Tag Archive for Philippe PIERRE-CHARLES

Sur la question de l’indépendance : d’une polémique prévisible à un débat nécessaire…


— Par Philippe Pierre-Charles pour le G.R.S. —
« Je fus indépendantiste ». Le journaliste interrogeant Garcin Malsa a tout de suite compris qu’il tenait là sa « petite phrase » aux allures de scoop. Il demanda et obtint sa répétition. Et voilà les réseaux sociaux qui s’enflamment et voici le PKLS qui, fort sourcilleux sur les symboles et le vocabulaire, lance un communiqué sur  » la clarté en politique », sur  » la sincérité  » dans les rapports entre organisations « , sur la cohérence dans le combat émancipateur.
Nous, qui sommes généralement plus attentifs au mouvement réel des larges masses et à la façon dont les révolutionnaires s’y insèrent (…ou pas ! ) qu’aux empoignades légitimes sur telle ou telle petite phrase de tel ou tel responsable politique, nous nous disons, en reprenant un vieux dicton français, qu’à quelque chose malheur peut être bon. La légère inflexion du dicton ( » peut être bon  » au lieu de « est bon ») traduit bien sûr un certain doute chez nous.

Lire Plus =>

CEREGMIA : la pointe de quel iceberg?

— Par Philippe Pierre-Charles et Max Rustal (Grs) —

Les vives réactions à l’annonce d’un possible retour de trois professeurs dont les lourdes sanctions disciplinaires ont été annulées en raison d’un problème de procédure mais non sur le fond, sont légitimes. Mais cette affaire largement médiatisée invite aussi à s’interroger sur le phénomène d’une corruption rampante qui semble se propager irrésistiblement par les canaux de l’économie globalisée, tous pays confondus. Création humaine, cette gangrène impactant en profondeur le fonctionnement des institutions, est-il une fatalité, ou pouvons-nous le combattre avec des chances de succès ?

Un retour intempestif

L’indignation exprimée à la perspective d’un retour des naufragés du Ceregmia à leurs postes – on pourrait dire à leurs affaires – est légitime. Notre propos n’est pas d’entrer dans les arcanes judiciaires du fond et de la procédure, mais lorsque les enquêtes administratives et médiatiques ont déjà mis sur le tapis une telle marée de bizarreries, d’indélicatesses, de manœuvres suspectes et de turpitudes, on ne peut que dire son ahurissement devant cet éventuel retour intempestif des concernés sur les lieux du crime.

Lire Plus =>

Hervé Pinto : où veut en venir la direction de La Poste ?

— Par Philippe Pierre-Charles  —

La Martinique entière, amis de Herve´ Pinto ou autres, se réjouissait de voir tourner la page d’une affaire où un homme, blessé dans sa dignité avait décidé de mettre sa santé et peut-être sa vie en jeu pour avoir le droit de reprendre dans des conditions normales son travail après une décision de justice favorable. Les conflits, dans lesquels on est trop souvent contraint d’utiliser des moyens disproportionnés pour obtenir la simple application de la loi, ne manquant pas, l’attention de l’opinion se portait désormais sur autre chose. Il restait juste l’espoir d’un retour à la normale dans les relations entre la direction de la poste et son agent. C’était faire trop confiance à cette grande entreprise née sur les ruines d’une administration plus que séculaire. Alors forcément on s’interroge : l’initiative scélérate de dénoncer l’accord ayant mis fin au conflit, est elle un génial fait d’armes d’un directeur à deux doigts de la retraite ou l’exécution d’un ordre venu d’une direction parisienne ombrageuse, ayant du  » dialogue social » une conception assez proche de ce que nous avons connu dans les heures les plus sombres de notre histoire ?

Lire Plus =>

Réponse de Philippe Pierre-Charles à Juvénal Rémir.

— Philippe Pierre-Charles, GRS et membre du Kolektif Matinik kont Marine Le Pen —

Juvénal Rémir, dans une campagne d’auto victimisation, tente de dénaturer l’action légitime des 11 antifascistes qui se sont manifestés au Marigot samedi dernier. Comme les médias présents l’ont bien montré, nous sommes venus pour demander puis réclamer la parole dans une conférence publique annoncée comme suivie d’un débat.
Plusieurs des 20 personnes environ présentées par Rémir comme ses partisans, nous ont d’ailleurs demandé de prendre la parole mais le chef a refusé. Et on connaît le slogan des fascistes :  » Mussolini a toujours raison ».  
Juvénal Rémir, apprenti Mussolini de carnaval, ajoute dans sa campagne de victimisation des propos antisyndicaux. Il est là en cohérence avec la ligne du Front National et de sa cheftaine, dont le programme contient l’attaque contre le droit de grève et dont la pratique contre les syndicats ouvriers est constante:

Marine Le Pen s’était opposée à la lutte contre la » loi travail  » qu’elle fait semblant de détester aujourd’hui!  En revanche Monsieur Rémir, qui n’en est pas à une contradiction près, vilipende en ce moment les syndicats en oubliant que plus d’une fois il s’est infiltré dans des délégations syndicales lorsque ses intérêts étaient en jeu ou qu’un intérêt médiatique pointait à l’horizon.

