Ecologie

Faut-il réaménager notre Martinique ?

Pour Une Martinique Autrement ( P.U.M.A.)

Depuis quelques temps déjà, il y a débat dans les foyers, dans l’espace public, dans nos bureaux, à propos de la difficulté de circulation des automobilistes dans notre île. Cette triste réalité nous pousse à nous interroger : la réflexion de certains de nos décideurs est-elle pauvre à tel point qu’elle ne permet pas la fluidité des déplacements quotidiens du citoyen martiniquais ?

Sur un territoire, la route permet les échanges de la vie économique, de la cohésion sociale, etc. Concernant la Martinique, le réseau routier représente, toute situation juridique confondue, environ plus de 2 500 km. Peut-on dire qu’il est suffisant ? Ou faudrait-il nécessairement le réétudier ?

En dehors de ces deux réflexions que nos décideurs de tout bord devraient mener, sans comportement pactisant, il y a les incontournables infrastructures telles que : la gestion de l’eau de boisson, de baignade, de l’assainissement, des déchets, de la production électrique, de l’agriculture et de la pêche, du réseau routier, du logement.…

Lire Plus =>

Les séismes : en parler pour dédramatiser…

— par Pascal Saffache et Indira Roseau —

Les risques naturels majeurs ont toujours défrayé la chronique : inondations, ouragans, séismes, tsunamis, éruptions volcaniques…sont autant d’aléas qui ont modelé les paysages, perturbé ou ralenti l’essor des sociétés humaines, et surtout endeuillé les populations.

Certes, tous ces aléas ne présentent pas la même occurrence, la même puissance, le même impact, toutes les régions ne présentent pas non plus les mêmes enjeux, la même vulnérabilité, mais le risque est toujours vécu comme limitant, perturbant, c’est un frein au développement économique, un obstacle au développement humain.

Si tous les aléas naturels sont craints, il en est un qui a toujours terrorisé les populations, il s’agit du risque sismique. Comment expliquer cela ?

Les séismes sont des vibrations de la croûte terrestre résultant du mouvement des plaques tectoniques ou lithosphériques. La partie externe de la terre est en effet constituée de plaques qui sont en équilibre instable sur une matière visqueuse (de la roche en fusion) : l’asthénosphère.…

Lire Plus =>

Indignons-nous !

— Par Michel Herland —

Face aux désordres du monde, le citoyen se sent impuissant. Les guerres avec leur cortège d’atrocités, le dérèglement climatique, la pollution des milieux naturels et l’épuisement des ressources, les injustices criantes dans la répartition des richesses, tout cela nous accable d’autant plus que nous ne voyons pas comment faire advenir un monde meilleur. Notre arme est le bulletin de vote, mais l’expérience nous a appris que les politiciens qui se succèdent aux pouvoir, d’un côté ou de l’autre, ne changent jamais les choses en profondeur, soit qu’ils aient peur de heurter les corporatismes de tous bords dont les intérêts seraient atteints nécessairement par une réforme un tant soit peu radicale, soit qu’ils ne sachent tout simplement pas quoi entreprendre pour remplir effectivement les promesses qui les ont fait élire. La politique a eu ses moments glorieux, malheureusement exceptionnels, lors desquels les gouvernants poussés par le peuple firent faire à la société plus de progrès en quelques semaines ou quelques mois que pendant des décennies.…

Lire Plus =>

Regardons notre Eau, autrement !!!

 — Association écologique PUMA —

Que d’eau, que d’eau, passée sous les ponts, depuis que nous dénonçons certaines pratiques dans sa gestion. Il est urgent de poser la question du bilan de cette dernière, à nos dirigeants. La population attend une réponse, tout comme nous, P.U.M.A, afin de comprendre pourquoi ce service, est très loin d’être ce que nous en attendons.

Voici quelques éléments pour démontrer le dysfonctionnement récurent depuis plusieurs années, dans la gestion de cette importante ressource :

Pour rappel : Il est essentiel de savoir que le mauvais traitement de notre eau de boisson, a généré des maladies graves et aussi la mort de nombreuses personnes. Nous invitons nos ainés (es) à raconter aux jeunes comment la typhoïde a sévi en Martinique dans les années 50. Grâce aux apports scientifiques de l’époque, le chlore a été introduit dans le traitement de l’eau pour stopper cette hécatombe.

Depuis, nous avons assisté à certains changements dans le traitement, la distribution et le prix de l’eau, grâce au travail des Services de l’État et la vigilance de feu Pierre DAVIDAS, armés de la législation.

