Tag Archive for Yvon-Joseph Henri

Grève du TCSP et des bus : une situation inacceptable

— Communiqué de A3C —

 L’Association des Consommateurs et des Citoyens de la Caraïbe dénonce l’arrêt total de service public de transport sur le territoire de la CACEM.

Si peu de temps après la mise en service réelle du TCSP, après avoir commencé à assurer une mobilité moins contraignante pour les usagers, ce dernier, comme tout le réseau de bus se trouve paralysé.

Le droit de grève est inaliénable. Mais nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude. On ne peut simultanément arguer d’un droit en privant les autres du leur. Les usagers ont, par la loi, le droit à la mobilité et par la loi également, le droit de bénéficier d’un service minimum, notamment en cas de grève.

Aussi, tel que prévu par la loi n°2007-1224 du 21 août 2007 sur le dialogue social et la continuité du service public dans les transports terrestres réguliers de voyageurs nous demandons la mise en place immédiate, par l’entreprise et l’Autorité Organisatrice des Transports, d’un service minimum !

Nous demandons également la transmission du plan de transports adapté établit par la CFTU, comme prévu par la loi citée.

Lire Plus =>

Légumes contaminés au chlordécone : un cas d’école ?

— Par A3C —

Le colloque de jeudi dernier par le préfet sur le chlordécone a donné lieu à de nombreux commentaires critiques. Il avait au moins le mérite de laisser entendre que l’Etat ne pouvait paraître indifférent à l’empoisonnement de notre population. Mais que fait-il réellement ? Et que faisons-nous, nous-mêmes, face à cet empoisonnement ?

L’Association des Consommateurs et des Citoyens de la Caraïbe (A3C) a été saisie dernièrement d’une plainte à l’encontre d’un squatteur de terrain au Morne Rouge qui non seulement bafoue la loi puisque malgré une condamnation et un exploit d’huissier, il continue depuis 12 ans à occuper indûment une partie du terrain pour l’exploiter ; mais qui plante en terre fortement contaminée par le chlordécone.

Le produit de ses récoltes se volatilise, et l’on ne peut s’empêcher de faire des rapprochements de dates entre les marchés du Nord, les opérations dachines ou patates douces sur le bord des routes, en pleine expansion.

La loi est pourtant formelle : les article L.217-11 du code de la consommation (produits végétaux ) et L.237-2 du code rural et de la pêche maritime (produits animaux) rend passible de 4 ans d’emprisonnement et de 75 000€ d’amende tout producteur qui pourrait penser que ses productions présentent un risque pour la santé publique et qui n’avertit pas l’autorité et surtout ne les retire pas du marché.

Lire Plus =>

Plus jamais ça !

— Par A3C —

Le décès d’un enfant de 3 ans dans un bus est révoltant. Il pose le problème de ces enfants oubliés dans des véhicules arrêtés souvent en plein soleil quand l’atmosphère est déjà torride. Ce décès pose le problème de la formation des chauffeurs de cars qui devraient vérifier qu’un enfant n’est pas resté dans le véhicule. Mais il pose aussi les réponses à apporter pour éviter qu’un tel drame ne puisse se reproduire.

S’il s’agit d’un bus de transport scolaire, il nous paraît nécessaire que l’absence d’un enfant à l’école soit immédiatement signalée par la direction aux parents comme cela se passe dans le Second Degré. Ceci nécessite sans doute le recrutement d’un personnel en charge du problème des absences pour seconder le directeur. Mais en contrepartie, les parents alertés auraient pu répondre que l’enfant disparu avait bien pris le bus, diligentant ainsi une enquête qui aurait peut-être permis de le sauver.

Si par contre il s’agissait d’un bus transportant des enfants en sortie scolaire ou autre, il revient au personnel d’encadrement des enfants, en nombre suffisant, de vérifier que tous les enfants ont été bien récupérés.

Lire Plus =>

Eau : trop c’est trop !

— Par Yvon Joseph-Henri, de l’A3C —

L’immobilisme du maire de Schœlcher a ceci de scandaleux qu’il fait semblant de bouger…pour ne rien changer ! Stratégie ou incompétence ?

Tous les usagers des écoles schœlcheroises attendent depuis deux ans que le site de paiement en ligne fonctionne. Et pourtant, nul besoin d’être ingénieur en informatique pour installer un site de paiement sur internet ! Alors ?

Les années antérieures, les rats se signalaient dans les écoles de la communes faute de mesures préventives, voire définitives !