Lire Plus =>

Elections présidentielles et Cie :ou « Qu’est-ce que la politique ? »

— Par Philippe Pierre-Charles pour le « Groupe Révolution Socialiste » — 
Pour une militante ou un militant politique digne de ce nom, la politique c’est le combat pour l’amélioration du sort du plus grand nombre au bénéfice des générations d’aujourd’hui et de demain. Pour une politicienne ou un politicien, la politique se réduit aux élections. Mais il y a pire : pour ce beau monde les élections n’auraient rien à voir avec la lutte des classes qui d’ailleurs n’existerait plus depuis le dix neuvième siècle !
Ainsi se trouveraient évacuées toutes les questions concernant la façon dont le petit peuple gagne sa vie, sa situation matérielle et morale. Or, en évacuant tout cela d’un revers de main aristocratique, que reste-t-il ? il reste les phrases creuses, les promesses démagogiques, le combat des égos, la lutte des places. Trop souvent le spectacle des empoignades pour ambitions personnelles ou politiciennes envahit tout l’espace, entrainant avec lui le dégout pour la chose politique. Mais dans les périodes de crise politique comme celle que vit en ce moment la France (et de façon moins spectaculaire, la Martinique), rien ne peut plus être caché sous les tapis.

Lire Plus =>

Parlementaires martiniquais et Loi-Travail

serge_&_brunoTribune –  GRS – Philippe Pierre-Charles & Jacqueline Tally |

Ainsi donc il suffisait d’attendre un peu. La CDMT dans les premières semaines du débat sur la « loi travail » avait invité tous les Parlementaires martiniquais à venir s’exprimer dans un rassemblement de travailleuses et travailleurs à la maison  des syndicats sur ce sujet. La même CDMT, lors d’une rencontre avec Mr Yann Monplaisir, à l’initiative de ce dernier au nom de la CTM, avait demandé à connaître la position de cette institution sur la fameuse loi. Aucune réponse n’est venue ni de la majorité, ni de l’opposition, ce qui est soi un bon début de réponse !

C’est la proposition d’une motion de censure de la gauche du PS contre le gouvernement, qui a permis de déduire les positions des députés au delà des rumeurs n’allant d’ailleurs pas dans le même sens. Ignorons ceux-ci et tenons nous au fait : Serge Letchimy et Bruno Nestor Azérot ont refusé de signer la dite motion.

Lire Plus =>

Lutte sociale et enjeux politiques à l’ère de la CTM

— Tribune  de Philippe Pierre-Charles & Max Rustal —
drapeau_972-tt_couleursUne nouvelle mode a vu le jour : celle de brandir le mot de « politique » pour discréditer toute lutte sociale. Mais en vérité, est-ce si nouveau que cela ?
Les pompiers réussissent, après de multiples tentatives plus ou moins fructueuses auparavant, à sensibiliser sérieusement la population et à interpeller vigoureusement les élus sur les graves problèmes que connaît ce service public d’incendies et de secours vital pour tous. Les voici aussitôt accusés de vouloir « déstabiliser la nouvelle gouvernance » à peine installée !

Un syndicat nouveau au Club Med proteste contre le licenciement illégal d’une déléguée syndicale, et voici le très politique patron, patriote récemment déclaré et propagandiste audacieux du « moratoire social », qui dénonce avec fracas la manœuvre de déstabilisation politique ! Pas de veine toutefois puisque deux élus qu’on ne saurait soupçonner de sympathie pour EPMN, à savoir Nilor et Gémieux, ne semblent guère de cet avis.

Lire Plus =>

Michel et son épée, sans manche, ni lame…

— Par Philippe Pierre-Charles, Max Rustal —

croiseDans la réponse de Michel Branchi (« A propos de la rageuse algarade de deux éminents sophistes »), écartons d’abord les digressions sans intérêt. Déblayons le terrain pour souligner ce sur quoi il ne veut surtout pas répondre.

