L’éphéméride du 5 octobre

“Marche des femmes”  pour ramener le roi à Paris le 5 octobre 1789

Les 5 et 6 octobre 1789 font partie des « grandes journées » de la Révolution française et ont abouti au retour définitif et contraint du roi Louis XVI et de sa famille à Paris, capitale du royaume de France.

Initialement, la journée du 5 octobre débute par un rassemblement sur la place de Grève, devant l’hôtel de ville de Paris, pour interpeller la Commune, notamment sur une disette de pain qui touche la capitale. L’Hôtel de Ville est d’ailleurs envahi jusqu’à l’arrivée de la garde nationale parisienne, menée par La Fayette. Puis un appel est lancé afin de faire part de ces revendications directement auprès du roi et de l’Assemblée constituante. C’est ainsi qu’une foule de plusieurs milliers de personnes, majoritairement composée de femmes, se met en marche vers Versailles. Elles sont suivies par d’autres groupes armés, puis plusieurs heures plus tard, par 15 000 à 20 000 hommes de la milice nationale.

Ces demandes étaient autant frumentaires (demande de pain, à laquelle le roi répond favorablement) que politiques : exigence de ratification des décrets relatifs à la Constitution et à la Déclaration des droits, auquel le roi se plie dans la soirée1, remplacement des gardes du corps du roi par la garde nationale, exigence de port de la cocarde et, exigence d’installation du roi et de sa famille à Paris.

Sur ce dernier point, le roi se laisse la nuit pour réfléchir. Il accepte toutefois que la surveillance extérieure du château de Versailles et sa sécurité ne soient plus assurées par les gardes suisses mais par la garde nationale, commandée par La Fayette.

Mais le 6 octobre, à l’aube, le château est envahi par un groupe plus revendicatif. La Fayette, en retard, est incapable d’empêcher son invasion meurtrière (deux gardes chargés de la protection des appartements de la reine Marie-Antoinette, principalement visée par l’invasion du palais, sont tués). En fin de matinée, le roi et sa famille quittent Versailles pour Paris, escortés par la foule. La famille royale va désormais être installée au palais des Tuileries. L’Assemblée constituante y est appelée quelques jours plus tard : elle siège pour la première fois dans la chapelle de l’archevêché le 19 octobre2.

Ces journées ont pour conséquence immédiate le déplacement du centre politique de la France de Versailles à Paris. Elles ont aussi été marquées par la ratification par le roi de la Déclaration des droits de l’homme et du principe de la Constitution. À plus long terme, elles ont contribué à consacrer une certaine volonté populaire dans la Révolution tandis que pour d’autres commentateurs ces journées annoncent la Terreur3. Quoi qu’il en soit, elles marquent un nouveau pas dans l’affaiblissement du pouvoir royal.

Situation en septembre 1789
Ces journées s’inscrivent dans une situation parisienne de tension qui a plusieurs facteurs.

Le piétinement des débats de l’Assemblée constituante…
En septembre 1789, la situation est à la limite de l’implosion. L’excitation de l’été 89 est retombée, et depuis la nuit du 4 août (abolition des privilèges) et le 26 août (vote des premiers articles de la constitution et de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen), l’Assemblée piétine. Elle n’arrive pas à obliger le roi à signer la constitution et la Déclaration. Le 5 octobre au matin, avant l’arrivée des femmes à Versailles, il faisait encore parvenir une lettre à l’Assemblée où il n’acceptait de donner sa sanction à la constitution que si le pouvoir exécutif en son entier restait entre les mains du roi, alors que le mois de septembre s’est perdu en délibérations à l’Assemblée et dans les journaux pour savoir s’il fallait donner le droit de veto au roi. Les deux parties campent sur des positions incompatibles. Quant à la DDHC, le roi la rejette comme soumise à trop d’interprétations et trop dangereuse à appliquer14.

Vus depuis Paris, le roi et l’Assemblée apparaissent comme soumis à l’influence de la cour et des courants les plus conservateurs. Des journaux et publicistes commencent à réclamer le retour du roi à Paris, pour l’éloigner des influences qu’ils jugent pernicieuses15. C’est aussi le cas du milieu entourant le Palais-Royal qui craignent de perdre de leur influence sur le cours du mouvement révolutionnaire comme en témoignent les articles du journal de Camille Desmoulins, Révolutions de France et de Brabant, édité par Danton et proche, à ce moment, de Philippe d’Orléans).

