Catégorie : Cinéma

« M Marronnage » : Patrice Le Namouric, un auteur réalisateur martiniquais sur la croisette.

M Marronnage (18’)
Court métrage de Patrice Le Namouric
(Production Compagnie TRACK – Mars 2013)
Le pitch :
2071. Quatre individus fouillent une zone interdite de la métropole du jeune Empire Karaïb FWI. Repérés, ils emportent leur butin au péril de leur vie. Leur seule échappatoire : disparaître !
Patrice Le Namouric : un auteur réalisateur sur la croisette.
L’« étoilé » du Prix de Court 2011 sera sur la croisette pour participer au Short Film Corner de la 66ème édition du Festival de Cannes.
Avec son dernier film autoproduit, M Marronnage, Patrice Le Namouric exploite cette fois-ci le registre du film d’aventure fantastique pour permettre aux spectateurs de (re)découvrir une forme de résistance culturelle « familière méconnue ».
Proposant un univers singulier et un propos très actuel, ce court métrage en Créole ambitionne de « parler de l’intérieur vers l’extérieur ».
Sur le site officiel du Festival de Cannes :
http://registration.cannescourtmetrage.com/filmfiche2.Aspx?id=55948048
Sur votre réseau social : compagnie TRACK
Contact
Patrice Le Namouric : pln.mq@wanadoo.fr / 0696 407 006

→   Lire Plus

« Ne laissons pas la loi du plus fort priver d’écrans le cinéma indépendant »

Collectif de cinéastes (membres de l’Association du cinéma indépendant pour sa diffusion (ACID))

Pour les films indépendants à budget réduit, souvent sans acteurs connus et non financés par les chaînes de télévision , les conditions de distribution et d’accès au public se sont considérablement dégradées. Ces oeuvres, qui tentent de nouvelles formes d’écriture, de représentation, de sujets, véritables viviers du cinéma de demain, sont de plus en plus exclues des écrans. Or, de tout temps, cette « marge », comme certains ont aimé la qualifier, a compté. Avant que leur cinéma ne trouve le chemin d’un plus large public, des cinéastes tels que Renoir, Tati, Truffaut et tant d’autres de différents horizons – Rossellini, Chahine, Almodovar, ou plus récemment Guédiguian, Belvaux, Amalric, pour ne citer qu’eux – s’inventaient dans cette marge. Demain, il n’en sera plus ainsi. Et demain veut dire tout à l’heure.

La faute à qui ? A ces films, entend-on, qui ne seraient plus adaptés aux attentes du « public ». Pourtant, si l’on se penche sur les chiffres, ce prétendu baromètre du goût du public, tout n’est pas si simple.

→   Lire Plus

Cannes 2013 : Jean Claude Duverger presente « Siméon » d’Euzahn Palcy

simeonFESTIVAL DE CANNES 2013 
Le comédien conteur Jean Claude Duverger s’envole pour le festival de Cannes où sera projeté, le 22 mai prochain, le film d’Euzhan Palcy « SIMEON ». 
Selon la cinéaste martiniquaise, réalisatrice notamment de « Rue Case Nègre » avec Gary Cadenas et Darling Légitimus, ainsi que d’ « Une saison blanche et sèche » avec Marlon Brando, le film a été retenu par le festival de Cannes dans sa sélection officielle pour rendre hommage à Aimé Césaire en cette année du centenaire de sa naissance.
Jean Claude Duverger qui tient le rôle principal du film, montera les marches du célèbre festival aux cotés d’Euzahn Palcy. Il rendra hommage à Aimé Césaire.

→   Lire Plus

Nymphomaniac: le beau sexe à l’affiche

— Par François Aubel —

nymphomaniacAvec son visuel aussi épuré qu’évocateur, le nouveau film de Lars Von Trier, qui n’a pas pu être prêt à temps pour le Festival de Cannes, «distille toute l’obscénité du long-métrage, dans sa forme la plus simple».

L’affiche de Nymphomaniac, à la symbolique manifeste, enfonce le clou si l’on peut dire: le nouveau film de Lars Von Trier est très porté sur la chose. Avec les parties fines – et non simulées- de Charlotte Gainsbourg, Uma Thurman, Shia Labeouf et Willem Dafoe, il devrait défrayer la chronique, avec ou sans Cannes.

