“Monika” : un mythe cinématographique

Mercredi 16 janvier 2019 à 19h30. Madiana V.O.

De Ingmar Bergman
Avec Harriet Andersson, Lars Ekborg, John Harryson–
Genre Comédie dramatique
Nationalité Suédois

Synopsis :

Harry, garçon livreur, et Monika, ouvrière dans un magasin d’alimentation, font connaissance dans un bar et vont au cinéma, voir un film intitulé Rêve de femmes. En rentrant dans son appartement misérable, Monika rêve d’évasion et affronte son père alcoolique. Elle part se réfugier chez Harry, mais celui-ci craignant l’arrivée de sa tante préfère passer la nuit avec Monika dans le canot à moteur de son père. Le lendemain Harry arrive encore une fois en retard à son travail et subit les reproches habituels de son patron. Il décide de s’enfuir avec Monika loin de Stockholm. Sur l’île d’Ornö (en), les deux amants mènent une vie sauvage et idyllique. Mais la fin de l’été et le manque d’argent les contraignent à reprendre le chemin de la ville.

Monika est enceinte, Harry l’épouse, mais la tristesse de la vie quotidienne brise l’équilibre du jeune couple. Monika trompe Harry qui, ne supportant pas l’infidélité de son épouse, décide d’élever seul son enfant.

La presse en parle :

Télérama par Samuel Douhaire

Bergman capte le souffle du vent, les scintillements de l’eau comme autant de signes du bonheur fragile des adolescents. Et fait irradier le talent naissant de Harriet Andersson, dont le jeu à l’instinct et l’érotisme en liberté anticipent de quatre ans l’explosion de la bombe Brigitte Bardot dans Et Dieu créa la femme.

Arts par Jean-Luc Godard

« Boudé autrefois lors de sa sortie sur les boulevards, Monika est le film le plus original du plus original des cinéastes ».

Les Cahiers du cinéma (?) par Jean-Luc Godard :

« Un film d’Ingmar Bergman, c’est, si l’on veut, un vingt-quatrième de seconde qui se métamorphose et s’étire pendant une heure et demie. C’est le monde entre deux battements de paupières, la tristesse entre deux battements de cœur, la joie de vivre entre deux battements de mains. »

Ou encore : « Il faut avoir vu « Monika » rien que pour ces extraordinaires minutes où Harriett Andersson, avant de recoucher avec un type qu’elle avait plaqué, regarde fixement la caméra, ses yeux rieurs embués de désarroi, prenant le spectateur à témoin du mépris qu’elle a d’elle-même d’opter involontairement pour l’enfer contre le ciel. C’est le plan le plus triste de l’histoire du cinéma. »

L’Œil sur l’Écran
Ingmar Bergman a tourné Monika avec très peu de moyens alors qu’il traversait une période délicate (qui l’avait contraint à tourner des films publicitaires). L’histoire, adaptée d’un roman de Per Anders Fogelström, est très simple mais ce qui rend le film si remarquable est la façon dont Bergman l’aborde en privilégiant les personnages sur le récit. Sa caméra nous place au milieu d’eux, elle semble vouloir nous placer en troisième personnage comme en témoigne le long et célèbre regard-caméra. Avec le recul, il est étonnant de voir à quel point le film est précurseur de la Nouvelle Vague. Il est si en avance que les « jeunes turcs » des Cahiers du cinéma ne le remarqueront pas tout de suite : Rohmer et Godard ne le verront sous cet angle qu’en 1958, lors d’une rediffusion à la Cinémathèque. Il faut dire qu’à sa sortie ses aspects érotiques avaient pris le dessus et occulté tout le reste (érotisme qui ne saute plus vraiment aux yeux aujourd’hui mais bien réel en 1953). C’est Godard qui pointera sa valeur subversive sur le plan moral, avec une remise en cause du schéma traditionnel de la famille, et le déclarera comme étant une source d’inspiration pour le « jeune cinéma moderne ». Monika a ainsi acquis le statut de mythe…

L’Œil sur l’Écran