Idem pour un caniveau dangereux à l’école de Plateau Fofo parce que non protégé, signalé régulièrement à la mairie comme source d’accident, sans que rien ne change… à cause de l’absence de protection, un enfant de grande section est tombé sur l’apex en ciment devant sa classe et s’est ouvert le visage sur 10 cm, pour peu cela aurait pu être plus gravissime encore (octobre 2017),les parents ont exigé par avocat interposé que le nécessaire soit fait, et en début de cette semaine de mars 2018, c’est un autre enfant qui est tombé et s’est fait une légère entorse dans le même canal non protégé en dépit des affirmations municipales.

Lire Plus =>

EDF Martinique : le coup de grâce

— Par Yvon Joseph-Henri, président de A3C —

L’électricité peut tuer, tout le monde le sait, au moins depuis le décès de Claude François électrocuté pour avoir voulu changer ou manipuler une ampoule défectueuse tout en étant encore dans son bain.

EDF Martinique fait mieux : elle tue les entreprises.

Mme H tient un commerce artisanal de glace à dans le Sud de la Martinique. Le passage de Matthew, il est vrai peu prévisible à cette période de l’année provoque une coupure de courant. Qu’à cela ne tienne : les congélateurs de Mme H peuvent tenir 8 heures.

Las ! C’est 30 heures que dure la coupure ! Son stock de glace, 320kg détruits, elle doit le placer dans un camion frigorifique pour tenter de le sauver. Rien ne la sauve. On ne recongèle pas un produit dégelé et surtout de la glace en Martinique. Outre le montant enduré de la perte exploitable, celui de la location du camion frigorifique, la facture de la décharge le refus de son assurance de la couvrir et des banques de l’aider, elle se voit au RSA et perd tout son travail !

Lire Plus =>

EDF éternellement

— Par Yvon Joseph-Henri pour A3C —

edf_972-bEDF Martinique n’est que l’ombre d’EDF en matière de compétence. La gentillesse est là, et c’est mieux que rien car cela témoigne au moins d’un esprit bon enfant. Mais cela suffit-il à faire oublier les haillons sous le manteau dont notre entreprise tente désespérément de se parer.

Les haillons ? L’incapacité à régler les problèmes liés aux erreurs de phase, et – à jour encore – à la gigantesque surtension qui a affecté de nombreux logements à Châteaubœuf en février dernier ! Outre une procédure de déclaration de sinistre imposée par l’entreprise en débit de toute logique et au détriment de ses clients sur lesquels on fait peser des charges qui incombent à EDF ; outre une autre facilité à imposer des frais de retard qui ne reposent sur aucune règle véritable mais sur la toute puissance et le bon vouloir de l’entreprise ; outre ce même bon vouloir qui peut décider qu’on prendra en charge l’indemnisation d’un tel mais pas celle d’une telle, en fonction de critères arbitraires ; il faut bien reconnaître que les pannes répétées au moindre zéphyr qui souffle, à la moindre goutte d’eau qui tombe à de quoi inquiéter profondément une population confrontée en permanence aux menaces cycloniques et aux tremblements de terre.

Lire Plus =>

Professeurs? Quelques raisons majeures de faire grève le 8 septembre prochain?

greve_8_septembre_2016Le SNES appelle à la grève contre la réforme des collèges le 8 septembre prochain.
Il n’appartient pas au secrétaire sortant de la FSU d’analyser la stratégie défendue par tel ou tel syndicat de sa fédération. Par contre le secrétaire de la fédération, ancien secrétaire départemental du SNES, ancien secrétaire du SNES du lycée Schœlcher, ancien professeur au même lycée, président de l’association des consommateurs et des citoyens de la Caraïbe et membre fondateur de Sauver Les Lettres se doit de rappeler à tous, public et personnels les enjeux de cette grève ; car jamais les conditions non été aussi favorables – présidentielles obligent – pour contraindre le gouvernement à suspendre une réforme qui va à l’encontre de l’intérêt des élèves, des parents et des personnels.
Quel parent n’a pas constaté que la réforme des rythmes scolaires dans le 1er degré n’engendre que fatigue pour les enfants et leurs parents ? Pour quel résultat puisque parallèlement, on fait en CM2 ce qu’on faisait avant en CE2 voire CE1 ?!
Mais le gouvernement a décidé de passer en force, au mépris des personnels qu’on voudrait voir se passer au cou la corde qui les pend.