« Une disette moitié réelle, moitié factice »...
Par ailleurs, depuis le mois de septembre, Paris souffre d’un grave manque de pain. Les raisons en sont encore très obscures : les récoltes, contrairement à l’année précédente, ont été bonnes et les communes limitrophes sont bien pourvues en pain. Pourtant à Paris, le pain est rare, la farine est de mauvaise qualité. Les boulangeries sont prises d’assaut. Cette disette culmine début octobre. Dans la Procédure, Maillard, qui se présente comme le porte-parole des femmes, témoigne ainsi de la situation :

« Un membre, chevalier de Saint-Louis, prit la parole, et dit qu’il étoit faux ; qu’il arrivoit de Paris : qu’il savoit qu’on avoit beaucoup de peine à avoir du pain, mais qu’il ne valoit pas plus de 12 sols et demi, et que lui déposant (NB : Maillard) en imposoit à l’Assemblée : lui déposant répliqua qu’il alloit donner preuve de ce qu’il avançoit, et dit qu’aucune femme ne pouvoit se mettre dans la foule à la porte d’un boulanger ; qu’un homme seul pouvoit le faire ; que par ce moyen cet homme perdant sa journée il perdoit 3 livres et 12 sols que lui coûtoit le pain ; ça lui faisoit un total de 3 livres 12 sols16. ».

La situation augmente la suspicion et la paranoïa générale. Dans ses mémoires, quarante ans plus tard, La Fayette évoquera toujours « une disette moitié réelle, moitié factice17. » Les Parisiens voient dans cette situation un nouveau « complot de famine ».

La paranoïa parisienne est accentuée par la décision de Louis XVI de convoquer le régiment de Flandre, près de 5 000 hommes, à Versailles à partir de fin septembre. Le régiment est constitué de soldats et d’officiers français, mais porte un nom de régiment étranger, ce qui rappelle le Royal-Allemand, appelé en renfort en juillet 1789, et qui fit plusieurs blessés aux Tuileries le 13 juillet, entraînant la Prise de la Bastille le lendemain. Le Royal-Allemand avait été appelé par le roi pour mater les troubles dans la capitale, et les parisiens révolutionnaires craignent que le roi essaie de faire la même chose avec le régiment de Flandre. Certains craignent aussi qu’il s’en serve contre l’Assemblée. Mounier, dans son témoignage additionnel à la Procédure, soutient que des projets avaient été formés pour forcer le roi à venir à Paris, que La Fayette s’y opposait, et que le régiment de Flandre avait été appelé pour empêcher ces projets18.

Le Banquet des gardes du corps…

Orgie des gardes du corps dans la salle de l’opéra de Versailles – le 1er octobre 1789, gravure datant de 1792.
Le 1er octobre, les gardes du corps du roi organisent un banquet en l’honneur du régiment de Flandre. Si ce genre de banquet n’a, à l’époque, rien d’exceptionnel, celui-ci va pourtant choquer une partie des Parisiens. Alors que la disette de pain parisienne est largement connue et relayée par les journaux, un repas est prévu pour 300 convives, et le menu est confié à un traiteur de Versailles, Deharmes, qui fixe le prix à vingt-six livres par tête sans compter les vins, les liqueurs, les glaces ou encore les bougies19. Le banquet a lieu dans la grande salle de l’opéra du château de Versailles, salle ordinairement réservée aux banquets des délégations étrangères à Versailles, c’est-à-dire aux plus grands événements. Un orchestre parachève le tout. Les gardes du corps choisissent de n’inviter que des officiers d’autres régiments qui sont du même rang qu’eux, ou qui partagent leurs idées : Laurent Lecointre, malgré son rang important dans la garde de Versailles, n’est pas convié, alors que le sont certains de ceux qui sont sous ses ordres. Lecointre est notoirement un pro-révolutionnaire convaincu. La chose est suffisamment malavisée pour que le commandant-général de la garde, le comte d’Estaing, lui fasse le lendemain des excuses de cette absence d’invitation20. Ce banquet est, dès le départ, ressenti comme une provocation. Ce qui s’y déroule ensuite est teinté de cette série de provocations plus ou moins voulues.