Pour Phillip Einstein Lipski, responsable de la campagne promotionnelle de Nymphomaniac, ce visuel pour le moins évocateur, mis en ligne sur le site du film, «distille toute l’obscenité du long-métrage, dans sa forme la plus simple. Une forme qui, nous l’espérons, engagera le public dans l’univers de ce film». Avant de s’engager dans l’univers, l’internaute engage déjà son pointeur dans le symbole, qui très symboliquement s’entre-ouvre pour déflorer la date du 16 mai. De l’art du (strip)teasing en version Von Trier.

À défaut de concourir au Festival de Cannes du 15 au 26 mai prochain, les films du Losange, société de production du cinéaste danois, dévoileront sans doute un premiere bande-annonce qui essaimera jusqu’à la Croisette où l’on annonce déjà un 66e Festival très «hot».

→   Lire Plus

Syngué Sabour : le langage est pouvoir même dans un pays en guerre

— Par Roland Sabra —

syngue_sabour

Des « homo-loquens », voilà ce que nous sommes, selon la formule du linguiste Claude Hagège. Ce que nous confirme avec force et talent le film de Atiq Rahimi que le cinéaste franco-afghan à réalisé à partir de son roman Syngué Sabour. Pierre de patience, (P.O.L., 2008 ; ISBN 2846822778), prix Goncourt 2008. On rappelle l’histoire : « Dans un pays en guerre, probablement l’Afghanistan, une femme veille sur le corps de son mari, blessé d’une balle dans la nuque par l’un des hommes de sa milice, et plongé depuis trois semaines dans un coma profond. Cet homme, aux yeux grand ouverts et au souffle régulier comme les prières inlassables de son épouse qui le maintient en vie par perfusion d’eau sucrée-salée, est un combattant de toutes les luttes qu’a traversées son pays. Homme d’armes et de guerre, il fut un mari absent, violent, marié en son absence à cette jeune femme dont il a eu deux filles. La femme entame un long monologue avec son mari, faisant de lui selon la culture perse sa syngué sabour, sa pierre de patience, présente pour recueillir les confessions du monde et les absorber jusqu’à son implosion finale.

→   Lire Plus

Syngué sabour, un drame bourgeois dans l’Afghanistan en guerre

 

Par Selim Lander –

syngue_sabbour

Grâce à Steve Szebina et au partenariat avec le CMAC, les cinémas Madiana de Fort-de-France offrent de temps en temps au public martiniquais des films de cinéphiles. Rien qu’à voir le taux de remplissage, ces derniers sont plus nombreux qu’on n’aurait pu le croire. Peut-on alors espérer que de telles concessions au cinéma d’auteur deviennent de plus en plus nombreuses, au lieu de se limiter à une séance par jour pendant quelques jours ? Pourquoi en effet ne pas consacrer une salle au cinéma d’art et essai, sachant qu’il resterait encore huit salles à Madiana pour ces films commerciaux, blockbusters ou série b, dans lesquels des automobiles font des cabrioles spectaculaires tandis que les coups de feu éclatent de toute part, sans que jamais le sort du héros soit compromis, évidemment !

Syngué sabour (« Pierre de patience ») fut d’abord un roman d’Atiq Rahimi, couronné par le prix Goncourt en 2008.

→   Lire Plus

Rencontre des cinéastes français avec la presse cubaine

— Par Susana Méndez Muñoz —

barratierLa délégation française participant à la 16e édition du Festival du Cinéma Français à Cuba a offert une conférence de presse dans l’hôtel Occidental Miramar, à laquelle ont assisté un important groupe de spécialistes, de critiques et de journalistes.

Christophe Barratier, réalisateur et producteur, l´un des créateurs et organisateurs du Festival du Cinéma Français à Cuba, a présenté les acteurs Pierre Etaix et Sandrine Bonnaire, à qui le rendez-vous cinématographique rend hommage ; Pascal Judelewicz, président et producteur de Acajou Films et les cinéastes Emilio Maillé et Stéphane Gluck.

Avec plus de 30 films à son actif depuis 1983, l’année où elle a commencé sa carrière cinématographique, l´actrice Sandrine Bonnaire présente dans l´événement, aussi bien à La Havane qu’à Santiago de Cuba, son premier film comme réalisatrice, le documentaire Elle s´appelait Sabine.

