L’éphéméride du 14 juin

“Guet-apens”: le 14 juin 1962, la population guyanaise subissait une répression qui marquera à jamais l’histoire du territoire.

Le F.D.G. (Front Démocratique Guyanais) qui rassemble les forces de la gauche guyanaise programme d’organiser une manifestation contre l’établissement de la Légion Étrangère en Guyane. Cette manifestation était prévue à 15h le 14 juin 1962.

Le Préfet Claude Érignac avait fait interdire cette manifestation et avait positionné les forces de l’ordre pour quadriller la place des Palmistes.

Une bonne partie de la population n’avait pas été informée de cette interdiction et rejoignait à pied le point de rassemblement située sur la place. Ils ont donc été contraints de rejoindre le local du parti que l’on dénommait « la chapelle », situé à l’époque rue voltaire devenue depuis rue Justin Catayée.

Ils décidèrent malgré tout de manifester et l’on assistera à une intervention énergique des forces de l’ordre. Plusieurs personnes seront arrêtées ou blessées.

En pleine session parlementaire, Justin Catayée est alerté de la terrible répression commandée par le Préfet Erignac et décide d’écouter sa présence à l’assemblée et de rentrer en Guyane afin d’être à la tête du défilé de protestation programmé par le F.D.G. pour le 25 Juin 1962.

Justin Catayée interviendra le 19 juin à l’Assemblée Nationale pour évoquer les incidents du 14 juin à Cayenne. Il se fait rappeler à l’ordre par le président de séance et prononce alors ces paroles prophétiques : « Je parle peut-être ici pour la dernière fois ».

Le 22 juin, alors qu’il s’achemine vers la Guyane, le Boeing 707 « Château de Chantilly » de la Compagnie Air France dans lequel se trouve Justin Catayée s’écrase sur les contreforts de la colline de Deshaies en Guadeloupe. Parmi les 112 passagers et les 5 membres de l’équipage, étaient notamment présents trois autres Guyanais (Roger Sadecki, Jacques Massel et Mademoiselle Voluménie ) ainsi que deux autonomistes antillais :

– Albert Béville, poète connu sous le nom de Pau Niger, membre fondateur du « Front Antillais et Guyanais pour l’Autonomie »

– Roger Tropos, jeune homme de 24 ans

Il n’y aura aucun survivant.

Parmi les nombreux hommages qui furent rendus au Député de la Guyane, retenons celui de Jacques Chaban-Delmas :

« Justin Catayée s’affirmera comme le porte-parole talentueux et passionné de ceux qui l’avaient élu ».