Les intermittents martiniquais contre le transfert de la gestion de leurs dossiers en France

 

intermittentsLes Artistes et techniciens du spectacle du cinéma et de l’audiovisuel sont mobilisés contre une décision de la direction régionale de Pôle emploi

Dépendant des annexes 8 et 10 du régime des assurances chômage, les Artistes et techniciens, autrement appelés intermittents, s’élèvent contre la décision de la direction régionale de pôle emploi de transférer la gestion de leurs dossiers à PES (pôle emploi service) en France. A ce transfert s’ajoute la suppression du poste d’un agent spécialisé remplacé par de simples agents d’accompagnement n’ayant pas “la main” sur le système informatique (admission – indemnisation).
Les relations des intermittents avec pôle emploi étaient jusqu’alors satisfaisantes grâce à la compétence et la maîtrise de l’outil système de l’agent en poste.

Force est de constater que cette décision est purement régionale (cf documents sur le site pôle emploi DG N° 2013-111 du 11 juin 2013 et  n°2009/2743 BOPE 2009-104 du 15 décembre 2009 ) et ne prend pas en considération la complexité des dossiers intermittents.
En rendant de fait plus difficile la relation avec pôle emploi (décalage horaire –  allongement des délais liés aux communications par voie postale, multiplicité des interlocuteurs), la décision de la direction régionale nuit gravement à la préservation de métiers déjà difficiles à tenir en Martinique

La délocalisation de ces dossiers est en contradiction avec le développement général des initiatives données aux régions et le rapprochement des administrations à leurs administrés
« ….Les activités culturelles ont un impact important sur l’emploi dans le pays…. Ferment d’émancipation et de citoyenneté… »
Citation de Madame Aurélie FILIPPETTI – Ministre de la Culture et de la Communication

Les artistes et techniciens ont reçu le soutien des élus réunis en congrès et le Député Serge Letchimy a sensibilisé le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault sur ce problème.

Artistes et techniciens du spectacle, du cinéma et de l’audiovisuel avec le soutient de GTAACAM (Groupement des Techniciens, des Artistes Auteurs du Cinéma et de l’Audiovisuel en Martinique) et SATS (Syndicat des Artistes et Techniciens du Spectacle).