Elle a commenté que le documentaire n´a été pas conçu pour traiter le sujet de l´autisme, mais pour refléter la situation dans laquelle se trouvent de nombreuses familles confrontés à ce problème ; « J´ai utilisé de nombreux témoignages car il ne s’agit pas seulement l´histoire de Sabine mais de beaucoup, c’est ce qui m’a poussé à réaliser le documentaire.

→   Lire Plus

L’exception culturelle ne sera pas négociée avec les Etats-Unis

Bruxelles, 22 avr 2013 (AFP) -:

L’exception culturelle ne fera pas partie des negociations de libre-echange entre l’Union europeenne et les Etats-Unis, a annonce lundi la Commission europeenne, repondant aux objections de la France qui menace de bloquer le projet de partenariat transatlantique.

« L’exception culturelle ne sera pas negociee », a souligne dans un communique le Commissaire europeen au Commerce, Karel De Gucht. Les pays europeens qui le souhaitent « resteront libres de…

intenir les mesures existantes, et la France en particulier restera parfaitement libre de maintenir ses mécanismes de subventions et de quotas », promet-il.

« L’Europe ne mettra pas en péril l’exception culturelle par une négociation commerciale. Rien dans l’accord de libre-échange avec les Etats-Unis ne pourra porter préjudice, ni même risquer de porter préjudice, à la diversité culturelle », assure encore le commissaire européen.

« Les négociations prendront en compte les différentes sensibilités et spécificités sectorielles de l’Union européenne. Le secteur audiovisuel en fait évidemment partie », ajoute-t-il.

Pour autant, cela ne signifie pas que l’audiovisuel sera exclu des négociations, a assuré à l’AFP le porte-parole de M.

→   Lire Plus

Première Délégation Internationale des Cinéastes Cubaines aux Etats-Unis

 

 — Par Susana Méndez Muñoz —

La Première Délégation Internationale des Femmes Cinéastes Cubaines aux Etats-Unis a parcouru, entre le 6 et le 25 mars, plusieurs villes étasuniennes telles que New York, Los Angeles et Miami, présidé par la cinéaste Marina Ochoa, fondatrice et directrice de la Médiathèque de la Femme Réalisatrice « Sara Gómez ».

Marina Ochoa, accompagnée de Luis Notario, assesseur de la présidence de l’Institut Cubain de l´Art et de l´Industrie Cinématographique (ICAIC) et coordonnateur et producteur de l´événement, et Claudia Rojas, actrice et réalisatrice participant à l´échantillon, ont soutenu des rencontres avec la presse nationale au siège de l´ICAIC, où ils ont offert des détails sur de cette expérience sans précédent pour la cinématographie de l´île.

Marina Ochoa a précisé que la rencontre a favorisé le lancement international de la Médiathèque de la Femme Réalisatrice et la promotion et le sauvetage de la visibilité de la significative œuvre esthétique des cinéastes cubaines.

Un autre avantage de l´événement a été l’obtention d’un budget pour le sous-titrage d´un grand nombre de films, un élément important pour garantir la promotion internationale des œuvres, leur placement sur le marché international du film et dans  les festivals du septième art.

→   Lire Plus

«Kinshasa Kids» : chiards d’assaut

— Par Maria Malagardis —

Congo. Dans «Kinshasa Kids», le Belge Marc-Henri Wajnberg invente une fiction survoltée sur des «enfants sorciers» sauvés de la rue par un musicien lunaire et excentrique.

Ville gigantesque et délabrée de 12 millions d’habitants, Kinshasa, capitale de la république démocratique du Congo (RDC) a inspiré ces dernières années bien des cinéastes étrangers qui l’ont élu comme un eldorado disjoncté de la créativité de rue. Ils en ont fait le décor de documentaires particulièrement réussis, comme Benda Bilili ! (2010), qui raconte l’émergence d’un groupe de musiciens handicapés, ou Kinshasa Symphony (2011), qui évoque le destin d’une formation de musique classique. Mais Kinshasa est aussi la ville de l’Affaire Chebaya, un crime d’Etat ? (2012), le plus politique de tous, qui évoque le procès raté de l’assassinat d’un militant des droits de l’homme.

