“Cercle égal demi Cercle au Carré”, de la Cie Difé Kako

Comment mettre en relation ce qui nous fonde dans la différence pour créer un langage nouveau ?

Théâtre Jacques Carat à Cachan (94) Jeudi 8 juillet 2021 à 19h
Durée spectacle : 1h
Durée du bal : 40 min.
Tout public
Tarifs : Spectacle et bal gratuits uniquement sur réservation

Lire sur Madinin’Art : Difé Kako : danse traditionnelle, danse actuelle

Tableau impressionniste, Cercle égal demi Cercle au Carré embarque à son bord douze interprètes de tous âges venant de Guadeloupe, de Martinique, de Guyane, du Cameroun, du Gabon et de l’Hexagone. Sur ce bateau pris dans la vague qui relie les territoires, le but du jeu est de partager et de mettre en friction les multiples cultures. Ainsi, boulangère, quadrille, haute taille et autres danses sociales introduites aux Antilles et en Guyane avec la colonisation, réappropriées par les esclaves, ont rencontré les danses africaines. Par un processus d’adaptation créatif ont émergé ensuite les danses créoles. Elles viennent aujourd’hui se transformer au contact du hip-hop, du voguing, du ragga, du krump, de la kizumba, du zuèt et inversement. Le dialogue ainsi établi entre tradition et modernité revisite les danses sociales et les électrise dans un univers géométrique au contact des danses urbaines, composant un hymne vivifiant à la créolisation et au métissage artistique.

Au fil de la pièce, dans une urgence et une dynamique puissantes, le cercle se forme et se déforme, laissant place à une égalité des figures épurées et des genres dans laquelle se dessine la possibilité d’un « Tout monde » fécond et jubilatoire.

Note d’intention
« Les phénomènes de créolisation sont des phénomènes importants, parce qu’ils permettent de pratiquer une nouvelle dimension spirituelle des humanités. Une approche qui passe par une recomposition du paysage mental de ces humanités d’aujourd’hui. Car la créolisation suppose que les éléments culturels mis en présence doivent obligatoirement être « équivalents en valeur » pour que cette créolisation s’effectue réellement. (…) La créolisation exige que les éléments hétérogènes mis en relation « s’intervalorisent », c’est-à-dire qu’il n’y ait pas de dégradation ou de diminution de l’être, soit de l’intérieur, soit de l’extérieur, dans ce contact et dans ce mélange. »

La pièce s’appuie sur de grands concepts de l’auteur Edouard Glissant (1928 – 2011). Ecrivain, poète et essayiste, Edouard Glissant adhère dans un premier temps au mouvement de la négritude aux côtés d’Aimé Césaire, Léon-Gontran Damas et Léopold Sédar Senghor avant de développer son propre concept de la Créolisation ainsi que celui du « Tout monde » (tout ce qui est du monde), résultante de la notion de Relation.

Pour Glissant, l’idée de créolisation vise tout autant le processus de formation des sociétés créoles en tant que telles, que celui d’un devenir pressenti des cultures du monde, résultant de la mise en relation active et accélérée des peuples, des cultures et des hommes. Ainsi conçue, la créolisation désigne bien tout l’ « imprévisible » né de cette élaboration d’entités culturelles inédites, à partir d’apports divers. Elle se différencie du simple métissage, et nécessite certaines conditions d’épanouissement. La créolisation est pour lui une grille de lecture du devenir du monde à grande échelle.

Cercle égal demi Cercle au Carré part donc d’une mise en relation de tous les aspects de la création pour créer les formes nouvelles de la créolisation, pour s’ouvrir à un autre fonctionnement du monde et à des imaginaires multiples.

La pièce embarque donc sur le même bateau des formes, des sons, et des individus. Douze interprètes partagent dans un même espace leurs mémoires, leurs traditions, leurs cultures, leurs souvenirs et leurs lieux géographiques pour créer un autre monde.

S’appuyant dans un premier temps sur un long travail de recherche autour du patrimoine des danses sociales des Antilles, de Guyane et de l’Hexagone, la pièce s’est aussi créée avec les apports de chacun et la rencontre de ces éléments. Ils ont éprouvé par le corps, se sont chargés de vécus semblables tout en étant foncièrement différents. Acceptant de jouer le jeu, ballotés par les flots, s’immergeant dans l’eau, les douzes interprètes ont cédé à la rencontre pour que tout se transforme. L’eau a balayé la surface, y laissant de nouvelles traces. Croyant parfois avoir perdu leur danse propre, ne plus la reconnaître, ils ont découvert qu’elle était au contraire incorporée par chacun, se dévoilant par
moments dans un nouveau vocabulaire chorégraphique de mise en relation, le tissage d’un langage commun à l’imaginaire foisonnant.

Distribution

Chorégraphie Chantal Loïal
Assistante chorégraphie Delphine Bachacou
Collaboration artistique Sabine Novel, Nita Alphonso, Igo Drané
Danse et doublures Stéphanie Jardin, Sandra Sainte-Rose, Chantal Loïal, Delphine Bachacou, Régis Tsoumbou Bakana, Léo Lorenzo, Diego Dolciami, Mario Pounde, Stéphane Mackowiack, Ludivine Mirre
Musique et doublures Gaëlle Amour, Élise Kali, Yann Villageois, Marion Buisset, Damien Groleau
Composition musicale Gaëlle Amour, Damien Groleau, Didier Léglise
Création vidéographique Christian Foret, Yutaka Takei
Création lumière Paul Argis
Création costume Marine Provent
Scénographie Olivier Defrocourt
Régie son Thierry Berthomieu

Production

Production Compagnie Difé Kako.
Avec le soutien du Ministère des Outre-Mer, du FEAC, des Directions Culturelles de Guyane, Martinique et Guadeloupe, de la DRAC IDF, de la Caisse des dépôts Antilles-Guyane, du Conseil Général et Régional de la Guadeloupe, du DIECFOM, de la Collectivité Territoriale
de Martinique (CTM), de la Collectivité Territoriale de Guyane (CTG), de la Scène Nationale l’Archipel (Basse Terre) – Guadeloupe, du Centre Culturel Sonis (Les Abymes) – Guadeloupe, du Centre Culturel Robert Loyson – Guadeloupe, de la Ramée (Sainte Rose) – Guadeloupe, du MA – Guadeloupe, Théâtre Jean Vilar de Suresnes.
Coproduction Anis Gras – Le Lieu de l’Autre, Scène Nationale Tropiques Atrium (Fort-de-France) – Martinique, Le François – Martinique, MAC de Créteil, Festival Jazz’Orne, CCN de Créteil.
Accueil Studio Conservatoire du 13ème, Centre National de la Danse, Carreau du Temple, Micadanse, FGO Barbara, CDC Guyane.

Accueil en partenariat avec l’Opéra de Limoges.