Cécile Kyenge, ministre italienne : «Dire “de couleur”, c’est éviter de dire que je suis noire»

Recueilli par Rémy Demichelis —

cecile_kyenge

Interview Cécile Kyenge est la première femme noire d’un gouvernement italien. En poste au ministère de l’Intégration depuis le 28 avril, elle a subi de nombreuses attaques racistes.

Elle a l’air «d’une femme au foyer» (1) a déclaré à son propos l’eurodéputé de la Ligue du Nord Mario Borghezi. Cécile Kyenge, ministre de l’Intégration et première femme noire d’un gouvernement italien, a souffert de multiples attaques racistes depuis qu’elle est en poste. Membre du Parti démocrate (centre gauche), elle rejoint le 28 avril le gouvernement de coalition d’Enrico Letta.

Née dans l’actuelle République démocratique du Congo, elle arrive en Italie à l’âge de 18 ans pour suivre des études de médecine. Elle obtient la nationalité italienne avec son mariage et s’investit en politique en s’attaquant, entre autres, aux lois sur l’immigration et la citoyenneté votées en 2002, à l’époque de Silvio Berlusconi.

Pourquoi avez-vous choisi de vous lancer en politique au début de votre carrière ?

J’ai été témoin de toutes les difficultés que l’on peut rencontrer quand on est originaire d’un pays étranger: trouver du travail, se déplacer, faire des choix de vie. Je voulais rendre les choses moins compliquées pour les gens qui rencontrent ces problèmes.

Comment vivez-vous le fait d’être la première femme noire d’un gouvernement italien ?

C’est une responsabilité très forte. J’ai conscience que je dois être à la hauteur : les yeux de ceux qui ont tout perdu se tournent vers moi et je ne peux pas les décevoir.

Comment réagissez-vous à l’attaque de Mario Borghezio ?

J’ai choisi de ne pas répondre. Ce n’est pas à moi de le faire mais à la société civile. Il est important que ce soit la société qui y réponde. Le racisme, c’est le racisme. Pour l’éliminer, il faut le condamner et mettre l’individu au centre des préoccupations.

Vous avez déclaré «je ne suis pas une femme de couleur, je suis une femme noire», pourquoi ?

Je crois que si on veut combattre les stéréotypes, il faut commencer par le faire dans le langage. Dire «de couleur», c’est comme éviter de dire de moi que je suis noire, c’est comme éviter de dire d’une femme qu’elle est blonde ou brune. Il y a quelque chose d’hypocrite derrière ce mot qui renvoie à un vocabulaire plein de stéréotypes

Lire la suite sur Libé

 

http://www.liberation.fr/monde/2013/05/24/cecile-kyenge-ministre-italienne-dire-de-couleur-c-est-comme-eviter-de-dire-de-moi-que-je-suis-noire_905385