Kinshasa Kids semble ainsi s’inscrire dans cette lignée de fascination pour la vitalité de la capitale congolaise. Mais, contrairement aux apparences volontairement trompeuses, ce n’est pas un documentaire. Le scénario, «totalement construit», souligne le réalisateur belge, Marc-Henri Wajnberg, utilise simplement les codes du documentaire «pour insuffler plus de vie et de liberté dans la narration».

→   Lire Plus

Wadjda : un petit bijou saoudien

—Par Roland Sabra —

 

En deux plans, les deux premiers, tout est dit. L’ouverture du film se fait en plan rapproché sur une dizaine de gamines récitant une prière, toutes de noir vêtues. Le regard se porte sur l’une d’elle, cheveux lâchés sur le dos et qui dégagent le visage, elle est la seule à porter des percings aux oreilles. Ensuite vient un gros plan sur les pieds des récitantes qui montre des chaussons noirs des chaussettes blanches et… une paire de converse. De la tête aux pieds Wadjda est donc une non conformiste, une hétérodoxe. On le sait les premiers plans d’un film, tout comme la première phrase d’un roman, «  Longtemps je me suis couché de bonne heure »(1) sont déterminants. Une œuvre mal commencée est souvent une œuvre ratée et inversement. Cela apparaît comme une vérité de toute évidence avec ce tout premier film saoudien réalisé par une femme, Haïfaa Al-Mansour et qui,  avec subtilité et beaucoup de tact, traite, excusez du peu, de la condition féminine en Arabie Saoudite !!

 

→   Lire Plus

Sur la « Route 132 » on se traîne, on se traîne…

— Par Roland Sabra —

Enterrer son enfant est une insulte à l’ordre des générations, une insulte à la vie. A la mort de son fils Gilles décide de tout plaquer, son boulot de professeur de sociologie, sa maison et le reste qui va avec. Il part avec une retrouvaille, un copain d’enfance perdu de vue et opportunément rencontré dans un bar, sur la route 132 qui longe le Fleuve Saint-Laurent, la plus longue route du Québec. Le copain Bob est moitié baba moité voyou. Comme ils sont partis sans un rond, ils dévalisent un distributeur de billets avec l’aide d’un compère qui les détrousse aussitôt de leur butin. Ainsi va la route, de visite chez une vieille tante en bref séjour chez un cousin en passant par un salut à la grand-mère. Toutes les étapes du voyage puent la morbidité à plein nez. Vieillards impotents, dans l’attente de la mort, grand-mère grabataire, plan sur un fauteuil de vieux pisseux, multiplication d’images sur le christ en croix, récits insistants d’atrocités serbo-bosniaques par le cousin, ancien casque bleu durant la guerre des Balkans, visites à un cimetière marin de croix de bois plantées dans l’estuaire du fleuve filmées à marée basse, puis à marée haute et encore à marée haute, séquence rêvée de cercueil à l’intérieur d’une église etc.

→   Lire Plus

Gimme the Loot : Les Pieds Nickelés à New York

Par Selim Lander. Deux jeunes taggers New-Yorkais, aussi naïfs que sympathiques, veulent relever un défi a priori impossible : tagguer la pomme géante du stade de baseball des « Mets », qui sort de son chapeau chaque fois que l’équipe marque un point. Le genre du film, signé Adam Leon, est donc clairement défini. Nous en avons déjà vu en Martinique quelques-uns de ce genre récemment : foutraques, mettant en scène des adolescents pour le moins indisciplinés, qui passent plus de temps dans la rue qu’à l’école ou à la maison, et s’expriment dans le langage le plus cru, pour ne pas dire le plus grossier, possible. 

gimme-the-lootCeci dit, chacun de ces « films de rue » est différent. Gimme the Loot se distingue d’abord en mettant en scène deux jeunes voyous – Sofia (Tashiana Washington) et Malcom (Ty Hickson) – qui ne ressemblent en rien à des voyous. À les voir – moins à les entendre ! – on leur donnerait le bon dieu sans confession. Ils sont, pour autant qu’on le sache, encore vierges, s’aiment sans oser se le dire et libèrent plutôt leur énergie en tagguant allègrement les murs de leur ville.

