : « C’est biiien … ça… Un accent mis sur « bien… un étirement: « biiien… » et un suspens avant que « ça » arrive… ce n’est pas sans importance. » Tout porte sur l’espace entre deux mots, sur le vide. Pour un oui ou pour un non rappelle que l’échange se fait entre ce qui est dit d’un locuteur et ce qui est entendu de l’autre. C’est dans cet écart irréductible, dans cette inadéquation irréfragable que se construit et/ou se déconstruit la relation. Si l’on savait ce que l’on dit on ne passerait pas son temps à toujours vouloir en dire plus. Il faut considérer l’homme comme animal malade du langage, sans cesse à la recherche du mot qui les dirait tous et dont la mort est bien, elle, le dernier mot.

A ce théâtre de la subtilité qui joue sur les décalages infimes, sur la violence retenue dans les points de suspension, le jeu scénique est moins important que le jeu sur les mots, sur les silences et les hésitations qui les entourent.

« Pou an wi ou pou an non » s’est-il inscrit dans cette logique ? Oh que non ! Patrick Le Mauff s’est heurté à, ce qui depuis la piteuse représentation de «  Le but de Roberto Carlos », semble être un tropisme en Martinique, l’impossibilité de faire apprendre un texte à certains comédiens. Les répétitions ont été occupées à faire apprendre le texte à la moitié de la troupe. Peu de temps avant la création, devant cet écueil non surmonté Patrick Le Mauff a dû chambouler la répartition des rôles. Il a fallu simuler une blessure d’un comédien pour le contraindre, bras en écharpe à se maintenir en place sur le plateau ! Dans ces conditions la direction des comédiens passe à la trappe. H1 et H2 tournent autour d’une table aussi grande qu’inutile (lire Bailly) comme pour meubler le vide existentiel de la mise en scène. Encore une fois à l’impossible nul n’est tenu. Patrick Le Mauff comme tout un chacun. Le théâtre dans ces conditions devient illustratif d’un propos qui n’en n’a pas besoin, loin de là. Point de finesse, point de subtilité, on verse du côté du comique. Le surjeu, l’exagération, l’élision des retenues et des hésitations invitent au rire et la salle de ne pas s’en priver ! Et c’est pitié pour le créole dont on voudrait nous faire croire qu’il s’exclut de toute métaphysique, de toute interrogation sur le malentendu constitutif de tout échange…

Guillaume Malasmé, livré à lui-même sur le plateau a puisé dans ses acquis et s’en tire honorablement. Pas sûr qu’il en soit satisfait. Il y a tant de plaisir à découvrir et à apprendre, même pour un comédien metteur en scène confirmé.

Un spectacle à oublier.

Fort-de-France, le 08/09/2017

R.S.

*****

« Pou an wi ou pou an non »

De Nathalie Sarraute
Traduction en créole : Bernard G. Lagier
Surtitré en français

Mise en scène & Scénographie : Patrick Le Mauff
Assistante à la mise en scène : Astrid Mercier
Avec : Lucette Salibur, Néofana Valentine, Guillaume Malasné & Alex Donote
Création lumière : Marc-Olivier René
Univers sonore : Ludovic Laure
Costumes : Anuncia Blas