Lire Plus =>

De la gratuité de l’école en Martinique

— Par A3C —

ecole_pub_grat_laik_oblig-1Au moment où s’opère la rentrée des classes, et où les parents s’arrachent les cheveux devant les listes sans fin de matériel demandé aux élèves, où même du papier d’imprimante par paquets de 500 feuilles est réclamé par les professeurs des écoles y compris dans les toutes petites classes, il faut bien rappeler à tous et à toutes le principe républicain de gratuité de l’école :

Le principe de gratuité de l’enseignement public, posé dès 1881 pour le premier degré a été érigé en principe constitutionnel par le préambule de la Constitution de 1946. Il exige que les activités d’enseignement qui se déroulent dans les établissements scolaires publics ne soient pas à la charge des parents d’élèves. Il s’agit d’un principe absolu, qui concerne, pendant toute la durée de la scolarité, l’ensemble de la prestation d’enseignement, c’est-à-dire, l’enseignement proprement dit, les activités obligatoires liées à cet enseignement et la fourniture du matériel collectif nécessaire à cet enseignement.
Code de l’éducation (articles L. 132-1 et L. 132-2)

http://eduscol.education.fr/cid48578/principe-de-gratuite.html

Le corollaire de cette gratuité suppose qu’aucune activité obligatoire ne peut être payante.

Lire Plus =>

EDF Martinique, rien de va plus !

edf_972EDF Martinique fait du bénéfice …
Le 17 février dernier, les plombs ont sauté sur Châteauboeuf :une inversion de phase reconnue certes par EDI mais le protocole de prise en charge de l’incident totalement irréaliste comme l’association des Consommateurs et des Citoyens de la Caraïbe s’en est déjà fait largement l’écho.
Trouver un réparateur qu’on va payer pour dire si les appareils sont ou non réparables. Payer dans le meilleur des cas la réparation ; sinon stocker les appareils endommagés comme preuve…si possible étant donné l’exiguïté des logements ! Comment faire d’ailleurs pour remplacer les appareils indispensables en conservant les cadavres des autres !
Les réponses ? Elles traînent, même pour des choses simples. Envoyer un dossier, des devis, des photos, des adresses….Cela prend du temps, difficile à trouver lorsqu’on travail ou qu’on est handicapé.
Entre temps, certains appareils réparés flanchent et là on se retrouve devant un dilemme : qui poursuivre ? EDF ou le réparateur ?
Et puis, peut-on vivre depuis le 17 février 2016 sans réfrigérateur, ni congélateur, climatiseur machine à laver .

Lire Plus =>

Les prix aux Antilles-Guyane? Tant pis pour nous!

— Par l’Association des Consommateurs et des Citoyens de la Caraïbe —

a_c_c_cLes chiffres de l’Insee viennent justifier – s’il en était besoin – le combat que l’Association des Consommateurs et des Citoyens de la Caraïbe mène depuis plus d’un an.

Nos lettres d’analyses et d’informations, dont la dernière sort ces jours-ci, pointent régulièrement les grandes surfaces dont le nombre et la surface explosent de manière exponentielle. On tente pourtant de nous persuader que c’est pour mieux se concurrencer entre elles. Qui peut le croire en voyant le prix des produits alimentaires de 38,4% plus chers en Martinique qu’en Métropole ? Si ce n’était le réseau familial, et les racines campagnardes, manger serait impossible à la majeure partie de la population.

L’autre poste que nous combattons est celui des communications (+31,4%), et notamment de l’opérateur Orange dont le service, malgré des tarifs prohibitifs, devient de plus en plus mauvais, mais qui s’autorise des modifications unilatérales de ses contrats en sa faveur. On pourrait aussi pointer EDF et tous les grands groupes qui mènent une politique inacceptables en Martinique.

Lire Plus =>

Le lycée Schoelcher doit disparaître

— Par Yvon Joseph-Henri —

lycee_scholecher_mortTRIBUNE — Le lycée Schœlcher doit disparaître, non parce que je le souhaite, mais parce qu’à y bien réfléchir, il est déjà mort.

