“Balloon”, un film de Pema Tseden

Lundi 1er février – 18h30 — Mardi 9 février – 20h30  — Mardi 23 février – 14h–Salle Frantz Fanon –

De Pema Tseden
Avec Sonam Wangmo, Jinpa, Yangshik Tso
Nationalité Chinois Drame

Synopsis :
Au cœur des étendues tibétaines, Drolkar et son mari élèvent des brebis, tout en veillant sur leurs trois fils. En réaction à la politique de l’enfant unique imposée par Pékin, elle s’initie en secret à la contraception, pratique taboue dans cette communauté traditionnelle. La maigre réserve de préservatifs qu’elle se procure au compte-gouttes devient alors son bien le plus précieux. Le jour où elle surprend ses enfants en train de jouer dehors avec les « ballons » volés sous son oreiller, Drolkar sait aussitôt qu’elle va devoir tout affronter : les reproches des aînés, le poids de la tradition, le regard des hommes. Et une naissance à venir…

La presse en parle :
Abusdeciné.com par Olivier Bachelard
Balloon” est une chronique tibétaine douce amer mêlant les thématiques de la reproduction et de la réincarnation. Soulignant les contradictions entre ces deux, le scénario déroule sereinement une histoire de contraception (les ballons avec lesquels jouent les enfants ne sont en fait que des préservatifs gonflés), de potentiel avortement et de croyance en la réincarnation prenant des dimensions particulières du fait de la mort récente du grand père.

Délicatement, le film dresse un parallèle entre l’évolution des humains et la vocation de leurs animaux. Opposant l’usage du bouc inséminateur (la coutume et la négociation des prix ont le mérite d’intriguer) à une notion naissante de droit de la femme à disposer de son corps (y compris face à la politique chinoise de l’enfant unique), il parvient à toucher du doigt les conflits entre tradition et monde moderne, où la médecine est une voie possible.

Côté mise en scène, Pema Tseden (auteur de “Jinpa, un conte tibétain”) utilise avec parcimonie les reflets et transparences (dans une flaque, une vitre, dans l’eau…), pour composer de belles vues des lieux, mais aussi pour signifier les pêchés de la sœur comme les doutes de la femme. Un conte moderne et moral qui aborde deux sujets sensibles, aux liens finalement étroits.

Sens Critique :
Après le remarquable Jinpa, western baroque de haute volée, le cinéaste tibétain Pema Tseden nous offre un nouveau “conte”, cette fois dans une veine réaliste et rurale, ce qui n’empêche pas d’apprécier les qualités plastiques d’une œuvre où les diktats des autorités chinoises (la politique de l’enfant unique, en l’occurrence, telle qu’elle fut imposée de 1979 à 2015) se heurtent aux traditions familiales et religieuses d’une famille tibétaine. Croyances en la réincarnation et tabou de la contraception se mélangent dans Balloon sans que le film ne devienne pour autant un mélodrame, le réalisateur gardant sa malice, son ironie et son humour toujours à proximité, soit en regardant parfois les événements à hauteur d’enfants, soit en y mêlant le quotidien des animaux de la ferme, avec en particulier la libido du bélier, dont la liberté, symboliquement, n’est pas plus avérée que celle du peuple tibétain, sous tutelle.