Edouard Glissant, une luciole dans la nuit primordiale

— Par Max Pierre-Fanfan, Journaliste/Réalisateur, Ecrivain —
Face à un monde qui se défait devant nous, la pensée du poète, essayiste, romancier martiniquais, Edouard Glissant n’a jamais été aussi vive et fondée.
“On nous dit et voilà vérité, que c’est partout déréglé, déboussolé, décati, tout en folie, le sang, le vent. Nous le voyons et le vivons. Mais c’est le monde entier qui vous parle par tant de voix bâillonnées”…(Traité du Tout-Monde), observait déjà Edouard Glissant. L’humanité s’enfonce-t-elle dans de sombres temps?…Sont-ils mûrs ces fruits d’un ombrageux destin?…Dans son éloge de Lessing, Hannah Arendt évoquait la situation de celui qui . se trouve confronté à un temps de ce genre. Un temps où le domaine public a perdu le pouvoir d’illuminer…Un temps où nous ne nous sentons plus éclairés selon l’ordre des raisons, ni radieux selon l’ordre des affects.
Des clôtures s’érigent tous azimuts. Le problème des migrations se découvre épineux; il n’est qu’à ses débuts. Le repli sur soi empêche d’anticiper cette tendance inéluctable. La guerre en Syrie nous sert d’avertissement. Nous connaîtrons d’autres afflux massifs de populations dus à des évènements soudains: guerres, catastrophes naturelles, changements climatiques…Rien de vraiment surprenant, lorsqu’on sait, par exemple, que les politiques d’aide au développement ont été laissées de côté. Les crédits n’ont cessé de baisser. Autre constat, en Europe, les souverainistes ont le vent en poupe. La France, quant à elle, emprunte le chemin du repli. La Corrèze plutôt que le Zambèse. Les idées du front national s’enracinent et font florès Un vent de panique traverse les états-majors politiques. A deux mois et demi des élections régionales (6 et 13 décembre), le parti socialiste lance une ultime tentative d’union de la gauche.
Le chat-tigre
Le premier secrétaire du PS , Jean-Christophe Cambadélis annonce un référendum mi-octobre pour poser la question de l’union du “peuple de gauche”. Les Républicains ne sont pas en reste, des questionnaires sont soumis aux militants pour masquer les différences entre les leaders..
Que faire? Se retirer sans se replier comme le fit Lessing qui se retira dans la pensée sans se replier sur soi. Et s’il y avait pour lui un lien secret entre action et pensée; ce lien consistait en ce qu’action et pensée toutes deux adviennent sous la forme du mouvement. Et donc la liberté qui toutes deux les fonde, soit la liberté de mouvement…
Et que nous dirait Edouard Glissant de ces périls multiples?…”Sans doute, nous ferait-il ressentir l’urgence d’une pensée fructifère, d’une lecture effervescente du monde”, indiquait la Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Christiane Taubira, lors de la présentation d’une sélection des archives du poète, classées, Trésor national, le 21 septembre 2015, à la Chancellerie.
“Le chat-tigre”, comme elle le surnomme affectueusement, nous offre sa pensée en offrande. La pensée archipélique, celle qui convient à l’allure de nos mondes et qui propose la racine en rhizome et qui ouvre relation. La créolisation comme mise en contact de plusieurs cultures dans un endroit du monde; la pensée de la trace qui permet d’aller au loin des étranglements de système et qui fêle l’absolu du temps.
Le stalker
La pensée d’Edouard Glissant conçoit les diffractions de l’espace-temps. Cette errance dans le Temps-Monde, une intrusion dans les interstices d’un espace-temps fragmenté et reconstruit. Ce passage d’un univers à l’autre s’avère de pure ubiquité. Un accès dans une Zone, à l’instar du Stalker( de Tarkovski ) où les lois physiques qui régissent notre monde n’existent plus. On s’y aventure sous la conduite d’un guide, le Stalker, qui peut en déjouer les pièges pour atteindre le secret qui serait caché au centre.
Edouard Glissant écrivait la nuit. “La nuit disait-il l’amenait à la relation immédiate avec presque la totalité de l’existant, tout le possible, tout l’invisible…Au tremblé des flambeaux; il aura sans doute ramené le tremblemnt de la pensée, celui qui écarte les totalitarismes, la prison des systèmes; les explications voulues définitives pour proposer l’ouvert d’une politique des indéfinitions et qui s’étale autant qu’elle bâille en profondeur et qui permet une vigilance de tout instant dans les sillons de l’incertain, les fastes de l’intuition, la solitude devenu solidaire”, confie l’écrivain Patrick Chamoiseau dans son texte intitulé, “Dans l’écriture d’Edouard Glissant”.
Edouard Glissant était “un homme tremblant”; soumis ainsi à des tremblements de temps. “J’espère qu’il y aura de plus en plus des hommes tremblants”, appelait de ses voeux, Marguerite Duras (conversation M.Duras et Elia Kazan). Le poète et écrivain martiniquais bascula dans un devenir; il confirma l’intuition de Marcel Proust, “le temps qui d’habitude n’est pas visible, pour le devenir, cherche des corps et partout où il les rencontre s’en empare pour montrer sur eux sa lanterne magique”( “Le Temps Retrouvé”).

