Les séances V.O. de Tropiques-Atrium/Madiana

Du 29 avril au 14 mai 2019 à 19h 30

Une programmation éclectique, comme d’habitude, néanmoins marquée d’un tropisme russophile assez prononcé, avec une séance Ciné-classique consacrée à Tarlovsky à la mi-mai avant celle, attendue  début juin et dédiée au cinéaste sénégalais Djibril Diop Mambety.

Have a nice day, de Liu Jian
Leto, de Kirill Serebrenikov Lundi 6 mai
Arytmie, de Boris Khlebnikov Dimanche 12 mai
Funan, de Denis Do. Dimanche 5 mai
Perro Bomba, de Juan Caceres Mardi 7 mai
Sergio y Sergei, de Ernesto Daranas Jeudi 9 mai & Vendredi 10 mai
Le Sacrifice, d’Andreï Tarkovski Mardi 14 mai

Voir la présentation des films ci-après :

Lundi 29 avril 2019 De Liu Jian
Avec Zhu Changlong, Yang Siming, Cao Kou
Genres Animation, Action, Policier
Nationalité chinois

Synopsis:
Une sombre pluie va s’abattre sur une petite ville du sud de la Chine. Xiao Zhang, simple chauffeur pour le compte d’un mafieux local, dérobe à son patron un sac rempli de billets. Alors que la nuit tombe, la nouvelle de cet acte désespéré se répand très vite et tous se lancent à la poursuite de Xiao Zhang et du sac.

La presse en parle :
aVoir-aLire.com par Arthur Champilou
Liu Jian rappelle avec brio que le cinéma, y compris le cinéma d’animation, est autant une affaire d’images qu’une affaire de sons.

CNews par La rédaction
Influencé par « Pulp Fiction » de Tarantino, ce film indépendant à la mise en scène efficace oscille entre animation, polar et fable politique, et dénonce la Chine actuelle, l’Amérique de Trump et le Brexit.

Lire Plus =>

Mardi 30 avril 2019 De Kirill Serebrennikov
Avec Roman Bilyk, Irina Starshenbaum, Teo Yoo
Genres Drame, Biopic
Nationalités russe, français

Synopsis :
Leningrad. Un été du début des années 80. En amont de la Perestroïka, les disques de Lou Reed et de David Bowie s’échangent en contrebande, et une scène rock émerge. Mike et sa femme la belle Natacha rencontrent le jeune Viktor Tsoï. Entourés d’une nouvelle génération de musiciens, ils vont changer le cours du rock’n’roll en Union Soviétique.

La presse en parle :

Cahiers du Cinéma par Joachim Lepastier
Une vibration continue qui nous aura subjugués comme un chant astral et enivrant, nimbé d’une mélancolie de combat.

Culturebox – France Télévisions par Jacky Bornet
Beau sujet mais également superbe mise en scène. Serebrennikov fait le choix d’un très beau format scope (écran large) en noir et blanc qu’il parsème d’éclats colorés. Un des meilleurs films de l’année, à voir absolument.

Lire Plus =>

Jeudi 02 mai 2019

De Boris Khlebnikov
Avec Alexander Yatsenko, Irina Gorbacheva, Nikolay Shraiber
Genres Drame, Comédie
Nationalités russe, finlandais, allemand

Synopsis:
Katia et Oleg sont un couple d’urgentistes en Russie.
Oleg est brillant, mais son métier l’absorbe. Confronté chaque jour à des cas difficiles, l’alcool l’aide à décompresser. Katia ne se retrouve plus dans cette relation. A l’hôpital, un nouveau directeur applique des réformes au service de la rentabilité. En réaction, Oleg s’affranchit de toute limite et l’équilibre du couple vacille plus encore.

La presse en parle :

Télérama par Pierre Murat
Tout ça va vite, vise juste, jusqu’au dénouement, qui ne résout rien, mais rappelle que le public russe apprécie, comme beaucoup, les fins presque heureuses. Avec des héros humanistes qui essaient, en dépit des obstacles, de transformer le monde.

Culturopoing.com par Audrey Jeamart
« Arythmie » laisse une impression à la fois de sobriété et d’intensité, parce qu’il observe et orchestre une certaine retenue tout en façonnant un matériau incandescent, parce qu’il parvient à transmettre aussi bien la dérive ou la beauté calme que l’urgence ou la détresse sans user d’effets, simplement en laissant se dérouler dans leur authenticité les faits, les affects.

Dernières Nouvelles d’Alsace par La Rédaction
Arythmie, prix de la critique au festival d’Arras et le prix de la presse au festival du cinéma européen des Arcs, dit simplement mais avec force la tragédie d’un homme seul qui est celle de tout un pays.

Dimanche 5 mai 2019 « Funan », le film de Denis Do est un chef-d’œuvre!