Lire Plus =>

COP22 : « L’accord de Paris, un récit enchanteur mais dangereusement trompeur »

— Par Collectif —

cop-22Pour un collectif de sociologues et d’économistes, à Marrakech, les acteurs de l’accord sur le  climat sacrifient de nouveau au mythe d’un consensus dont l’élection de Donald Trump révèle la fragilité.

Pour beaucoup d’acteurs mobilisés sur le terrain clima­tique, l’élection de Donald Trump ne serait pas inquiétante outre mesure. Un tel optimisme participe en fait du récit mis en place pour huiler la mécanique de l’accord de Paris. Un récit enchanteur mais dangereusement trompeur.

Dès le lendemain de la COP21, en décembre 2015, Laurence Tubiana, négociatrice en chef française, expliquait que l’accord de Paris, célébré comme un succès international historique, devait fonctionner comme une « prophétie autoréalisatrice ».

La rapidité des ratifications et de l’entrée en vigueur de l’accord entretient la croyance dans cette prophétie, qui serait donc en train de se réaliser, mettant enfin la lutte contre les dérèglements climatiques sur de bons rails.

Lire aussi : Climat : Hollande appelle les Etats-Unis à « respecter les engagements pris »

Le caractère historique de l’accord de Paris tiendrait ainsi autant aux objectifs ambitieux qu’il contient qu’aux « signaux forts » qu’il envoie et au ­« momentum » qu’il produit – pour reprendre deux expressions répétées par les architectes de l’accord.…

Lire Plus =>

« Share Stevia », une campagne internationale contre la biopiraterie

steviaLa campagne, d’envergure internationale diffusée en 5 langues, a pour objectif de rendre justice aux peuples autochtones détenteurs de savoirs ancestraux en encourageant les entreprises biopirates à entrer en négociation avec ces peuples.

La campagne est lancée alors que de plus en plus de boissons allégées en sucre et de produits peu caloriques inondent le marché, et utilisent des édulcorants dérivés de la plante Stévia pour satisfaire la demande des consommateurs.

La Convention sur la diversité biologique et le Protocole de Nagoya stipulent que les détenteurs de savoirs traditionnels sur la biodiversité ont le droit de tirer profit des connaissances qu’ils ont développées, protégeant ainsi les communautés autochtones d’actes biopirates. Mais alors que les glycosides de stéviol, édulcorants à base de Stévia utilisés par les entreprises multinationales, sont issus de la tradition guaranie, ces peuples n’ont reçu aucune compensation pour les ventes de produits contenant de la Stévia, ce qui représente pourtant un marché de plusieurs milliards de dollars US par an !…

Lire Plus =>

Les Sioux du Dakota se rebellent contre un oléoduc géant

— Par Marie-Noëlle Bertrand —

sioux_dakota

le 9 septembre, les Lakotas manifestaient contre la construction de l’oléoduc au cimetière sacré de la réserve indienne de Standing Rock au Dakota du Nord. photo ALYSSA SCHUKAR/The New York Times-REDUX

Censé relier le nord des États-Unis à l’Illinois, le Dakota Access Pipeline, oléoduc long de 1 900 kilomètres, menace les ressources en eau des Amérindiens de la réserve de Standing Rock. Leur opposition au projet est violemment réprimée par les troupes du shérif du comté de Morton.

«Que ferait Sitting Bull ? Il nous rappellerait ce qu’il disait il y a cent cinquante ans : “Réunissons nos esprits pour voir quel avenir nous pouvons construire pour nos enfants.” » Ainsi Winona LaDuke, femme politique amérindienne, conclut-elle son récit de l’affaire du Dakota Access Pipeline, traduit et mis en ligne par l’Observatoire des multinationales (1). Une histoire parmi d’autres d’oléoduc contesté en Amérique du Nord. Une histoire, surtout, d’accaparement de ressources par risques de pollution interposés, telles qu’en subissent depuis deux siècles les Lakotas, Sioux du Dakota du Nord.…

Lire Plus =>

Festival « Madisolidd »: 6ème édition

20 novembre 2016 de 9h à 19h au C.D.S.T de Saint-Pierre

madin_ekitab_logo_grd

L’association MADIN’EKITAB organise en partenariat avec la CTM et la CRESS Martinique la 6ème édition du festival MADISOLIDD (MADInina SOLidarité Internationale et Développement Durable).

