Tag Archive for Nicole Cage

Concours de poésie « La Différence » : remise des prix

Le concours de poésie sur le thème de la différence est organisé par la maison d’édition Cimarron EdiProd, soutenue par le label international Plaza Mayor Company Ltd, l’artiste martinico-ivoirienne produite par ce label (Christina Goh) et Madinina Access. La remise des prix s’est déroulée hier, mercredi 25 à l’Espace Sonate, dans le cadre d’une soirée 100% accessible, avec un récital à deux voix de Christina Goh et Nicole Cage, accompagnées des musiciens: Yoan Zébina, Guillaume Bernard et Steeve Baudin. Soirée animée par Imaniyé Dalila Daniel, qui a interprété une chanson: « Mais où vont » Cette chanson fait partie d’un album (EP) dont la sortie officielle aura lieu le 11 mai. Un album à trois voix: IDD, Christina Goh et Nicole Cage, intitulé « Pur et sens » et produit par Plaza Mayor Company Ltd.
  Cette 1ère édition du Prix de poésie a connu une forte participation. Beaucoup de candidats, avec des textes de grande qualité, de sorte que le jury a eu beaucoup de mal à trancher.

Lire Plus =>

Au Saint-Esprit, première carte blanche à Nicole Cage

— par Janine Bailly —

La troisième saison de Rencontres pour le Lendemain, manifestation culturelle de bon aloi, gratuite, ouverte à tous, et qui traditionnellement se tient à la médiathèque du Saint-Esprit, a ouvert l’année nouvelle en donnant carte blanche à Nicole Cage. Belle idée que celle-ci, qui nous fit découvrir, ou simplement mieux appréhender une femme et une artiste aussi talentueuse que chaleureuse. De l’artiste, il fut à juste titre dit qu’en dépit d’une reconnaissance avérée en bien des pays, cette fille si aimante de sa Martinique natale ne tient pas encore en son propre pays la place à laquelle elle peut prétendre. Ce que le public sembla ce soir-là démentir, venu en nombre emplir plus que de coutume la salle, un public tant masculin que féminin, qui sut se montrer chaleureux et attentif jusqu’à ce que l’on pourrait qualifier, en quelque sorte, de recueillement ému.

Mais ce fut d’abord de la femme, humaine et généreuse, prête à de justes combats, que vint nous parler son amie de cœur, la chanteuse Ymelda Marie-Louise.

Lire Plus =>

Le festival des Petites Formes » – Un Bilan

— Par Selim Lander —

Pour la deuxième année consécutive, Tropiques Atrium Scène nationale a organisé dans la deuxième quinzaine de janvier un festival de théâtre qui se caractérise à la fois par l’économie de moyens (un ou deux comédiens au maximum dans chaque spectacle) et une présence massive des créations antillaises avec L’Aliénation noire de et avec Françoise Dô en ouverture le 17 janvier, Circulez de José Jernidier qui joue accompagné de son frère Joël le 21 janvier, Médée Kali de Laurent Gaudé avec Karine Pedurand le 24 janvier, Le But de Roberto Carlos de Michel Simonot avec Elie Pennont dans une MES d’Hassane Kouyaté. Unique exception un spectacle venu de Suisse, Le Relais de et avec Patrick Mohr. À noter que la plupart de ces spectacles ont été également présentés « en communes ».

François Dô dans L’Aliénation noire

Françoise Dô, jeune martiniquaise, est la lauréate du concours d’écriture théâtrale lancé par Tropiques Atrium en 2016 ce qui lui a valu une aide à la création.

Lire Plus =>

Nicole Cage & Christian Marie-Jeanne

19 novembre à 19h 30 au T.O.M. de Foyal

nicole_cage__cmjAvec Alchimie

Poésie & Musique

Romancière martiniquaise la plus prolifique, Nicole Cage-Florentiny a publié quatre romans : C’est vole que je vole (1998), Confidentiel (2000), L’Espagnole (2002) et Aime comme musique ou comme mourir d’aimer (2005). Nicole Cage-Florentiny est également poète et dramaturge ; son talent à mettre en espace ses textes et à les faire vivre par le public est remarquable. Elle monte un spectacle autour de C’est vole que je vole. Elle écrit également des chansons qu’elle présente en spectacle dans différentes bibliothèques.

C’est vole que je vole traite de la folie et de l’enfance massacrée. La jeunesse et l’histoire sont au cœur de cette oeuvre qui met en avant les travers et les atouts de la société martiniquaise pour une avancée résolue vers le futur. L’un de ces atouts, ce sont les femmes, dont les métaphores poto mitan et fanm doubout prennent tout leur sens sous la plume de l’auteure.

Lire Plus =>

Occupez-vous donc de vos ognons !

— Par Nicole Cage —

ortografe-1

Chères, chers colonisé (e)s,

An nèg, sé an sièk, mi !

J’essaie de comprendre ce qui s’agite ainsi en vous, la cause réelle et profonde de votre émoi parce qu’une ministre a entrepris de formaliser une réforme de l’orthographe de la langue française qui couvait sous le boisseau depuis des lustres. Parce qu’un gouvernement français décide de réformer SA langue ! Men lang moun-an sé ta’y, i ka fè sa i lé épi’y ! Fout zot brav !
Evidemment, personne n’avait osé, surtout pas la droite ! Il a fallu attendre Hollande-courage pour qu’elle sorte des tiroirs et soit remise au goût du jour (même si elle avait été expérimentée dans certaines académies).

Mais… que vous arrive-t-il chers colonisés ?
Pourquoi tant d’émoi et d’hystérie ? Qu’est-ce qui motive donc votre courroux et votre agitation !
Vous voilà prêts à entrer en résistance, à partir à l’assaut des pourfendeurs de « notre » langue ! Vous fûtes Charlie !

Lire Plus =>

Soyons, tousenpleman…

— Par Nicole Cage —

urgent_vivreQuand Joëlle Ursull s’est installée pour écrire sa lettre ouverte à François Hollande, elle était sûrement loin de se douter du wélélé que provoquerait sa missive, non pas chez l’autre mais au sein de sa propre communauté, de ses gens, de ses vrais ou supposés frères et sœurs.

Et vrai, je suis proprement estèbèkwè de l’agitation engendrée par une lettre somme toute banale… Sauf… qu’elle a pris le parti d’interpeller directement le président de leur république… Qu’en lançant son cri, elle a lancé à nos faces d’aveugles, de sourds, d’amnésiques volontaires un bien cruel miroir… Qu’en ne s’adressant en apparence qu’à François Hollande, elle touchait par ricochet, sans en être consciente, à cette zone de non-être, à cet espace obscur que nous, « porteurs sains » de l’atavisme de la déportation, de l’esclavage et de la colonisation, cachons au fin-fond de nos âmes et de nos corps malades… Elle a, sans le savoir, effleuré la fourmilière et a dû assister, surprise comme nous, au ballet de fonmi-fol qui a suivi la lecture de son brûlant message.

Lire Plus =>