« Funan » retrace le parcours de Chou, une jeune cambodgienne séparée de son fils Sovanh dès les premiers jours de la révolution khmère rouge de 1975.

Comme tant d’autres, Chou sera déportée, contrainte aux travaux forcés.
Un à un, les siens lui seront arrachés. Elle connaîtra l’injustice, le désarroi et l’impuissance. Elle devra affronter la faim, la peur… la mort. Femme, mère et épouse, Chou va devoir trouver la force d’exister, de décider et de survivre. Pour résister à l’atroce quotidien imposé par les Khmers rouges, elle devra se faire violence et apprendre à s’imposer.

Le couple qu’elle forme avec son époux Khuon prendra alors une toute autre dimension. Dans la souffrance et l’adversité, ils vont se déchirer, se redécouvrir, s’aimer et apprendre à lutter. Ensemble.
Pour retrouver ce fils que le régime lui a arraché, Chou va devenir une femme nouvelle. Forte et déterminée, elle va se révéler. Aux autres, mais aussi à elle-même. Malgré le manque, l’impuissance, elle n’abandonnera pas. Parce que là-bas, quelque part, Sovanh a besoin d’elle.

« Funan c’est l’histoire d’une famille. D’une femme… Ma mère ».

 

Lundi 6 mai 2019

De Kirill Serebrennikov
Avec Roman Bilyk, Irina Starshenbaum, Teo Yoo
Genres Drame, Biopic
Nationalités russe, français

Synopsis :
Leningrad. Un été du début des années 80. En amont de la Perestroïka, les disques de Lou Reed et de David Bowie s’échangent en contrebande, et une scène rock émerge. Mike et sa femme la belle Natacha rencontrent le jeune Viktor Tsoï. Entourés d’une nouvelle génération de musiciens, ils vont changer le cours du rock’n’roll en Union Soviétique.

La presse en parle :

Cahiers du Cinéma par Joachim Lepastier
Une vibration continue qui nous aura subjugués comme un chant astral et enivrant, nimbé d’une mélancolie de combat.

Culturebox – France Télévisions par Jacky Bornet
Beau sujet mais également superbe mise en scène. Serebrennikov fait le choix d’un très beau format scope (écran large) en noir et blanc qu’il parsème d’éclats colorés. Un des meilleurs films de l’année, à voir absolument.

Lire Plus =>

 

Mardi 7 mai 2019
de Juan Caceres

Avec Daniel Antivilo, Alfredo Castro, Blanca Lewin
Genre Drame
Nationalités chilien, français

Synopsis:
Steevens (21 ans) est un Haïtien qui mène une vie simple et stable au Chili : travail, logement, amitiés et fêtes. Junior, son ami d’enfance, arrive au Chili. Steevens lui trouve du travail mais Junior est agité et oblige Steevens à frapper son chef (50 ans). L’évènement fait le tour de la communauté, de ses amis et de tous ses proches qui le rejettent. Il perd ses papiers et son logement. Steevens cherche du travail dans toute la ville, un foyer et une aide pour recommencer sa vie, ne les trouvant qu’à la marge de la société.

La presse n’en parle pas encore :
Sans doute le premier film chilien dont le personnage principal est noir, Perro bomba est une fiction scénarisée comme un documentaire. La caméra, pratiquement toujours « au poing », suit pas à pas Steevens. Film engagé aussi, dénonçant de manière volontairement appuyée la situation des immigrés au Chili, il incite, là ou ailleurs, à une attitude solidaire vis-à-vis d’eux, en faisant « de l’empathie notre drapeau », comme l’a déclaré son réalisateur.

 

Jeudi 9 mai 2019 « Sergio y Sergei », un film de Ernesto Daranas

Avec Tomás Cao, Héctor Noas, Ron Perlman
Genre Comédie
Nationalités cubain, américain

Synopsis:
1991 : la Guerre froide est terminée, l’URSS s’écroule. Sergeï, un cosmonaute russe reste coincé dans l’espace, oublié par les Soviétiques qui ont bien d’autres soucis sur Terre… À Cuba, à l’aide d’une fréquence radio, Sergio entre en contact par hasard avec Sergeï et va tout mettre en œuvre pour le ramener sur terre. Mais sans le savoir, Sergio est sur écoute et espionné…

La presse en parle :

Femme Actuelle par Sabrina Nadjar
L’histoire se base sur des faits réels… en y ajoutant une dose d’humour, de pure fantaisie, et le plaisir de s’échapper un peu sur les terrasses de La Havane.

Le Journal du Dimanche par Baptiste Thion
Un film modeste, tendre et gentiment loufoque.