→   Lire Plus

« Spring Breakers » : la danse macabre des teenagers

— Par Jean-François Rauger
On aurait tort de voir dans le nouveau film d’Harmony Korine une plongée opportuniste et rouée au cœur d’un phénomène social, à la fois excentrique et banal. Spring Breakers ne relève pas d’une volonté anthropologique et documentaire de décrire des comportements qui tiennent autant du rituel que du défoulement collectif.

Harmony Korine a pris pour objet, et pour contexte, le spring break, ces « vacances de printemps » durant lesquelles les étudiants américains se retrouvent au bord de la mer pour des orgies au cours desquelles l’alcool, le sexe et les drogues diverses servent de viatique à la manifestation d’une réjouissance grégaire et, a priori, déraisonnée.

Le dessein du cinéaste n’est pas d’en révéler les mécanismes, mais d’en interroger les significations comme fantasme générationnel et actuel. Tout est dit peut-être dès les premières images du générique où l’on voit s’ébattre, au ralenti, de jeunes hommes athlétiques en bermuda ou maillot de bain et des adolescentes pulpeuses en bikini, monades déchaînées, buvant, fumant, inventant des jeux grotesques qui signalent tous un rapport d’agressivité et d’émulation triviale entre les sexes.

→   Lire Plus

« No » : la dictature et ses opposants balayés par un arc-en-ciel publicitaire

 — Par Thomas Sotinel —

 

Voici un film qui donne la pêche, dont on ressort le sourire aux lèvres. A la fin de No (réponse que fit l’électorat chilien à Augusto Pinochet, lorsqu’en 1988, le dictateur eut l’idée de demander si l’on voulait encore de lui), le mal est vaincu, la démocratie a triomphé. Pablo Larrain est au cinéma ce que René Saavedra, le héros de No, est à la communication politique. Un artiste en pleine possession de ses moyens.

Ce qui lui permet de cacher soigneusement les effets secondaires de son film, qui se manifestent plus tard, longtemps après que les lumières se sont rallumées. Une fois dissipée l’euphorie que procure le spectacle de la chute d’une dictature, toutes les questions que l’on a maintenues à l’arrière-plan ressurgissent et No devient un autre film, plein de doutes et d’ambiguïtés, une oeuvre politique qui déjoue les pièges du cinéma militant pour tendre ceux du scepticisme et de l’inaction civique.

René Saavedra (Gael Garcia Bernal) est un publicitaire chilien qui a vécu au Mexique les dures années qui ont suivi le coup d’Etat de 1973.

→   Lire Plus

Hector Fernández et ses documentaires : capturer la personnalité historique

 — Par Lohania Aruca Alonso*—

L´étude biographique des personnalités de notre histoire la plus récente, publiée dans divers médias, à mon avis possède une double importance. D’abord pour révéler les multiples facettes d´un processus révolutionnaire caribéen, singulier et très complexe, caractérisé par le changement radical dans tous les sphères de la vie nationale, avec ses énormes défis et risques, et puis pour confronter la diversité de ses protagonistes, identifiés en tant que tels, principalement à cause de l´importance vitale des tâches qu´ils accomplissent et la qualité humaine qui caractérise leur service à la nation et au peuple de Cuba.

Il est indéniable et évidente la signification sociale et culturelle qu´ils représentent, la convergence de leurs profils dans les essences politiques, en dépit de leurs différentes origines ethniques, leurs croyances, professions, métiers … Ils apportent leurs traits spécifiques à la Révolution cubaine, ils deviennent des véritables symboles qui honorent et émergent dans le plan de notre culture nationale lorsqu’ils accomplissent la phrase de Martí: «La patrie est pierre d’autel et pas piédestal».

En ce sens, il me semble juste de partager avec les lecteurs, en plus de mon point de vue sur les documentaires Pastorita et Papá Ordaz, l’entretien au vidéaste et photographe Héctor Ramón Fernández Ferrer (Camagüey, Juillet 30, 1959), l’auteur des œuvres mentionnées.

→   Lire Plus

«The Sessions», une véritable histoire d’assistance sexuelle

Récit Le film sorti cette semaine est inspiré du récit fait par Mark O’Brien, poète américain handicapé, de son expérience avec Cheryl Cohen Greene, «sex surrogate» aux Etats-Unis.