Première diversion : Branchi insiste lourdement, à deux reprises : Notre tribune à été publiée « conjointement » (sic) dans France Antilles et le Progressiste. S’il s’agit pour lui de nous intimider à propos des médias qui veulent bien reprendre nos écrits en sous-entendant une relation fonctionnelle entre eux et nous, c’est évidemment peine perdue. Les Staliniens ont toujours voulu contraindre les oppositions de gauche au silence en les accusant d’être accueillies par la « presse bourgeoise ». Ces tactiques hors d’âge ont perdu toute efficacité. Merci sans complexe à toute presse démocratique nous faisant l’honneur de ses colonnes. Et au cas où le cœur en dirait à Justice, pa ni problem ! S’il s’agit de suggérer que nous nous trouvons sur la même ligne politique que le PPM dans l’affaire de la Collectivité territoriale de Martinique (CTM), nous préférons franchement faire confiance à la sagacité de nos lecteurs et lectrices.

Lire Plus =>

CTM : Une nouvelle période politique ?

— Pour le GRS Rita Bonheur, Max Dorléans, Gilbert Pago, Philippe Pierre-Charles, Max Rustal —
drapeau_972-tt_couleursIl y a celles et ceux qui voient dans le changement de majorité dans la direction des affaires martiniquaises une « véritable libération » , une « ère nouvelle » , etc. L’avenir ne tardera pas à montrer l’outrance du propos. Mais en ce qui concerne l’autre nouveauté de la période, à savoir l’alliance Marie-Jeanne/Monplaisir, les mêmes commentateurs se divisent en deux : celles et ceux qui y voient une transformation importante inaugurant une coopération profonde, durable, riche de promesses ; et celles et ceux pour qui cette simple manoeuvre électorale ne modifiera en rien la ligne des « Patriotes » .
En réalité nous avons affaire là, à une accentuation assez radicale d’une tendance largement présente dans les orientations marijeannistes. Du fameux « blan douvan/blan dèyè » qui a prolongé le pouvoir RPR d’Émile Maurice en 1989, jusqu’à l’alliance avec Pierre Petit, il y a un fil conducteur d’alliance avec telle ou telle fraction de la droite.

Lire Plus =>

Le conflit du Séminaire Collège : atypique ou emblématique?

— Par Philippe Pierre-Charles, secrétaire général de la CDMT —

sem_collegeLe conflit qui a secoué l’établissement privé catholique n’a pas défrayé la chronique à cause de son ampleur ou de sa durée, mais au contraire du fait de sa rareté et de questions liées aux particularités de ce type d’établissements, à leurs rapports avec l’inspection académique d’un côté, et avec la hiérarchie de l’église de l’autre.
L’origine de l’affaire est somme toute assez banale. Une directrice plus jeune et moins expérimentée que des enseignantes qui sont sous son autorité, non son autorité pédagogique mais apparemment son autorité administrative. Le manque d’assurance, la faible expérience en matière de management de la dite directrice sont probablement à l’origine de ce que ses supporters appellent pudiquement des “problèmes de communication” et que les victimes ont vécu comme du harcèlement moral. Tournant le dos à un usage bien établi dans l’enseignement, suivant lequel à chaque fin d’année une concertation s’établit entre collègues et avec la direction pour déterminer la répartition des classes entre maitres et maitresses, la directrice a décidé toute seule, sans réunion de l’équipe pédagogique ni justification, se contentant de proposer qu’on sollicite de la rencontrer en cas de problème.

Lire Plus =>

Après l’horreur, notre combat pour l’émancipation !

— Par Gilbert Pago & Philippe Pierre-Charles pour le G.R.S.—

charlie_solidaireLes clameurs se sont (presque) tues. L’émotion n’est plus à son paroxysme. Le moment de l’analyse est venu.
Chacun sait bien la position constante du GRS : le terrorisme aveugle ou ciblé, les assassinats de masse ou individuels, éthiquement insupportables, sont absolument contraires aux méthodes du mouvement ouvrier. Ces crimes  ne peuvent servir que les ennemis de la cause de l’émancipation des peuples. Ils ont choqué à juste titre la conscience universelle. L’indignation, la réprobation, la colère ne peuvent être ni sélectives ni hiérarchisées. La tuerie de Charlie Hebdo, le lâche assassinat de notre compatriote policière municipale, l’odieux massacre de clients d’un magasin casher, la mise à mort génocidaire de milliers de Nigérians, relèvent de l’abjection la plus absolue tant dans les mobiles que dans les faits eux-mêmes.
La présence d’une jeune martiniquaise parmi les victimes tout comme hier le kidnapping de Thierry Dol, ou encore la certitude que d’autres jeunes martiniquais se trouvent dans les rangs des djihadistes, montrent que les problèmes du monde sont aussi nos problèmes pour le meilleur comme pour le pire.

Lire Plus =>