Le Nouvel Observateur par Xavier Leherpeur
Une satire mélancolique, qui montre les conditions de vie à Cuba dans les années 1990, entre précarité et débrouillardise. Seul regret : que la mise en scène n’insiste pas plus sur la dimension absurde de l’histoire.

Les Fiches du Cinéma par Gilles Tourman
Entre absurde, humour et tendresse, un film qui, tel un conte, plaide pour la fraternité.

 

Vendredi 10 mai 2019 « Sergio y Sergei », un film de Ernesto Daranas

Avec Tomás Cao, Héctor Noas, Ron Perlman
Genre Comédie
Nationalités cubain, américain

Synopsis:
1991 : la Guerre froide est terminée, l’URSS s’écroule. Sergeï, un cosmonaute russe reste coincé dans l’espace, oublié par les Soviétiques qui ont bien d’autres soucis sur Terre… À Cuba, à l’aide d’une fréquence radio, Sergio entre en contact par hasard avec Sergeï et va tout mettre en œuvre pour le ramener sur terre. Mais sans le savoir, Sergio est sur écoute et espionné…

La presse en parle :

Femme Actuelle par Sabrina Nadjar
L’histoire se base sur des faits réels… en y ajoutant une dose d’humour, de pure fantaisie, et le plaisir de s’échapper un peu sur les terrasses de La Havane.

Le Journal du Dimanche par Baptiste Thion
Un film modeste, tendre et gentiment loufoque.

Le Nouvel Observateur par Xavier Leherpeur
Une satire mélancolique, qui montre les conditions de vie à Cuba dans les années 1990, entre précarité et débrouillardise. Seul regret : que la mise en scène n’insiste pas plus sur la dimension absurde de l’histoire.

Les Fiches du Cinéma par Gilles Tourman
Entre absurde, humour et tendresse, un film qui, tel un conte, plaide pour la fraternité.

 

Dimanche 12 mai 2019

De Boris Khlebnikov
Avec Alexander Yatsenko, Irina Gorbacheva, Nikolay Shraiber
Genres Drame, Comédie
Nationalités russe, finlandais, allemand

Synopsis:
Katia et Oleg sont un couple d’urgentistes en Russie.
Oleg est brillant, mais son métier l’absorbe. Confronté chaque jour à des cas difficiles, l’alcool l’aide à décompresser. Katia ne se retrouve plus dans cette relation. A l’hôpital, un nouveau directeur applique des réformes au service de la rentabilité. En réaction, Oleg s’affranchit de toute limite et l’équilibre du couple vacille plus encore.

La presse en parle :

Télérama par Pierre Murat
Tout ça va vite, vise juste, jusqu’au dénouement, qui ne résout rien, mais rappelle que le public russe apprécie, comme beaucoup, les fins presque heureuses. Avec des héros humanistes qui essaient, en dépit des obstacles, de transformer le monde.

Culturopoing.com par Audrey Jeamart
« Arythmie » laisse une impression à la fois de sobriété et d’intensité, parce qu’il observe et orchestre une certaine retenue tout en façonnant un matériau incandescent, parce qu’il parvient à transmettre aussi bien la dérive ou la beauté calme que l’urgence ou la détresse sans user d’effets, simplement en laissant se dérouler dans leur authenticité les faits, les affects.

Dernières Nouvelles d’Alsace par La Rédaction
Arythmie, prix de la critique au festival d’Arras et le prix de la presse au festival du cinéma européen des Arcs, dit simplement mais avec force la tragédie d’un homme seul qui est celle de tout un pays.

Mardi 14 mai 2019 « Le Sacrifice », un film de Andreï Tarkovski

Avec Erland Josephson, Susan Fleetwood, Valérie Mairesse
Genre Drame
Nationalités suédois, français

Synopsis:
(Exceptionnellement, le synopsis qui suit couvre tout le film car il est, à mon avis, préférable de le connaitre avant de voir de film) Ex-comédien célèbre, Alexandre s’est retiré avec sa famille pour vivre isolé sur une île au large des côtes suédoises. Le jour de son anniversaire, une guerre nucléaire mondiale est déclenchée. Alexandre fait le vœu à Dieu de renoncer à ce qui lui est le plus cher et de ne plus prononcer une parole si tout redevient comme avant. Le facteur, passionné des phénomènes paranormaux, lui conseille d’aller chez sa voisine qui est un peu sorcière (ou un ange, au choix) et qui saura exaucer son vœu. C’est le cas. Il détruit alors sa maison et sacrifie sa liberté… Le Sacrifice est l’ultime film d’Andrei Tarkovski qui décèdera hélas quelques mois plus tard. Il s’agit d’une longue parabole dont plusieurs aspects restent assez obscurs. Le premier tiers (avant le passage des bombardiers) m’a personnellement le plus enchanté : de longs monologues d’Alexandre qui s’interroge sur sa vie et son rapport à la société.