Par ERIC FAVEREAU

De magnifiques personnages. Et c’est assurément la force mais aussi la limite de ce film, The Sessions, qui a décidé de se coltiner un thème casse-gueule, celui des assistant(e) s sexuel(le)s pour les personnes handicapées qui se trouvent dans l’impossibilité physique ou psychique d’actes sexuels. Un film qui, du festival de San Sebastian à celui de Toronto et de Londres, a accumulé les prix.

Comment résister à ces personnages qui éblouissent ? Ils sont beaux, charmants, drôles, émouvants, caustiques, et leur séduction est d’autant plus efficace que l’on nous dit que «tout est vrai». Car il s’agit de «l’histoire vraie du poète et journaliste Mark 0’Brien qui, à 38 ans, a entrepris de perdre sa virginité, dans des conditions assez particulières». Cet artiste américain a survécu à une attaque de polio dans les années 50, mais le prix en a été lourd: il a dû passer la plus grande partie de sa vie dans un poumon d’acier qui lui permet de respirer, ne pouvant en sortir que 2 à 3 heures par jour.

→   Lire Plus

Djo Munga, cinéaste d’une Afrique qui bouge (fort)

Sorti en avril 2012 sur les écrans français, Viva Riva – polar tourné à Kinshasa sur fond de trafic d’essence entre l’Angola et la RDC, avec autant de violence, de sexe et d’humour qu’un Tarentino – est un film qui a ressuscité le cinéma congolais. Plus encore : il a donné un ton nouveau, décomplexé et décapant au cinéma d’auteur africain. À l’heure où se déroule le Festival panafricain du cinéma à Ouagadougou (Fespaco), son réalisateur, Djo Tunda Wa Munga, revient sur son parcours et évoque ses projets.

Le Point : Viva Riva appartient-il vraiment au genre du polar ?

Djo Munga : Absolument. Je l’ai écrit ainsi, j’aime le polar et ce genre m’a permis de parler des choses très dures que nous avons vécues en RDC, surtout pendant ces vingt dernières années marquées par la dictature, la guerre, les tensions, bref, pas franchement une ambiance à l’eau de rose…

Votre film n’a pourtant pas été sélectionné par le Fespaco...

En effet… Mais je n’étais pas non plus dans la philosophie du festival. Je travaille à montrer une Afrique différente, celle d’aujourd’hui et de demain, celle qui bouge, ce qui peut être dérangeant vu d’un certain cinéma africain qui ne parle pas du même monde et qui n’est pas dans la même dynamique.

→   Lire Plus

La Demora – le retard

SYNOPSIS

Dans son petit appartement, Maria s’occupe seule de ses trois jeunes enfants et de son père Agustin qui perd peu à peu la mémoire. Elle est dépassée, d’autant plus qu’elle travaille chez elle pour une entreprise textile contre une rétribution médiocre. Le jour où l’on refuse à Augustin son entrée en maison de retraite, Maria sombre…

LA CRITIQUE LORS DE LA SORTIE EN SALLE DU 20/02/2013

 

Quand une mère courage finit par craquer… María, la quarantaine fatiguée, est une ouvrière du textile, payée à la pièce — et au lance-pierre. Elle vit, ou plutôt survit, dans un modeste deux-pièces de Montevideo où se serrent ses trois enfants et son père retraité. Agustin a 80 ans et la mémoire qui flanche : il ne peut plus rester seul. María tente de concilier vaille que vaille ses rôles de soutien de famille, d’éducatrice et d’aide-soignante. Jusqu’au jour où, à bout de nerfs, elle demande à Agustin de l’attendre dans un jardin le temps d’une course… et prend la fuite.

Après La Zona, son premier film coup-de-poing sur la barbarie des élites friquées au Mexique, ce sont deux autres formes de violence que chronique Rodrigo Plá : la promiscuité aliénante à laquelle sont condamnés les pauvres ; et la logique comptable des services sociaux, qui expliquent à María que peu, c’est encore trop : les maisons de retraites publiques sont réservées aux personnes âgées sans la moindre ressource… Le jeune cinéaste uruguayen a l’intelligence de ne pas miser sur les conflits entre ses personnages (Agustin n’est pas un vieillard ­aigri ou capricieux à la Tatie Danielle) ni sur le pathos.

