Art & Essai en V.O.

Du 3 au 18 février 2020

  Au cœur du Monde – Gabriel Martins et Maurilio Martins – Brésil – 2019 – 2h02

  Vendredi 14 à 19h30

A Contagem, ville populaire du Minas Gerais brésilien, un coup de feu retentit lors d’une soirée d’anniversaire et lie les destins de Selma, Ana, Marcos, Beto et Miro.

Le Miracle du Saint Inconnu – Alaa Eddine Aljem – Maroc – 2019 – 1h40

 Dimanche 16 à 19h30

Sélection Semaine Internationale de la Critique Festival de Cannes 2019

Au beau milieu du désert, Amine court. Sa fortune à la main, la police aux trousses, il enterre son butin dans une tombe bricolée à la va-vite. Lorsqu’il revient 10 ans plus tard, l’aride colline est devenue un lieu de culte où les pèlerins se pressent pour adorer celui qui y serait enterré : le Saint Inconnu.

Terminal Sud – Rabah Ameur-Zaïmeche – France Algérie – 2019 – 1h36

Lundi 17 à 19h30

Avec Ramzy Bedia, Amel Brahim-Djelloul, Slimane Dazi

Dans un pays plongé dans un climat d’insécurité et de conflit armé, un médecin tente d’accomplir son devoir au sein d’un centre hospitalier, jusqu’au jour où son destin bascule…

 Adam – Maryam Touzani – Maroc – 2019 – 1h38

Mardi 18 à 19h30

Sélection Un certain Regard Festival de Cannes 2019

 Dans la Médina de Casablanca, Abla, veuve et mère d’une fillette de 8 ans, tient un magasin de pâtisseries marocaines. Quand Samia, une jeune femme enceinte frappe à sa porte, Abla est loin d’imaginer que sa vie changera à jamais… Deux femmes en fuite et un chemin vers l’essentiel.

*****

 Noura rêve – Hinde Boujemaa – Tunisie – 2019 – 1h32

Dimanche 9 à 19h30  

Noura a rencontré l’amour de sa vie, Lassad, alors que Sofiane, son mari, est une nouvelle fois en prison. Indépendante, elle travaille dans un hôpital et élève seule ses trois enfants. Les amants cachent leur liaison, menacés de 5 ans de prison par la loi tunisienne si l’adultère est découvert.

 

Le Photographe – Ritesh Batra – Inde – 2019 – 1h49

Jeudi 13 à 19h30

 Rafi, modeste photographe, fait la rencontre d’une muse improbable, Miloni, jeune femme issue de la classe moyenne de Bombay. Quand la grand-mère du garçon débarque, en pressant son petit-fils de se marier, Miloni accepte de se faire passer pour la petite amie de Rafi. Peu à peu, ce qui n’était jusque-là qu’un jeu se confond avec la réalité… Noura rêve – Hinde Boujemaa – Tunisie – 2019 – 1h32

Consulter le site de Madiana


De quelques bonnes manières au spectacle

bonne_maniere_cinema-1Au cinéma, au théâtre, à la salle de concert ou à d’autres événements culturels

Il convient d’arriver à l’heure, afin

– de ne pas rater le début,

– de ne pas déranger les autres spectateurs déjà assis ainsi que par respect pour les artistes du spectacle.

Si le placement de la salle de spectacle est libre, comblez les « trous ». Il n’est pas nécessaire de laisser un siège vide entre vous et votre voisin inconnu. Afin que les derniers couples puissent être ensemble, asseyez-vous les uns à côté des autres, ou alors laissez deux sièges vacants entre vous.

Le téléphone mobile doit rester éteint et il ne convient pas de  consommer pendant la représentation.
Au cinéma on ne fait pas de bruit si l’on déballe et mange quelque chose pendant la séance.
On ne fait pas de commentaires pendant le spectacle, car cela dérange les autres spectateurs, voire les artistes en train de jouer sur scène.
C’est à la fin d’un spectacle qu’on applaudit les artistes (jamais entre les symphonies musicales dans un concert).

Voici un point très délicat : la standing ovation. Autrefois, elle était extrêmement rare, ce qui faisait sa valeur. Aujourd’hui  galvaudée par les publics d’émissions de télévision dressés à se lever sur commande dans une logique de spectacularisation, elle relève pour beaucoup d’un réflexe pavlovien. On vous regarde de travers si vous ne vous levez pas à la fin d’un spectacle, d’un concert ou d’un opéra pour applaudir. Cela devient n’importe quoi.  Les artistes sont là pour faire leur travail, ils le font. Ok. Retenez qu’on n’applaudit pas une caissière dans un supermarché après un passage à sa caisse et que de même on ne ‘sur-investit » pas les applaudissements. Tout ce qui est excessif est insignifiant. Charles Maurice, prince de Talleyrand-Périgord