Non au “suicide collectif”

Appel solennel des membres de la société civile Pour un rassemblement pacifique ce samedi 8 janvier 2022 à 10h, sur l’Esplanade sur Mémorial ACTe (le port du masque est obligatoire)

Depuis plusieurs semaines, les personnels soignants et administratifs du CHU de Guadeloupe, sont victimes de violences graves et répétées : entraves à la libre circulation, menaces de mort, insultes, dégradations de véhicules des personnels soignants, saccage de bureaux et de matériel. Mais ce mardi 4 janvier 2022, un cap supplémentaire dans l’intolérable a été franchi : le directeur du CHU, Monsieur Gérard COTELLON, ainsi que le directeur adjoint, Monsieur Cédric ZOLEZZI, ont subi de graves agressions physiques, au moment où des membres de la police nationale tentaient de les exfiltrer de leurs bureaux, assiégés par des membres des organisations syndicales opposées à l’obligation vaccinale des professionnels de santé. A ce stade, il est à craindre qu’en l’absence des forces de l’ordre, ces deux fonctionnaires auraient pu être lynchés. Nous sommes profondément attachés au droit de grève garanti par la Constitution, ainsi qu’aux libertés publiques et individuelles.

Mais la liberté va toujours de pair avec la responsabilité. Aussi, ceux qui prônent à la fois la liberté de ne pas se faire vacciner, et l’irresponsabilité en n’assumant pas leurs choix et en portant atteinte à la sûreté et l’intégrité d’autrui, sont inexcusables en dépit du malaise social. Jusqu’où l’hystérie et la haine collectives peuvent-elles conduire, si ce n’est jusqu’à l’irréparable ? Il est urgent que certains retrouvent la raison, avant qu’il y ait mort d’homme ! Nous ne le redirons jamais assez : certains lieux publics et symboliques, qu’il s’agisse de l’hôpital ou encore des hémicycles des assemblées locales et des écoles, doivent demeurer des sanctuaires, en toutes circonstances ! Alors même que l’épidémie de covid-19 sévit à nouveau en Guadeloupe, nous sommes très inquiets de la situation très dégradée au sein du CHU, du fait de ces exactions répétées contre les personnels, ayant entraîné le départ de plusieurs médecins.

Nous interpelons d’ores et déjà les autorités préfectorales, afin que la libre circulation ainsi que la protection des personnes et des biens soient totalement assurées au sein des établissements de santé. Nous disons fermement NON à celles et ceux qui souhaiteraient nous entraîner dans une forme de « suicide collectif » ! La Guadeloupe doit reprendre sans tarder la voie de l’apaisement, c’est pourquoi nous appelons l’ensemble du peuple guadeloupéen à un rassemblement pacifique ce samedi 8 janvier à 10h au Mémorial ACTe.

Premiers signataires : Farid ABDELAZIZ (entrepreneur culturel), Tony ALBINA (enseignant), Jean ALEXIS (informaticien), Julie ARISTIDE (musicienne), Anne-Claire AURORE (médecin), Denis AUTEFAUT (architecte d’intérieur), Brigitte BALLIAS (infirmière), Fabrice BECKER (psychologue), Jener BEDMINSTER (philosophe), Emilie BERTHELOT (architecte), Gérard BOISDUR (retraité fonction publique), Stessy BRANE (architecte), Laurence BULLOT (architecte), Caroline CESSY (adjointe logistique Grand Port Caraïbe), Yann CHANLOT (gérant de station service), Elyzabeth CHOMEREAU-LAMOTTE (enseignante), Michel CORBIN (architecte), Christophe CUBY (animateur radio), Abraham DA COSTA (architecte), David DAHOMAY (fonctionnaire territorial), Jacky DAHOMAY (philosophe), Daniel DALIN (ancien syndicaliste de la santé), Samuel DAMO (chef d’entreprise), Sonia DERIAU-REINE (enseignante), Franck DESALME (chef d’entreprise), Danièle DEVILLERS (ancienne haut fonctionnaire), Harry DIADO (responsable d’association), Martine ESPOSITO (retraitée), Michel EYNAUD (médecin), Jean-Marc FERLY (avocat-médiateur), Jean-Paul FISCHER (directeur de SEM à la retraite), Fabien GAUTHIER (environnementaliste), Emmanuel GORDIEN (virologue), Hervé GUIBERT (chirurgien dentiste), Elisabeth GUSTAVE (enseignante), Claude GUILLIOD (ancien syndicaliste), Béatrice IBENE (vétérinaire), Hubert JABOT (avocat), Frédérique JALET (nathuropathe), Marc JALET (architecte), Bruno JOFA (architecte), Christian JOLIVIERE (directeur d’hôpital), Alain JOSEPHINE (artiste), Gabriel KARAM (commerçant), Olivier LABOISSIERE (communicant), Delphine LAURICELLA (enseignante), Jean-Yves LETANG (ancien responsable d’une structure de jeunesse), Nathalie LAUL (consultante), Nicole LORI DELFOLIE (enseignante), Yannick LUBINO (entrepreneur en bâtiment), Daniel MANGE (artiste peintre), Gil MANUEL (vétérinaire), Dominique MARIN (commerçante), Daniel MARIVAL (journaliste), Lydie MATHURIN (cadre de banque), Muriel MATHURIN (huissier de justice), Philippe MATHURIN (professeur en médecine), Viviane MELYON-DEFRANCE (médecine), Rosan MONZA (musicien), Sylvie MOUTOU (cadre en établissement hospitalier), Bruno NICOLAS (ingénieur infrastructures), Errol NUISSIER (psychologue), Vanina NOEL (professionnelle de santé), Aurore OUCH (esthéticienne), Jacques PAUL (enseignant), Alain PIERRE-JUSTIN (chirurgien dentiste), Maxette PIERRE-JUSTIN (chirurgien dentiste), Emmanuel RAVI (directeur d’établissement de santé), Lucie REUNIF (commerçante), Nicolas RIGAUDEAU (architecte), Philippe ROLLE (directeur d’école), Viviane ROLLE-ROMANA (psychologue), Serge ROMANA (généticien), Franck ROUMAGERE (entrepreneur menuisier), Christian SAAD (universitaire), Philippe SADIKALAY (musicien), Willy SALCEDO (musicien), Henry SANTENAC (attaché d’administration), Corine SERRANO (restauratrice), David SEYMOUR (assureur), Katy SIARRAS (kinésithérapeute), Hervé TURLAND (retraité de l’aviation civile), Mario VARO (dirigeant syndical), Georges VILA (enseignant retraité), Corine VINGATARAMIN (ingénieure territoriale).

Pour signer cet appel et encourager à la mobilisation pacifique :

https://chng.it/5BdThbSyFV