D’un classique à l’autre, du théâtre amateur au théâtre professionnel

“L’assemblée des femmes”. “Andromaque”.

AssembléeCourtesLignes

– Par Janine Bailly –

Le théâtre Aimé Césaire nous a donné à voir ce mois de mai deux pièces classiques, l’une dans le cadre du Festival de théâtre amateur, l’autre dans le cadre de sa programmation annuelle.

La compagnie Courtes Lignes, habituée du festival susdit, s’est attaquée à L’Assemblée des Femmes, comédie d’Aristophane, déjà revue par Robert Merle, et montée par nos amis guadeloupéens en un patchwork hilarant ! S’il reste la belle idée de faire prendre le gouvernement d’Athènes par les femmes de la cité, si la critique du monde économique et politique incarné en la personne du sycophante demeure et se teinte, hélas ! d’actualité, il faut bien dire que nous sommes amenés assez loin de l’original, la troupe tirant la représentation vers le burlesque, ce qui se peut comprendre, et vers la gaudriole bien appuyée, le sexe devenant, oserai-je l’écrire ainsi, le pilier de la comédie ! C’est un peu lourd, certes, et sans doute ai-je fini par me lasser. Mais la comédie antique ne se terminait-elle pas dans un banquet à l’atmosphère dionysiaque ? Ici les acteurs-amateurs assument leur choix, s’en donnent à cœur joie, et s’amusent si visiblement sur scène que par contagion ils nous amusent aussi. Je retiendrai, parce que les femmes y mènent la danse— et leurs maris par le bout du nez —, et que les comédiennes s’y investissent avec bonheur, ce passage où le quiproquo qu’elles provoquent, toutes deux prétendant, alibi à leur absence, être sorties à l’aube afin d’assister l’autre dans son accouchement, ce quiproquo donc ridiculise des mâles déjà tombés de leur piédestal puisque contraints de revêtir les tuniques de leurs épouses pour se montrer dans la rue. Ces dernières en effet, avant de se rendre à l’Assemblée sur l’Agora et de se faire octroyer le pouvoir, s’étaient travesties à l’aide des vêtements et sandales dérobés à leurs maris respectifs.

C’est à un tout autre voyage que nous convie le Collectif La Palmera, avec le spectacle intitulé « Andromaque, d’après Andromaque de Jean Racine ». Deux jeunes acteurs au dynamisme à toute épreuve, seuls en scène si l’on excepte la compagnie d’objets incongrus prêts à les servir – seaux, balais, confettis, ballons gonflables et tissus divers — nous entraînent dans leur sillage enchanté, et nous découvrirons toutes les facettes de leur talent. Une première partie les voit bâtir, de façon parodique malgré l’exactitude des dires, un cours de littérature baroque, où il s’agit d’expliquer, à l’aide des ballons gonflés censés être les personnages, ce que fut la guerre de Troie et ce qu’est le leitmotiv de la passion racinienne toujours contrariée par les dieux jaloux. La salle joue sans coup férir le jeu de la classe, elle répond aux questions et sollicitations de ses deux « maîtres ». Partagée en droite et gauche par les comédiens, elle prend à hauts cris position pour ou contre la disparition programmée d’Astyanax. « Didactique » ont dit certains critiques, mais si les circonstances qui menèrent Andromaque en captivité sont parfaitement élucidées, la suite de la présentation, par la vivacité du jeu, par le choix du burlesque assumé, par les pré-requis nécessaires, me semble relever d’un génial moment de cirque plus que d’une instructive leçon : il y a par instants de l’Auguste et du Clown Blanc dans ces deux-là, qui forment un duo bien accordé, Nelson-Rafaell Madel bousculant un Paul Nguyen devenu alors le naïf de l’histoire.

AndromaqueMais qu’en est-il de Racine ? Très vite, le texte refait surface, dès lors que Pylade retrouve son ami Oreste, et les premiers alexandrins entendus vont nous mener subrepticement vers le second moment du spectacle. Si le glissement d’un genre à l’autre ne m’est pas toujours paru évident, tant il me fut inconsciemment difficile de quitter un état d’âme dédié aux rires pour entrer dans un monde fait de gravité et recueillement, je fus aidée en cette circonstance par cette désopilante scène où Hermione, en danseuse de cabaret, transforme la colonne du théâtre en barre autour de laquelle lascivement s’enrouler sous le regard d’Oreste, qu’il s’agit dans l’intrigue de circonvenir, un Oreste aux allures de Maffioso sicilien plus vrai que nature derrière ses lunettes noires. Et les mots pourtant y sont bien ceux de Racine ! « À l’acte III, une rupture se produit, car les personnages, dévorés par leur passion, n’ont plus qu’une obsession : satisfaire leur désir par tous les moyens. » (extrait du dossier de presse). Et cela fonctionne à merveille, tous ces personnages étant endossés par l’un et l’autre, par l’un ou l’autre car ils sont interchangeables. Pari audacieux mais pari tenu ! Soudain, oubliés les ballons dont certains éclatés en grand bruit en simulation des combats devant Troie, oublié le cheval comique et la parodie, oubliées les adresses au public : nous voici au cœur brûlant de la tragédie, tout étreints de sincère émotion chaque fois qu’en ses voiles vibre la chaude voix modulée d’Andromaque, qui déclame et parfois chante quelque tirade devenue complainte. Nous voici témoins silencieux et tremblants de ces confrontations qui déchirent et dévorent les couples faits et défaits, d’Andromaque et Phyrrus, d’Hermione et Oreste, d’Hermione et Pyrrhus. Nous voici conduits inexorablement vers la mort de Pyrrhus, roi victime de sa passion délétère, vers le suicide d’Hermione, cruelle amante assassine, vers la folie d’Oreste, héros méprisé, déchu et lacéré, victime des oukases divines. Quelques pièces de tissus, drapées avec art et diligence, deviennent manteaux, robes, tuniques, voiles ou coiffures, et cela suffit à notre désir de vraisemblance.

Si cette représentation témoigne d’une somme fabuleuse de travail et d’incontestables qualités, oserai-je dire, face à l’enthousiasme d’une salle conquise, que parfois « qui trop embrasse mal étreint », qu’on ne peut être aussi bon dans tous les rôles de cette histoire, et qu’à mon avis les dernières scènes souffrent de fatigue et d’un certaine faiblesse dans la diction, l’un accélérant parfois son débit jusqu’à l’inaudible, l’autre scandant trop systématiquement à mon goût un alexandrin découpé en trois segments, tous deux forçant la voix jusqu’au cri qui par trop déforme. Mais fasse que ce petit bémol, à moi-même octroyé, ne vienne entacher le plaisir pris à ré-entendre, à re-découvrir une pièce si chère à mon cœur. Et, le spectacle vu, la mention « d’après Racine » me paraît un peu trop modeste puisqu’aussi bien l’essentiel de ce qui fait la force du tragédien nous est finalement transmis !

Janine Bailly,  Fort-de-France

Le 20 mai 2016