Vers le dessert, le roi, revenant de la chasse, choisit d’aller avec la reine et le dauphin voir le banquet et saluer les soldats et les gardes. Il passe entre les tables, et se fait aborder par des hommes ivres. Plusieurs toasts sont proposés — au roi, au dauphin, à la famille royale — et acceptés. Un toast à la Nation est rejeté. À un moment de la soirée (probablement après le passage du roi), la cocarde blanche (ou noire, ou d’une seule couleur, selon les témoignages) est déclarée seule vraie cocarde. Aucune cocarde n’est piétinée, mais des soldats de la garde nationale qui portent la cocarde bleue et rouge de leur uniforme se la voient enlevée, ou arrachée, pour être remplacée par une cocarde d’une seule couleur. La cocarde blanche incarne le roi et la monarchie, alors que la noire est la cocarde traditionnelle d’une partie des troupes royales de l’époque. Il faut néanmoins souligner que l’acte n’est pas, pour une partie des hommes présents, particulièrement transgressif : la cocarde blanche fait partie de l’uniforme des gardes du corps. La soirée bien arrosée se termine avec un soldat qui essaye de se suicider, plusieurs autres grimpent au balcon de la chambre de Louis XIV du haut duquel ils déclarent leur soutien à la cocarde blanche, pendant qu’une bonne partie des habitants de Versailles sont réveillés par le bruit21.

Le 3 octobre, un autre banquet est donné, semble-t-il par le régiment de Flandre pour remercier les gardes du corps. Ce banquet est assez mal connu et souvent confondu avec le premier. Il semble avoir été tout aussi désordonné.

Rapidement, les deux événements sont connus sous le nom d’Orgie des gardes du corps et font beaucoup parler d’eux. L’événement est relayé par le bouche à oreille puis dans la presse le 3 octobre22. On ne parle pas encore de cocardes piétinées, c’est la rumeur qui va créer cette légende. En revanche, le refus du vœu de santé à la Nation et l’affront fait à la cocarde nationale et patriotique (trois couleurs) provoquent des émois. Dans les rues de Paris et surtout au Palais Royal, des hommes qui portent la cocarde noire sont agressés, et sommés de prouver qu’ils sont de bons patriotes et non des ennemis de la Nation. La Commune de Paris émet un arrêté le 4 octobre contre la cocarde noire et pour le port obligatoire de la cocarde tricolore (pour ceux qui choisissent de porter une cocarde)23.

Au matin du 5 octobre : l’hôtel de ville de Paris…
Au cours de la matinée du 5 octobre, des femmes commencent à se réunir sur la place de l’Hôtel de Ville (la place de Grève) dès sept heures. On ignore les circonstances exactes qui ont mené à ce rassemblement. Cependant, il y a plusieurs hypothèses. Au moins un boulanger a été traîné de force à l’Hôtel de Ville, accusé de vendre son pain trop cher et là, la foule demandait sa punition24. La manifestation pourrait alors être l’expression impromptue d’un mécontentement qui bout depuis le début du mois de septembre (le 5 octobre est le jour où le pain est le plus cher de toute l’année 1789). Par ailleurs, il y a eu des motions au Palais Royal dans les jours précédents, ainsi qu’une première tentative de le 30 août de marcher sur Versailles, par le marquis de Saint-Huruge25. Certaines motions sont attribuées à des femmes26. La veille était un dimanche, un jour propice pour que les femmes se réunissent et discutent d’une éventuelle manifestation. D’autre part, la majorité de femmes présentes sont des Dames des Halles : elles appartiennent à une corporation, elles ont donc l’habitude de s’organiser. De même, les femmes des Halles disposent d’un rôle très précis dans la société d’Ancien-Régime. Elles ont l’habitude d’aller voir le roi en procession et d’être reçues par lui, soit pour présenter des doléances, soit pour présenter leurs compliments. Elles sont considérées alors comme représentantes officielles du peuple de Paris27. La configuration politique ayant changé au cours de 1789, il est possible qu’elles aient considéré le recours à la Commune de Paris (qui siège à l’Hôtel de ville) comme le nouveau chemin légal avant d’aller voir le roi. Étant chargées de l’approvisionnement de la capitale, il paraît relativement crédible qu’elles aient décidé que les requêtes et les plaintes concernant la disette de pain devaient passer par elles. Une autre analyse souligne aussi que la peur de la montée de la contre-révolution a pu jouer un rôle dans l’implication des femmes28.

