Hayao Miyazaki tire sa révérence

Le maître de l’animation japonaise, qui a annoncé son départ à la retraite, signe un ultime long métrage pour adultes,” Le vent se lève”. 2h06.

le_vent_se_leve

Au Japon, dans les années 1920, Jiro devient ingénieur en aéronautique. Il met son talent au service d’un grand constructeur qui va participer à l’effort de guerre deux décennies plus tard… Pour son dernier film, Hayao Miyazaki, passionné d’aviation, n’a pas choisi la facilité en dressant le portrait de Jiro Horikoshi, qui a créé le célèbre chasseur Zero pour Mitsubishi, utilisé lors du bombardement de Pearl Harbor. Un sujet périlleux, voire “kamikaze” pour le cinéaste, qui change radicalement de registre, et de public. Destiné aux adultes, ce drame est traité avec l’onirisme et la fantaisie qui caractérisent son œuvre, mais aussi avec une gravité et une lucidité bouleversantes. Affranchi des contraintes de narration, le maître signe un récit à la fois dense et elliptique, crépusculaire et solaire, résolument métaphorique et audacieux.

S.B.

Il n’a pas pris une ride. Ses cheveux blancs et sa barbe soigneusement peignés, ses célèbres lunettes en écaille posées sur le nez, son tablier, estampillé Boucle d’or et les trois ours, noué autour de la taille : Hayao Miyazaki n’a pas changé. Toujours aussi élégant et courtois, il accueille ses visiteurs dans son chalet qui lui sert d’atelier à Koganei, en banlieue ouest de Tokyo. Devant l’entrée est garée son increvable 2 CV grise. On remarque un autocollant à l’arrière, stipulant que le conducteur est un senior! Non loin de là, le studio Ghibli, fondé en 1985, est réparti dans trois bâtisses d’une étonnante modestie architecturale. Les chats sont les mascottes des animateurs et circulent à leur guise. À quelques mètres, une crèche accueille les enfants des employés. “Je leur rends visite tous les jours, avoue le cinéaste, l’œil qui frise. J’aime leur compagnie. Et désormais, j’ai plus de temps pour moi.”

En septembre 2013, Hayao Miyazaki annonçait son départ à la retraite à un parterre de journalistes médusés. Dans le passé, il avait déjà exprimé le souhait de rendre son tablier à de multiples reprises, mais avait toujours été remis dans le droit chemin par Toshio Suzuki, son producteur. Il a encore essayé de le raisonner, cette fois sans succès. Sa décision semble irrévocable, malgré les rumeurs qui circulent sur Internet. À 73 ans, celui qui est considéré comme un dieu vivant par ses concitoyens ne réalisera plus de long métrage. Le vent se lève, qui sort mercredi en salles, est bel et bien le dernier. “J’ai consacré quatre ans à ce projet. Je me rends compte que ce métier est beaucoup trop prenant pour moi à présent, je ne suis plus tout jeune. Et il y a tant de choses que j’aimerais faire. Je me suis lancé dans un manga, je veux imaginer des courts métrages pour le musée Ghibli et me promener en forêt.”
Son dernier film est la somme de toutes ses préoccupations

Son collègue Isao Takahata, avec lequel il entretient une rivalité, est toujours en activité à 78 ans. “Oui, mais c’est un paresseux. Il faut sans arrêt le motiver !” (Rires.) À l’instar d’un des personnages de son film testamentaire, qui répète la phrase “il faut tenter de vivre”, Hayao Miyazaki entend profiter de “tous ces petits plaisirs qui ont été sacrifiés durant cinquante ans de carrière” et “gagner sa liberté”. “J’arrive au studio quinze minutes plus tard et je rentre à mon domicile trente minutes plus tôt. La durée de ma sieste est en augmentation constante. J’ai davantage de complicité avec ma femme.” Le vent se lève est la somme de toutes ses préoccupations. “Je n’ai pourtant rien calculé : j’ignorais à l’époque que ce serait mon dernier passage derrière la caméra. Je planchais sur une bande dessinée quand Toshio Suzuki m’a proposé de l’adapter au cinéma.”

Il a d’abord hésité. “Le scénario s’adressait aux adultes. Je voulais rendre hommage à Jiro Horikoshi, l’ingénieur qui a conçu le Zero, le fleuron de l’aviation japonaise dans les années 1930. Il a poursuivi son rêve et son ambition pour ériger une œuvre d’art. Cet idéaliste savait qu’il élaborait une arme, mais il ne se doutait pas à quel point elle serait un outil de carnage et de destruction.” Le metteur en scène a suscité la polémique dans son pays en abordant le tabou ultime : la Seconde Guerre mondiale, l’amitié entre l’Allemagne et le Japon. “Il ne faut pas nier les périodes sombres de notre histoire. Le Zero est à la fois une fierté et un complexe : une merveille de technologie et l’instrument de la défaite.”

Hayao Miyazaki est né en 1941, l’année de Pearl Harbor. Troublante ressemblance avec le couple de héros du Vent se lève, son père travaillait dans une usine régionale qui fabriquait des pièces détachées pour avions et sa mère souffrait de tuberculose. Par pudeur, il se défend de tout parallèle autobiographique. “Je ne représente pas mes parents. Mon père n’a jamais connu Jiro Horikoshi et la tuberculose était très répandue.” Il a grandi dans un pays en ruines. “J’entends encore les bombardements. Heureusement, je n’habitais pas dans la zone de Hiroshima et Nagasaki. Je jouais dans des bâtiments abandonnés, démolis, rouillés. À l’intérieur, l’herbe se mettait à pousser. J’ai compris alors que tout grand empire était voué à se disloquer un jour ou l’autre.”
“Notre gouvernement pratique la désinformation et ne fait rien”

En 2008, dans Ponyo sur la falaise, il prédisait que le Japon aurait bientôt les pieds dans l’eau. Trois ans plus tard, le tsunami a ravagé la province du Tohoku, et provoqué la catastrophe nucléaire de Fukushima.

Paru dans leJDD

Lire la suite: http://www.lejdd.fr/Culture/Cinema/Hayao-Miyazaki-tire-sa-reverence-649418