Pour ceux qui s’en souviennent et pour les autres, à peine arrivé au lycée à la rentrée 2000-2001, indigné de son état de vétusté, j’ai été l’artisan majeur de sa reconstruction, entraînant avec moi le SNES et les autres syndicats minoritaires de l’établissement (UNSA, CSTM-UGTM). Le Président Alfred Marie-Jeanne voulait déjà raser le lycée, disait-il, mais il a accepté tout de même que l’étude de sa reconstruction se fasse. Nous voulions un lycée de transit, mais nous, syndicats, n’en avons jamais fait un préalable tout comme nous n’avons jamais fait de l’esthétique un préalable. En même temps, force est de reconnaître que Messieurs Soumbo (élu à l’époque, président de la commission éducation à la Région Martinique) et Marie-Jeanne (alors Président de la Région) ne voulaient pas de lycée de transit que justifiait pourtant l’état de l’ensemble des établissements de la Martinique. Il ne restait donc plus que l’opération à tiroirs que nous acceptâmes : on détruisait les grands bâtiments du fond (anciens dortoirs de l’internat), on relogeait la communauté scolaire qui les occupait dans des préfabriqués à étages sur l’esplanade des logements des personnels qu’on détruisait.

Lire Plus =>

Alerte rouge !

— Par Yvon JOSEPH-HENRI, président de l’Association A3C (Association des Consommateurs et des Citoyens de la Caraïbe)—
Trois heures pour joindre le Robert depuis Fort-de-France, bloqué pendant des heures au niveau de Sainte Thérèse avec des enfants, petits, à bord ! Et que dire des automobilistes paniqués, bloqués sur la plaine de Rivière Salée, dans l’incapacité de rebrousser chemin et qui voyaient l’eau monter ?!
Que l’eau monte, c’est une évidence de mémoire d’hommes dans un pays balayé à certains moments par les tempêtes tropicales et les cyclones. Mais ce qui s’est passé ce vendredi 6 novembre pose plusieurs problèmes non seulement récurrents mais qui s’aggravent.
1. Les embouteillages
2. Les alertes
3. La signalisation totalement inexistante
4. L’absence de mobilisation de véritables forces d’intervention sur le terrain.
Lorsque le passage d’une zone de pluie comme celle que nous avons connue met en évidence un tel désordre, et l’alliance de tous ces facteurs dont aucun n’a été véritablement amélioré au cours du temps, il y a de quoi s’interroger sur le degré réel de capacité de notre société à répondre aux risques majeurs et sur notre avenir.

Lire Plus =>

Téléphonie : des pratiques inacceptables

— Par Yvon Joseph-Henri, président de l’association des Consommateurs et des Citoyens de la Caraïbe (A3C) —

telephonieL’association des Consommateurs et des Citoyens de la Caraïbe (A3C) avait alerté en novembre dernier le public martiniquais sur « la grande profitation » de France Telecom – Orange Caraïbes en matière d’Internet car les débits étaient minuscules pour un prix majuscule. Mieux, on pouvait découvrir derrière cette situation une attitude du groupe qui se retranchait derrière le fait que l’annonce d’un débit de 20 Mo n’était qu’un effet d’annonce puisqu’en fait il fallait entendre un débit compris entre 8 et 20 Mo. Presque trois fois moins que le chiffre annoncé! Depuis, la publicité d’Orange a évolué puisqu’on y parle de la vitesse d’Orange ou de sa qualité mais sans jamais évoquer de chiffres concernant la vitesse!
Las! Depuis les choses empirent! Il ne s’agit plus seulement d’internet mais aussi du téléphone fixe et du portable.
Sur Pointe-Savane, au Robert, la connexion mobile est aléatoire, nous renvoyant à l’époque antérieure au dernier cyclone que nous avons subi.

Lire Plus =>

Internet en Martinique : la grande profitation

— Par Yvon Joseph-Henri, Président de l’association des Consommateurs et des Citoyens de la Caraïbe (A3C) —
internet_profitationAu moment où la Région se félicite du branchement haut débit de la Martinique, que penser de tous ceux qui, parce qu’ils ont le tort de vivre dans une zone reculée, se trouvent écartés d’internet ?
Quand on sait que justement qu’internet non seulement deviendra le mode de liaison des citoyens avec leurs administrations, et que ce sont les plus éloignés qui en ont le plus besoin, on s’étonne des lenteurs évoquées dans l’article lui-même : 99,2% des foyers bénéficient d’une offre internet mais 3000 d’entre eux en sont encore exclus.
Oui, mille fois oui, internet est une nécessité pour affronter la modernité, développer les entreprises en Martinique et sortir de l’isolement insulaire. Et pourtant, ce qu’on se garde de dire – ou qu’on ignore ? – c’est justement que l’offre internet recouvre tout et n’importe quoi.
Quel consommateur n’a pas constaté que les offres en métropole n’ont rien à voir en matière de débit et de prix avec ce dont nous disposons en Martinique.

Lire Plus =>