Les femmes réunies sur la place sont de plus en plus nombreuses. Elles commencent par réclamer de voir les représentants de la Commune, le maire Bailly, et le général La Fayette. Aucun n’est là, et on refuse de les laisser rentrer. Elles forcent le passage et pénètrent en nombre dans l’Hôtel de Ville. Les témoignages sur ce qui s’est passé, et à quel moment, dans l’Hôtel de Ville, sont contradictoires. Un arsenal a été forcé, et près de six cents armes volées, mais rien ne permet de savoir si les armes ont été volées par des femmes ou des hommes, si elles ont été volées par les femmes qui ont organisé la première marche ou par les suivantes, ni quels type d’armes ont été volées. Les femmes de la première marche avaient des piques, mais pas de fusils, par contre lors des marches suivantes, certains manifestants avaient des fusils. Les témoins mentionnent par ailleurs que des prisonniers ont été libérés des geôles du Châtelet ou des geôles de l’Hôtel de Ville. Il s’agissait probablement de prisonniers arrêtés pour vagabondagesb. Il n’est pas prouvé qu’en dehors de l’Arsenal, l’Hôtel de Ville ait été vandalisé.

Au son du tambour et du tocsin (à la fois le tocsin de l’Hôtel de ville sonné par les femmes et le tambour de la garde nationale appelant les soldats à se réunir), une foule de curieux autant que de manifestants se dirige vers la place et l’Hôtel de Ville qui ne désempliront pas de la journée. La Fayette n’arrive que vers quatorze heures et Bailly, le maire de Paris, pas avant 16 heures. Ils maintiennent un semblant de calme. La Fayette refuse d’emmener la garde nationale parisienne à Versailles sans un ordre légal de la Commune qu’il n’obtiendra pas avant la fin d’après-midi : le Général et ses 10 000 hommes ne quittent Paris qu’à dix-sept heures.

La marche des femmes

Vers dix heures du matin, alors qu’il pleut depuis l’aube, un premier groupe de plusieurs milliers de femmes décident de partir pour Versailles pour aller voir le roi. Leur nombre au départ est inconnu, mais elles sont estimées à plusieurs milliers à l’arrivée ; beaucoup de ces femmes ont été « recrutées » en route. Les gravures ou encore les témoignages comme celui du libraire Hardy dans son journal29, suggèrent que les femmes des classes populaires ont essayé d’enrôler des bourgeoises dans le cortège. Elles tirent derrière elles une ou deux ou trois pièces de canon qu’elles ont prises sur la place de Grève30. Elles les tirent à mains nues. Il y a environ cinq heures de route à pied entre Paris et Versailles.

Les processions de Paris à Versailles ne sont pas rares, et elles empruntent un chemin codifié, qui est celui que prendra cette première marche, signe que ces femmes se considèrent comme formant une procession officielle en route pour faire des demandes officielles au roi. Elles suivent les quais jusqu’à la place Louis XV (actuelle place de la Concorde), puis tournent au niveau des Champs Élysées pour prendre la route de Sèvres par Auteuil. La rumeur semble-t-il les précède, car elles trouvent portes closes à Sèvres, où elles doivent négocier avec les habitants pour obtenir à boire et à manger.

Elles arrivent épuisées à Versailles vers seize heures. Les commentateurs de l’époque ont souvent noté leur aspect débraillé, pour les railler ou s’en offusquer. En réalité, elles ont fait six heures de En réalité, elles ont fait six heures de route sous la pluie, dans la boue, tirant des canons, accompagnées d’enfants31, et sans doute en ayant souffert de la faim à la suite de la disette de pain parisienne.

Au soir du 5 octobre : Versailles
Arrivées à Versailles, la majorité de ces femmes épuisées cherchent à se reposer. Elles s’installent sur la Place d’Armes, face au château. Un groupe de femmes (au départ une vingtaine) rentre dans l’Assemblée Nationale et se met à circuler dans les galeries, entre les bancs et les députés, et certaines s’assoient même sur le siège du Président de l’Assemblée32. Elles provoquent la colère des quelques députés qui sont encore là à cette heure qui trouvent l’intrusion du peuple, mais surtout des femmes, inadmissible. Au fur et à mesure que la soirée avance, de nouveaux groupes arrivent de Paris, principalement masculins et armés ; l’Assemblée se remplit de plus en plus.

