Le Ramadan du 18 juin – ≈17 juillet 2015

ramadan

L’islam apparaît en Martinique à la fin des années soixante-dix. Les musulmans sont pour une bonne part d’origine étrangère, certains étant cependant installés dans l’île depuis plusieurs générations. Il faut y ajouter un nombre non négligeable de Martiniquais convertis. Le premier regroupement de ces musulmans a eu lieu sous l’impulsion d’un marabout charismatique. Dès les débuts, l’érection d’une mosquée a constitué un projet prioritaire. En 2010, ce bâtiment est en voie d’achèvement sans être encore fonctionnel.

L’histoire de ce lieu est un bon analyseur du fonctionnement du groupe, des tensions et clivages qui sont nés en son sein, des questions d’héritage et de leadership qui s’y sont posées. Par ailleurs, les multiples tractations avec les autorités administratives pour l’érection de cette mosquée, les opinions exprimées à son propos dans la population martiniquaise montrent le statut complexe d’une religion minoritaire encore peu connue dans une île multiculturelle régie par la laïcité.

Lorsqu’on quitte le centre de Fort-de-France en direction du nord verdoyant de la Martinique, on peut apercevoir, en bord de route, un vaste bâtiment en construction, de style oriental, avec arches, coupole et minaret. Ignorée des uns, servant à d’autres de simple point de repère spatial, ou considérée comme une curiosité, cette future mosquée a également focalisé bien des débats et des polémiques encore vivaces dans une île qui est toujours, selon les mots d’un musulman, « le pays des catholiques». Mais c’est au sein même du groupe musulman qu’elle a donné lieu à force discussions et dissensions. Ce groupe s’est forgé progressivement à partir des années soixante-dix, date avant laquelle, en Martinique, l’islam était invisible. Il n’était pratiqué que par quelques familles palestiniennes et se réduisait souvent à certains gestes dans un cadre familial. Puis sont arrivés dans l’île des Africains de l’Ouest, à l’imprégnation musulmane beaucoup plus forte, mais qui ne se manifestait, elle aussi, que dans un cadre privé. Ces familles et ces hommes, en nombre infime, n’étaient pas identifiés comme musulmans par la population martiniquaise, ne se revendiquaient pas comme tels. Cette situation va se modifier, à la fin de la décennie soixante-dix, avec l’arrivée d’une personnalité charismatique qui a immédiatement eu pour objectif de développer l’islam et d’organiser dans l’île un espace musulman, projet repris par d’autres et dont l’un des aboutissements est aujourd’hui la mosquée encore inachevée. L’histoire de cette fondation et l’analyse de ses étapes éclairent la complexité de l’islam dans une île multiculturelle régie par la loi de 1905 sur la laïcité.

Lire la Suite & Plus=>

*****

***

*

C’est quoi le Ramadan ?
Le neuvième mois du calendrier musulman, c’est le ramadan. Il peut durer 29 ou 30 jours. En fait, ce calendrier est fondé sur le cycle lunaire qui comporte onze à douze jours de moins que le calendrier solaire. Le ramadan avance ainsi chaque année d’une dizaine de jours. La date du début du ramadan dépend de l’observation de la lune, lors de la « nuit du doute ». Le ciel est regardé à l’œil nu, au télescope ou avec des jumelles au moment de la nouvelle lune. Si un croissant de lune est visible, le ramadan est fixé dès le matin suivant. Et, s’il n’est pas vu, il commence le jour suivant.

Se priver
Tout au long de ce mois, les pratiquants ont une abstinence totale. Cela veut dire qu’ils s’interdisent de nourriture, de boisson, de parfum et beaucoup d’autres choses, du lever au coucher du soleil. Cette privation est obligatoire pour tous les musulmans ayant l’âge suffisant la supporter. Elle a pour but de faire réfléchir sur l’importance de sa foi en Dieu. Ce mois enseigne la patience, la tolérance, l’écoute, le partage et la prière. À la tombée de la nuit, famille et amis se retrouvent pour dîner ensemble, dans un esprit de fête.

Le prophète Mahomet
Le ramadan trouve son origine dans la vie du prophète Mahomet. Ce mois rappelle qu’en 610, Mahomet a vu l’ange Gabriel, qui lui a annoncé qu’il était choisi pour être le messager de Dieu. C’est vers la fin du ramadan, lors de « La nuit du destin », que les musulmans fêtent cette grande nouvelle. La fin du ramadan est célébrée par l’Aïd el-Fitr, la fête de la rupture du jeûne. Elle donne l’occasion de se réunir pour partager un délicieux repas et d’échanger des cadeaux.

http://education.francetv.fr/