Les jaunes lumineux des âmes perdues de Jérôme Sainte-Luce

Cave-galerie le Vin, l’Art et Vous à Ducos jusqu’au 31 octobre 2018.

— Par Michèle Arretche —

Jérôme Sainte-Luce est né en 1981, il a étudié les Arts appliqués et les arts plastiques en Guadeloupe et en Europe. Originaire de Trois Rivières, haut lieu archéologique, réputé pour ses roches gravées, on retrouve dans ses œuvres un mélange d’art abstrait et de symboles pré colombiens.
Sur son site il nous dit qu’il s’inspire de la thématique Amérindienne pour nourrir son monde imaginaire, il peint des “esprits”, “des morts qui ne sont pas partis encore…”, “des âmes errants à la recherche de lumière” sur des bouts de tissus récupérés, tissus coupés, déchirés et recousus ou bien des papiers arrachés.
L’artiste scrute inlassablement les parois de l’au-delà, parsemant ses toiles de signes, de questionnements…
Comment faire passer une entité de l’ombre à la lumière? Comment ressentir l’invisible?
Autant de questions que ce plasticien aborde dans ses séries de peinture et de dessins. Tout comme les Amérindiens qui imitaient dans leurs danses différents animaux pour entrer en contact avec le monde des esprits, Jérôme Sainte-Luce s’abandonne aux flots des couleurs et des signes pour entrer en contact avec eux.» *

JSL est hanté par la perte de la mémoire, il nous restitue ses angoisses sur des palimpsestes, où se superposent les âmes perdues, les âmes gravées, les âmes déchirées, retrouvées et recousues.

Scarlett JESUS nous l’explique bien dans la parution de Madinin’art de novembre 2012 : « A la différence des Arawaks, Jérôme Sainte-Luce ne grave pas à même la pierre. Les « Âmes » que l’artiste prétend vouloir néanmoins graver, désignent des esprits, par essence immatériels et invisibles. Ces âmes ne peuvent être « gravées » que métaphoriquement, poétiquement sur des morceaux d’étoffe, appelés à être vénérés comme de saints suaires parce qu’ils en garderont la trace. En révélant des esprits qu’il fait passer de l’obscurité du Royaume des Ombres à la lumière aveuglante –traduite de façon omniprésente par de magnifiques jaunes-, l’artiste s’aventure dans un domaine qui est celui du mystère sacré. Un univers de signes qu’il convient de tenter de déchiffrer. »…
Jérôme Sainte-Luce rend compte d’une perception du monde qui fait le lien entre les croyances animistes amérindiennes, celles des esclaves arrachés à l’Afrique et un questionnement très contemporain sur un au-delà. La rencontre qu’il opère entre art pariétal et art contemporain s’accompagne d’une réflexion sur ce qui relie l’art et le sacré. »

Nous avons la chance de pouvoir découvrir ou re découvrir ce jeune artiste talentueux en Martinique à la Cave-galerie le Vin, l’Art et Vous à Ducos jusqu’au 31 octobre.

Exposition LESPWINEG
Ouvert du mardi au vendredi de 9h30 à 19h. Le samedi de 9h30 à 17h
Canal-Cocotte DUCOS
Tel 0596 42 00 07

Michèle ARRETCHE