→   Lire Plus

Rebelle : Paul et Virginie chez les enfants soldats

Par Selim Lander. Les films sur les guerres civiles ou tribales ou ethniques en Afrique constituent aujourd’hui un genre à part entière. Ils ont leurs scènes obligées : les pick-up chargés d’hommes en armes, les campements précaires, les tirs d’armes automatiques, les gros plans sur une kalachnikov, les villageois apeurés, les paysages de jungle ou de savane… et les enfants soldats. La mise en scène de massacres exécutés par des enfants d’abord réticents et effrayés mais vite dressés et transformés en machines à tuer inconscientes ne manque pas de faire son effet sur les spectateurs. Rebelle est donc l’un de ces films, à quelques détails près qui font toute la différence : il focalise sur deux de ces enfants, « Sorcière » et « Magicien » ; il nous épargne les scènes de massacre qui sont simplement suggérées ; et surtout il réussit l’exploit de transformer un sujet sordide en une merveilleuse histoire humaine.

Rebelle

Comme dans nombre de films mettant en scène les enfants, le spectateur est invité à découvrir l’action à travers les yeux de l’un d’entre eux, ici ceux de l’héroïne, Komona, jeune fille à peine nubile, enrôlée dans une troupe de rebelles après avoir franchi l’épreuve initiatique hélas coutumière qui l’a obligée à massacrer – sous la contrainte – ses propres parents.

→   Lire Plus

L’Afrique fait son cinéma à Ouagadougou, le Fespaco démarre en musique

OUAGADOUGOU (AFP) – Un grand spectacle a donné samedi à Ouagadougou le coup d’envoi du Fespaco, incontournable festival du cinéma d’Afrique, qui pour sa 23e édition est dédié aux femmes puisque tous les jurys auront des présidentes.

Environ 20.000 personnes ont assisté au stade du 4-Août, le plus grand de la capitale burkinabè, à la cérémonie d’ouverture du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), qui s’est achevée à la tombée de la nuit par un feu d’artifices.

Devant de nombreux artistes et officiels, le groupe nigérian à succès Flavour a enflammé la foule.

Puis le chorégraphe burkinabè Seydou Boro et ses nombreux danseurs ont offert un spectacle haut en couleurs, avec derviches tourneurs, salsa, masques et rythmes traditionnels africains. Sans oublier des chevaux pour rendre hommage aux « Etalons », l’équipe nationale burkinabè récemment vice-championne de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) en Afrique du Sud.

Jusqu’au 2 mars, Ouagadougou est la capitale du cinéma africain et de grands noms sont annoncés comme les cinéastes Abderrahmane Sissako (Mauritanie), Mahamat Saleh Haroun (Tchad) et le Franco-Sénégalais Alain Gomis.

→   Lire Plus

Le Festival Prix de Court 2013 : du 12 au 15 mars

Présentation

Le Festival Prix de Court

Un festival du court métrage aux Antilles-Guyane est une nécessité absolue pour aider à l’éclosion de nos talents, permettre la diffusion de nos histoires, favoriser l’expression de notre culture, œuvrer à la valorisation de notre patrimoine.

Ce festival itinérant se déroule EN SIMULTANEE dans les départements de la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane chaque année.

LE COURT METRAGE

MAIS QU’EST-CE DONC QU’UN COURT MÉTRAGE ?

Comme son nom l’indique, le « court » fait directement référence à une durée, courte par définition, et une mesure, le métrage. C’est donc un film d’une durée plus courte que la normale, en général d’une demi-heure maximum.

Mais cela reste un film, un vrai, et surtout pas un sous produit. Ce support est alimenté par tous les genres, fiction, documentaire, animation, sans exclusive. c’est un véhicule d’idées, un moyen de transmission et d’échange, pratique, parce qu’aisément diffusable et déclinable sur tous supports.

L’exercice de style est stimulant car il faut dire beaucoup, faire « fort », en peu de temps et en toute liberté créatrice. L’importance du court-métrage est telle, qu’en France, il y a eu peu d’hésitation et beaucoup de tentation de créer des festivals dédiés à ce format.

