Couple: sortir de la dépendance affective

—Par Christophe Fauré—

dependance_affectiveUne personne dépendante affectivement, qu’elle soit homme ou femme, est profondément convaincue qu’elle ne peut exister qu’à travers le regard, l’amour ou l’approbation des autres. Elle est affligée par la pesante impression d’être sans substance en tant que personne et vit au quotidien dans la sourde angoisse d’être perçue par autrui comme n’ayant fondamentalement aucune valeur intrinsèque. Cette croyance négative sur elle même affecte profondément sa relation à autrui.

Ce sont souvent des personnes qui paraissent extérieurement extrêmement gentilles et prêtes à tout pour satisfaire les autres. Elles n’hésitent pas d’ailleurs à s’oublier elles mêmes et à sacrifier leurs propres besoins pour répondre en priorité à ceux des autres. Néanmoins, même si cette attitude est motivée par un désir parfois réel de faire plaisir, il ne s’agit pas toujours d’un réel don de soi. Il y a souvent une stratégie inconsciente derrière ce mouvement d’abnégation envers les autres: les personnes dépendantes affectivement se disent que leurs efforts, leur sacrifice ou même leur soumission vont être payants et que cela leur amènera l’affection et la valorisation dont elles ont besoin -et dont elles sont dépendantes.

La personne dépendante veut plaire à tout prix pour obtenir le regard d’approbation qu’elle croit lui faire tant défaut. Elle se transforme alors en un véritable caméléon, convaincue que c’est en devenant ce qu’elle s’imagine que les autres attendent d’elle qu’elle sera alors aimée. Elle tente d’être ce qu’elle n’est pas, en espérant devenir ce qu’elle croit que les autres souhaitent qu’elle soit ! Sans s’en rendre compte, elle se perd en chemin, en ne parvenant jamais à être elle même.
Une situation souvent induite par un passé de carences affectives

Dans l’histoire passée des personnes dépendantes affectivement, on retrouve très souvent de grandes carences émotionnelles liées, par exemple, à l’absence d’un regard parental bienveillant ou suffisamment “nourrissant” pour que l’enfant se sente aimé de façon inconditionnelle. Cette carence de regard valorisant induit chez l’enfant un sentiment d’incomplétude qu’il tentera toute sa vie de compenser.

Une carence de regard valorisant induit chez l’enfant un sentiment d’incomplétude

Il peut s’agir également de situations où l’enfant s’est senti abandonné par un parent (réellement ou symboliquement) à un moment de son développement émotionnel où il avait particulièrement besoin de se sentir reconnu en tant qu’individu singulier. La dépendance peut aussi provenir de l’attitude d’un parent qui a fait passer à son enfant le message que, sans lui, l’enfant n’était rien et qu’il devait donc dépendre de lui pour la satisfaction de tous ses besoins.

Persuadé qu’il ne peut pas remplir ce trou béant qu’il perçoit en lui même, l’enfant – puis l’adolescent et plus tard l’adulte – va croire que seul autrui sera capable de le “remplir” affectivement, lui permettant ainsi de devenir un individu complet à part entière. C’est là l’erreur fondamentale car personne ne pourra jamais remplir ce trou émotionnel du passé! La personne dépendante le croit pourtant et s’engage dans une quête perdue d’avance. Cette conviction va la conduire à inconsciemment rechercher coûte que coûte un (ou une) partenaire qui pourra compenser ces carences – très souvent son conjoint.
Un besoin d’attention toxique pour la relation de couple

De là, sans même s’en rendre compte, la personne dépendante met une pression gigantesque sur la relation de couple. Certes, elle semble extérieurement tout faire pour répondre aux moindres besoins ou demandes de son/sa partenaire, mais, en retour, elle attend que cette personne la fasse exister par son regard, ses marques d’appréciation, son attention constante à elle! C’est une sorte de “donnant-donnant” toxique qui régit alors la relation: la personne dépendante n’a pas conscience qu’elle attend un “retour sur investissement” pour son (apparente) abnégation envers son/sa partenaire. Cette demande très puissante n’est jamais exprimée (ou même perçue) comme telle mais elle fait peser sur la relation un poids considérable, sous l’apparence d’un beau lien d’amour.

Lire Plus => sur http://www.lexpress.fr/styles/psycho/couple-sortir-de-la-dependance-affective_1555567.html