L’éphéméride du 25 février

La pièce de théâtre Hernani de Victor Hugo, qui déclenche la Bataille d’Hernani est jouée la première fois le 25 février 1830.

La bataille d’Hernani est le nom donné à la polémique et aux chahuts qui entourèrent en 1830 les représentations de la pièce Hernani.

Drame romantique de Victor Hugo, Hernani déclenche au moment de sa sortie une polémique si forte qu’on la qualifie de « bataille ». Le 25 février 1830, à la Comédie-Française, les défenseurs de Victor Hugo s’opposent violemment à ceux qui réclament l’arrêt de la pièce pour outrage au bon goût. Au nom de la liberté du créateur, Victor Hugo ne respecte aucune des trois unités chères au théâtre classique : sa pièce ne se passe pas dans un seul lieu, ni sur une période de temps réduite, et l’intrigue n’est pas unique. Hugo refuse aussi le rythme classique de l’alexandrin au nom du respect du naturel : ses personnages ne parlent pas en vers et ne font pas de rime !
Ni tragédie, ni comédie, la pièce mêle moments comiques et rebondissements tragiques. La rivalité entre le roi d’Espagne Hernani et Don Gomez de Silva, pour Doña Sol, entraine à la fois de grands malheurs et des moments de joie. Hernani et Doña Sol se marient finalement, mais ils sont contraints au suicide.

Héritière d’une longue série de conflits autour de l’esthétique théâtrale, la bataille d’Hernani, aux motivations politiques au moins autant qu’esthétiques, est restée célèbre pour avoir été le terrain d’affrontement entre les « classiques », partisans d’une hiérarchisation stricte des genres théâtraux, et la nouvelle génération des « romantiques » aspirant à une révolution de l’art dramatique et regroupée autour de Victor Hugo. La forme sous laquelle elle est généralement connue aujourd’hui est toutefois tributaire des récits qui en ont été donnés par les témoins de l’époque (Théophile Gautier principalement, qui portait à la Première le 25 février 1830 un gilet rouge qui par son caractère provocateur resterait dans l’histoire), mêlant vérité et légendes dans une reconstruction épique destinée à en faire l’acte fondateur du romantisme en France.