→   Lire Plus

C’est Rimbaud revenu du Harar

Par JEAN-PHILIPPE DOMECQ Romancier

Il arrive quelque chose d’exceptionnel à Sugar Man, film de Malik Bendjelloul sur le rockeur Sixto Rodriguez revenu de l’oubli total. Ce documentaire d’emblée repéré par la presse (Libération du 26 décembre) connaît depuis lors une ferveur telle que sa programmation est prolongée de semaine en semaine. De trois écrans en France, on vient de passer à cinquante ; les deux concerts programmés en urgence pour juin au Zénith et à la Cigale affichent complet, un troisième est annoncé ; en Grande-Bretagne, le film vient de se voir décerner un Bafta, et qui sait ce qu’il pourrait décrocher dimanche à Hollywood ? Ventes exponentielles aussi du CD qui collecte ses deux seuls disques autrefois vendus en tout et pour tout à 6 exemplaires aux Etats-Unis, mais à 500 000 dans un pays alors plus clos que l’URSS, l’Afrique du Sud, où la jeunesse se dressa contre l’apartheid au chant de ralliement de ses titres de chansons claquant mat : Cold Fact et Coming From Reality.

Deux figures mythiques sont rameutées par ce fabuleux oubli et retour d’un chanteur qui avait, pour être star, plus que Bob Dylan selon les spécialistes.

→   Lire Plus

« Noirs de France » : Prix du meilleur documentaire de télévision 2012

La série en trois volets de films documentaires Noirs de France vient de recevoir le Prix du meilleur documentaire de télévision 2012, décerné par le Syndicat français de la critique de cinéma et des films de télévision

 Cette série documentaire retrace la construction de l’identité noire française et donne la parole aux acteurs et héritiers de cette histoire. Celle-ci, pourtant ancienne, devient visible à partir de l’exposition universelle de 1889. Le récit traverse deux conflits mondiaux, la colonisation, les indépendances et les migrations venues des Antilles, d’Afrique, de l’océan Indien ou encore de Nouvelle-Calédonie, et évoque l’influence afro-américaine depuis l’entre-deux-guerres

 

Le Prix du syndicat français de la critique a récompensé depuis 2005 de nombreux films documentaires prestigieux comme Chirac, Jeune loup et Chirac, Vieux lion de Patrick Rotman en 2006, Elle s’appelle Sabine de Sandrine Bonnaire en 2009, L’Enfer de Matignon de Philippe Kohly en 2010, ou Françafriquede Patrick Benquet en 2011.

Cette année, Noirs de France de Juan Gelas et Pascal Blanchard (produit par la Compagnie Phares et Balise, en coproduction avec France 5 et l’INA)a remporté le prix du meilleur film documentaire de télévision 2012, aux côtés notamment de Amour de Michael Haneke (prix du meilleur film français), de Louise Wimmer de Cyril Mennegun (meilleur premier long métrage français), de Un village français de Frédéric Krivine (prix de la meilleure série française) et d’Agnès Varda pour son coffret sur l’ensemble de son œuvre.

→   Lire Plus

À la Berlinale, un palmarès équitable et logique

La remise des prix pour la 63° édition du festival de Berlin a consacré des films venus de petits pays

La 63e Berlinale s’est achevée samedi 16 février par un palmarès relativement équitable, à l’image de la compétition. Jusque dans la faute de goût finale avec l’attribution surprise et incompréhensible de l’Ours d’argent du « meilleur réalisateur » à David Gordon Green pour un film surtout remarquable par sa bêtise et sa médiocrité (Prince Avalanche). On sent dans cette distinction, qui n’est pas mineure, le résultat d’un compromis introuvable entre les membres du jury qui ont fini par neutraliser les bons metteurs en scène pour couronner, in fine, le pire d’entre eux.

Intuition confirmée par la double mention spéciale attribuée à Gus Van Sant pour Promised Land et à la Sud-Africaine Pia Marais pour Leyla Fourie, un très beau film qui méritait mieux que ce lot de consolation (les lauréats ne sont même pas invités à monter sur scène). En dehors de cet accroc regrettable, le palmarès d’un jury présidé par l’imprévisible Wong Kar Waï a respecté l’équilibre moyen de cette sélection d’où aucun film ne se détachait nettement.

→   Lire Plus