Les Seigneurs féodaux sont de retour en Macronie!

— Par Robert Saé —

On sait que, sous le régime féodal, le roi et les seigneurs avaient droit de vie et de morts sur  « leurs sujets ». Aucune autorité autre  que la leur n’était habilitée à juger du bien-fondé de leurs décisions. Ils  étaient intimement convaincus que l’aliénation  dans laquelle  les superstitions et la propagande religieuse  maintenaient les manants et autres roturiers ne permettrait jamais que cet ordre des choses puisse changer.

Et puis, la Révolution bourgeoise de 1789 est venue balayer l’Ancien Régime. Depuis, on a beaucoup parlé  du règne de la « raison », de « souveraineté populaire »,  et du respect des « droits de l’homme ». Bien sur, le pouvoir et la jouissance de privilèges  restaient l’apanage des classes dominantes, mais on s’appliquait à le  cacher derrière les écrans du formalisme institutionnel. Vive la République criait-on de toute part !

Avec la constitution de 1958, la République Française a pris une forme manifestement monarchique, la rhétorique de la démocratie s’accommodant ouvertement de l’apparat des châteaux de la dite République et des larges privilèges  offerts aux gouvernants.

Depuis que le sieur  Macron De la Financerie et  la Reine Brigitte, ont été installés sur le trône de France, la Monarchie a décidé de se débarrasser des faux-semblants. Opportunistes, nos néo-seigneurs ont saisi le prétexte de la pandémie de Covid 19, pour tenter de ressusciter pleinement la toute-puissance féodale. A défaut de « la peur de l’an mil », celle du coronavirus a été l’occasion de se  ré-octroyer  le « Droit de vie et de mort » sur leurs « sujets ». Voilà donc que le bon roi et sa cour, seuls habilités à décider de ce qui sied aux habitants de leurs fiefs, indiquent par décrets ce qui  est autorisé ou pas et punissent les récalcitrants.

Le retour à l’absolutisme était déjà en cours, favorisé par la multiplication des lois liberticides que les gouvernements « libéraux », depuis le début des années 90, imposent partout dans le monde. Profitant du contexte, l’apprenti monarque a mis les bouchées doubles pour détricoter la démocratie et les avancées sociales.  Philippe, Lemaire, Castaner, Lallemand et autre Benalla,   ses Fermiers Généraux et  ses séides, ont reçu pour consigne de livrer la « roture » au bucher du capitalisme. Rien ne doit empêcher cela et le recours à une police décomplexée est la règle.

Ainsi, aveuglés par leur arrogance, sourds au grondement de la tempête qui s’annonce, les seigneurs de la Macronie croient pouvoir mater toute « jacquerie », embastiller tout contestataire et tout « malandrin ».  Ces activistes de la Restauration  ne réalisent pas que nous sommes en 2020 !

Certes les nouveaux aristocrates  ne seront pas pendus à la lanterne et un autre Louis XVI ne sera pas guillotiné, mais… « Ça ira ! Ça ira ! » Les  néo-seigneurs se réveilleront dans les  poubelles de l’histoire.