« Jazz Night » Omer Avital, Arturo Sandoval au Parc Culturel Aimé Césaire

jazz_night-2015Dans le cadre de la 44ème Édition du Festival Culturel de la ville de Fort-de-France , rendez-vous le samedi 18 Juillet 2015 à 18h30 à 00h où soufflera comme un air de Dolce Vita sur Foyal.

Au cœur du Parc Culturel Aimé Césaire , sous les étoiles, en pelouse, gradin ou autour d’une table, embarquez pour la 5ème Édition de la Jazz Night !

Un voyage entre musique et découverte culinaire. Un public de plus en plus nombreux à chaque édition.

Cette année encore le Festival de Fort-de-France propose de voyager au rythme du swing .

A noter la présence cette année encore du Jardin des saveurs , Village Culinaire – possibilité de se restaurer sur place.

Au programme :
-Jug Band Matnik
– Carte Blanche de Jojo Grocravla au menu :
– Saveurs locales en compagnie de Jojo , Alfred Varasse et la plume de la Slameuse Flo.
– Frantz Laurac et Malika Tirolien
– Omer AVITAL ( Israël / USA)
– Arturo Sandoval ( Cuba/USA)

Omer Avital

Parmi les nombreux musiciens israéliens talentueux qui sont apparus sur la scène de jazz du monde au cours des dernières années, Omer Avital se démarque du reste. Il ne fait pas partie de cette vague mais plutôt de ceux qui ont initié. Omer Avital est un pionnier.

Contrebassiste au parcours assez atypique et riche : après avoir accompagné les plus grands (de Wynton Marsalis à Brad Mehldau en passant par Kenny Garrett) et avoir étudié à New York et en Israël, le contrebassiste présente aujourd’hui des compositions aux mille influences et nuances, avec la crème de la scène jazz israélienne et new yorkaise. Son album New Song sort le 6 mars 2014 chez Plus Loin Music/Abeille Musique.

Musiciens
Omer Avital – contrebasse
Avishai Cohen – trompette
Joel Frahm – saxophone ténor
Yonathan Avishai – piano
Daniel Freedman – batterie

http://omeravital.com/

 

Arturo Sandoval

Arturo Sandoval, né le 6 novembre 1949 à Artemisa (Cuba), est un compositeur et instrumentiste (trompette, bugle et piano) de jazz.

Fils d’un mécanicien automobile, le jeune Arturo se passionne pour la musique et intègre la fanfare de sa ville natale à l’âge d’environ 12 ou 13 ans. Il y est notamment initié au solfège mais s’intéresse à plusieurs instruments dont les percussions pour jeter son dévolu sur la trompette.

Arturo Sandoval entame en 1964 une formation classique à l’ Escuela Nacional de Arte de La Havane. Dans le Cuba postrévolutionnaire les cours sont dispensés par un professeur de trompette russe.

Entre 1967 une initiative gouvernementale met en place, sous la diréction d’Armando Romeu, l’Orquesta Cubana de Musica Moderna. Arturo Sandoval l’intègre alors qu’il est sous les drapeaux suite à son incorporation en 1971.

Cette composition aboutira, en 1973, à la fondation de l’Irakere dont Sandoval est l’un des initiateurs. Le groupe, dont Sandoval, effectuera de nombreuses tournées à travers le monde sous l’impulsion notamment de Paquito D’Rivera et de Chucho Valdés.

Sandoval se passionne pour les enregistrements bebop de Charlie Parker, Clifford Brown et Dizzy Gillespie. En 1977, Gillespie tourne dans les Caraïbes en compagnie de Stan Getz. Sandoval, qui considère l’américain comme son père spirituel, le reçoit à Cuba. Après lui avoir fait visiter les quartiers afro-cubains où des musiciens jouent guanganco et rumba dans les rues, Sandoval révèle ses talents de musicien à Gillespie en montant sur scène avec lui.

L’américain l’influençant déjà énormément devint rapidement son mentor et son collègue, puisqu’ils jouèrent ensemble en concert en Europe, à Cuba puis au sein de l’Orchestre des Nations Unies.

Au début des années 80, il quitte Irakere pour effectuer des tournées avec sa propre formation. Le régime castriste l’autorise à effectuer quelques apparition avec l’Orchestre symphonique de la BBC ou encore le Philharmonique de Leningrad renommé depuis Orchestre philharmonique de Saint-Pétersbourg.

Toutefois, ses relations au régime en place à La Havane sont telles que Sandoval envisage de fuir son pays. Alors qu’il effectue durant le mois de juillet 1990 une tournée en Italie avec l’Orchestre des Nations Unies, Sandoval, accompagné par son fils Arturin et son épouse Marianela se réfugie à l’Ambassade des États-Unis à Rome. Il y sollicite l’asile politique que son ami Gillespie l’aidera à obtenir.

Sandoval s’installe alors à Miami en Floride, proche de sa terre natale et siège d’une importante communauté cubaine.

Après s’être vu opposer un refus par les autorités américaines en 1997 au motif qu’il fut membre du parti communiste cubain, Sandoval obtient en 1998 la nationalité américaine suite à une intervention du président Bill Clinton.

Le biographe James M. Manheim précise que, dans une interview au Financial Times, Sandoval indique qu’il a vécu les conditions dans lesquelles ce refus est intervenu comme une expérience dégradante. En effet, le rejet de sa demande par l’administration américaine reposait sur son adhésion au parti communiste alors que celle-ci avait pour fondement l’autorisation d’être accompagné par sa famille lors de ses voyages à l’étranger, ce qui, in fine, rendra sa défection possible.

La vie d’Arturo Sandoval a fait l’objet d’un téléfilm américain (2000) : “For Love or Country: The Arturo Sandoval Story” avec Andy Garcia lui-même d’origine cubaine.

Ce dernier a fait appel à lui pour composer la bande originale de l’une de ses productions, Middleton, sorti en 2013.

Sandoval a notamment travaillé avec : Vikki Carr, Luis Enrique, Mike Couzzi, George Noriega, Lee Levin, Tony Concepcion, Julio Hernandez, Rene Toledo, Rita Quintero, Dana Teboe, Ed Calle et le “Lincoln Center Afro-Latin Orchestra”.


Points de vente :
Billetterie du Grand Carbet /
Mobil+ : Galleria, Place d’Armes, Oceanis Robert, Rond Point, Cour Perrinon, Village Jambette
Station essence Esso Sainte-Thérèse / Place d’Armes /Marin

Infoline : 0696 56 60 69 / 0596 71 66 25