Les archives d’Edouard Glissant élevées au rang de trésor national

Une sélection des archives d’Edouard Glissant a été présentée, lundi 21 septembre 2015, à la Chancellerie en présence de la Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Christiane Taubira; la ministre de la Culture et de la Communication, Fleur Pellerin; la ministre des outre-mer, George Pau-Langevin.
Les archives retracent la vie d’Edouard Glissant des années 1970 à son décès en 2011. Ils contiennent des documents de sa période dite de “jeunesse” (fin des années 1940-1960); telles les ‘Notes pour un traité de la décolonisation”, ou “les Actes du Congrès constitutif du Front antillo-guyanais”. Les manuscrits se présentent sous la forme de cahiers de brouillons reliés, illustrés de schémas et de dessins d’une grande valeur pour l’histoire de la littérature. Notes éparses ou manuscrits complets tels “Faulkner Mississipi”, “Ormerod”, “Parabole d’un moulin de Martinique”, “Malemort”, “la Case du Commandeur”, “Les Grands Chaos”, “Tout-Monde”. On y trouve également sa correspondance privée avec Yves Bonnefoy, Aimé Césaire, J.M.G Le Clézio, Michel Leiris, Michel Butor, Patrick Chamoiseau.
En décembre 2014, la ministre de la Culture et de la Communication, Fleur Pellerin, sur l’avis de la Bibliothèque nationale avait déclaré, Trésor national, les archives d’Edouard Glissant, figure de la lutte anticoloniale, penseur de l’identité antillaise et créateur du concept du “Tout-Monde”.

Une luciole
Edouard Glissant nous indique la voie, celle de l’engagement. Dans sa période dite de “jeunesse”, il a milité pour les idées révolutionnaires de libération des colonies. Il a participé au premier congrès des écrivains et artistes noirs en septembre 1956 à la Sorbonne et au second à Rome en mars 1959. Il sera en 1961, l’un des fondateurs du Front antillo-Guyanais. De retour en Martinique en 1965, il crée l’Institut Martiniquais d’Etudes (IME); puis ce fut son ouverture au concept de créolisation et la construction de la Relation.
Fort de son exemple, nous devons assumer nous-mêmes la liberté de mouvement; “la force diagonale” (H.Arendt) qui résulte des forces du passé et du futur; assumer nous-mêmes la faculté de faire apparaître des parcelles d’humanités.
Le domaine public ayant perdu son pouvoir d’illuminer, nous devons nous-mêmes, dans la brèche ouverte entre le passé et le futur, devenir des lucioles. Dire, oui, dans l’épaisseur de la nuit. Edouard Glissant, luciole dans les nuits tropicales aura ramené comme le dit Patrick Chamoiseau, “cette capacité à confronter intact le mystère du Tout-Monde”.
max_pierre-fanfan-2Max Pierre-Fanfan
Journaliste/Réalisateur
Ecrivain