Les femmes ont pour porte-parole un dénommé Stanislas Maillard. Maillard est un personnage ambigu qui participe à plusieurs journées révolutionnaires. Notaire, d’où son habit noir qui sera souvent relevé par les témoins à l’Assemblée, il est l’un des vainqueurs de la Bastille. Les vainqueurs de la Bastille sont les seuls hommes qui participent à la première marche des femmes. Néanmoins, en dehors de Maillard, dont le témoignage est un exemple parfait de « protagonisme33 », on sait peu de choses de leur participation à l’événement d’octobre. Maillard, à travers son témoignage se présente comme le leader de toute la marche des femmes, mais seul son rôle de porte-parole à l’Assemblée est corroboré par d’autres témoignages. Lors des massacres de septembre, il aura un rôle beaucoup plus trouble, puisqu’il participera aux tribunaux improvisés.

Il demande principalement du pain pour Paris, qu’on punisse ceux que tous à Paris accusent d’empêcher la farine de venir à Paris (les meuniers, les accapareurs, certains membres de l’Assemblée), des lois sur les subsistances et le respect de la cocarde nationale et de la nation34. Son discours est accueilli par Mounier, alors Président de l’Assemblée, qui fait voter un décret sur les subsistances qui doit être signé par le roi et demande qu’on fasse servir à boire et à manger aux manifestantes et aux manifestants dans et à l’extérieur de la salle.

Vers dix-sept heures, une députation conduite par Mounier part voir le roi pour lui faire signer le décret de subsistances et lui demander des mesures immédiates pour livrer du pain à Paris. Mounier a aussi prévu de profiter de cette visite impromptue au roi pour lui forcer la main et lui faire signer la constitution et la DDHC (Déclaration des droits de l’homme et du citoyen). La députation est constituée de Mounier, Maillard et douze femmes, même si seules cinq d’entre elles sont autorisées à entrer. Le choix de ces femmes est surprenant. Elles ne sont pas préparées, l’une d’entre elles, qui a à peine dix-sept ans, a été entraînée dans la manifestation, et elle s’évanouit à la vue du roi. Au cours de cette première entrevue, le roi signe le décret et fait rassembler plusieurs charrettes de pain pour les envoyer à Paris (ce qui prouve par ailleurs que la disette de pain est bien concentrée uniquement sur Paris.) Lorsque la députation ressort, les femmes de la députation sont accusées par les autres manifestantes de leur mentir et menacées d’être pendues. Elles retournent voir le roi pour obtenir une preuve écrite qu’elles ont bien obtenu ce qui était demandé et n’ont pas menti, preuve qu’elles obtiennent. Le roi décide aussi de les renvoyer, en voiture, à Paris, à l’Hôtel de ville avec un message pour Bailly. Elles y arrivent à minuit35.

Mounier, plaidant la sanction pure et simple de la constitution et des articles de la Déclaration, demande une autre entrevue au roi, qu’il obtient vers vingt-deux heures, après les longues délibérations du roi avec son conseil. Le conseil propose au roi de fuir à Metz, ce qu’il refuse. D’autres projets sont faits pour faire partir le reste de la famille royale, mais les voitures sont arrêtées par le peuple36. Le roi sanctionne le texte lorsqu’il reçoit enfin Mounier.

Pendant les délibérations à l’Assemblée et chez le roi, vers dix-huit heures, des troubles éclatent entre les gardes du corps, les manifestants réunis devant le château et la garde nationale versaillaise. Un garde du corps à cheval, M. de Savonnières, frappe des hommes et des femmes de son épée. Un garde national versaillais en civil lui tire dessus, lui cassant le bras. Le garde du corps décédera des suites de cette blessure en février ou mars 179037. On ignore le nombre de blessés parmi les manifestants au soir du cinq.

La garde nationale de Paris, menée par La Fayette, arrive à vingt-deux heures. Le général se rend directement auprès du roi et lui promet que malgré les échauffourées de la soirée, la nuit se passera sans éclat. Puis La Fayette part se reposer.

Lire Plus => Wikipedia