L’éphéméride du 15 septembre

Pierre Belain d’Esnambuc prend possession de la Martinique au nom de Louis XIII le 15 septembre 1635

« L »île aux fleurs » ou « L’île aux femmes »?
La Martinique a été abordée par Christophe Colomb le 11 novembre 1493, lors de son second voyage. Son nom viendrait selon une version poétique de la déformation phonétique de son nom indien : Matinino, que l’on traduit approximativement par « l’île aux fleurs ».

Une version plus vraisemblable serait que Christophe Colomb avait déjà donné à une autre île le nom du saint du jour, Saint Martin (fêté le 11 novembre). Il aurait en conséquence appelé cette nouvelle découverte « petite Saint Martin », soit, en espagnol Martin nino, nom qui figure sur des cartes espagnoles ou hollandaises du XVIIe siècle, puis fut francisé en Martinique.

On prête généralement cette découverte de la Martinique par les Européens à Christophe Colomb lorsqu’il accoste sur le site de l’actuelle commune du Carbet le 15 juin 1502 au cours de son quatrième voyage vers les « Indes ». Néanmoins, il semble admis que ce soit Alonso de Ojeda qui ait découvert l’île en premier lors de son expédition de 1499-15005,6. Elle figure sur la carte établie par Juan de la Cosa en 15007 et on la retrouve ensuite sur la carte d’Alberto Cantino (1502) sous le nom de Ioüanacéra ou Joanacaera8 (formé du préfixe ioüana = iguane et du suffixe caéra = île) c’est-à-dire l’île aux iguanes9,10.

Christophe Colomb avait entendu les Arawaks (Taïnos) parler de l’île lors de son passage à Hispaniola au cours de son deuxième voyage (ces propos sont rapportés par Pierre Martyr d’Anghiera). Pour les Amérindiens, l’île était peuplée exclusivement de femmes. Ils l’ appelaient Matinino, nom que Colomb traduisit par isla de las mujeres , « l’île aux femmes » et non l’île aux fleurs ainsi que l’affirment l’ Encyclopædia Universalis ou la Britannica. Comme Colomb avait, par décret, le monopole des découvertes des nouvelles Indes, il privilégia Matinino à Joanacaera.

Sur le planisphère de Johann Ruysch (vers 1507-1508) figure pour la première fois le nom de Matininia, que l’on retrouve sous la forme Matenino sur la carte anonyme (de 1519) de la bibliothèque de Wolfenbüttel. En France, la carte de Nicolas Desliens de 1541 porte Matinina. Outre ces noms adoptés par les cartographes, on trouve mentionnée dans la cédule royale de 1511″ Real provision que los Indios Caribes se pueden tomar por esclavos » , l’île de Matinino alors décrite comme habitée par les Caraïbes.

Dans la cartographie italienne du milieu du XVIe siècle, apparaît le surnom actuel de Madinina (avec un –d- à la place du -t-).

Le passage au cours du XVIIe siècle au nom actuel de Martinique est dû au fait que Saint Martin jouissait alors d’une grande renommée en France. Par analogie avec la Dominique voisine (Dominica en latin et anglais), le nom de l’île a été déformé en Martinique (Martinica).

Les Espagnols sont les premiers colons européens à s’installer au Nouveau Monde dans les Grandes Antilles puis sur le continent mais ils délaissent les Petites Antilles qu’ils jugent trop petites et peuplées d’Indiens dangereux. En revanche, les Hollandais, les Français et les Anglais y font souvent relâche pour faire aiguade (ravitaillement en eau), s’approvisionner en vivres, et commercer avec les Amérindiens12 durant tout le xvie siècle et le début du xviie siècle.

L’anonyme de Carpentras est l’auteur du plus ancien document connu sur la Martinique. Il rapporte son séjour dans l’île avec les équipages du capitaine Fleury du 21 avril 1619 au 11 février 1620. Ils cohabitent avec les Caraïbes qui les accueillent et commercent avec les français, les anglais et les hollandais mais sont en guerre avec les espagnols. Ce récit mentionne les chefs Salomon et Pilote. Ce dernier est encore cité en 1640 par Bouton Jacques dans Relation de l’établissement des français depuis l’an 1635.

Les débuts de la colonisation à partir de 1635
Le 15 septembre 163513,14, le flibustier Pierre Belain d’Esnambuc débarque dans la rade de Saint-Pierre avec 150 colons français qui ont été chassés de l’île Saint-Christophe où ils étaient établis depuis 1625. Il installe ainsi la première colonie dans l’île, pour le compte de la couronne de France et de la Compagnie des îles d’Amérique. Les premiers établissements français en Martinique sont Le Fort Saint-Pierre (actuelle ville de Saint-Pierre) fondé par d’Esnambuc, et la ville du Fort-Royal (actuellement Fort-de-France) fondée par les gouverneurs De Baas et Blenac.

Lire la Suite & Plus => Wikipedia