LA CARAÏBE à l’HONNEUR

Pour clore la Semaine de la Solidarité Internationale, une manifestation au programme riche et varié sera proposée le dimanche 20 novembre 2016 de 9h à 19h au Centre de Découverte des Sciences de la Terre à Saint Pierre (entrée gratuite).

L’invité sera cette année Monsieur Guito GILOT, responsable commercial de la FECCANO, Fédération des coopératives cacaoyères du nord d’Haïti, un groupe de coopératives toutes certifiées bio et équitables.

Monsieur GILOT témoignera des impacts du commerce équitable auprès des producteurs, mais aussi au niveau local et régional. Il répondra à toutes les questions que l’on se pose légitimement au sujet du commerce équitable.

L’autre temps fort de la journée sera la projection du film « 10 billions, what’s on your plate ?

Lire Plus =>

Ne faisons pas mentir l’Histoire.

 — Par Florent Grabin pour l’Association PUMA —

dechetsD’échec en échec, nous sommes parvenus à atteindre le sommet de l’inacceptable, avec en prime, un grave risque sanitaire, une pollution exponentielle et une importante production de dioxine lors des feux de décharge et des dysfonctionnements de notre incinérateur.

Communiqué – CACEM | La Martinique est actuellement confrontée à d’importantes perturbations au niveau du traitement des déchets à cause de la saturation des installations actuellement en place.

Aussi, le Président de la CACEM informe les administrés du Centre que la collecte des ordures ménagères est perturbée sur le territoire du centre comme sur l’ensemble de la Martinique en raison de la saturation des sites  de traitement placés sous la responsabilité du Syndicat Martiniquais de Traitement et de Valorisation des Déchets (SMTVD), tels que l’usine d’incinération de Dillon, à Fort-de-France et le Centre d’enfouissement de CERON, à Ste-Luce.

Les perturbations liées à la collecte des ordures ménagères sont consécutives à la saturation des installations de traitement précitées……..

Lire Plus =>

Nou-Pèp-La vs Albioma : le débat continue

albioma_vs_nou-pep-laOn trouvera c-après le texte de Stéphane Arnoux, GRAC Energie de Nou-Pep-La et la réponse de Nicolas de Fontenay, directeur des Exploitations aux Antilles – Albioma.

La CTM peut, si elle le veut, arrêter Albioma

Le site du Galion à Trinité est un complexe industriel sur lequel est prévue l’installation d’une « unité de cogénération d’électricité et de chaleur valorisée fonctionnant à la bagasse et au charbon d’une capacité de production de 37,5Mw » (arrêté ministériel de 2008), nommée Galion 2. Elle jouxtera et complètera la SAEM du Galion (l’usine sucrière) et la Turbine A Compression (TAC) de 40 Mw nommée Galion I fonctionnant au fioul (centrale thermique).
Que veut dire unité de cogénération ? « La cogénération est la production simultanée d’électricité et de chaleur à partir d’un combustible. L’énergie utilisée pour faire fonctionner des installations de cogénération peut être le gaz naturel, le fioul, le charbon ou toute forme d’énergie locale (géothermie, biomasse).…

Lire Plus =>

Camp de Balata : Une décharge à ciel ouvert!

— Par Le Palima dans Ki nov ? —

camp_de_balata_poubelle

Le camp de Balata est devenu la nouvelle décharge de la municipalité. Des dépôts sauvages de déchets encombrants, métaux, gravats provenant des différents chantiers de la ville sont entreposés vaille que vaille et poussés à coups de bulldozer dans la ravine. Une telle désinvolture est criminelle. Quand on bloque le passage de l’eau dans la ravine « Mélin » on met en danger la vie des habitants des quartiers en contrebas. (Inondations et éboulements)

Ce n’est pas la première fois,c’est permanent.Les habitants sont exaspérés. Ils ne veulent plus subir, mais agir pour la propreté du site.

Trop c’est trop « nou bon épi sa » !!!!!
Le camp ne cesse d’être dégradé, pollué, c’est le délabrement total Trop c’est trop « nou bon nou bon »

Le parcours de santé Aimé Césaire inauguré en grande pompe le 15 juin 2013 est totalement détruit.…

Lire Plus =>

Le long périple de deux lamantins invités à repeupler la Guadeloupe

lamentin

Les lamantins peuvent mesurer jusqu’à 4 mètres de long et peser environ 600 kg. Ramos Keith, U.S. Fish and Wildlife Service / Wikimedia commons

— Par Martine Valo —

Ils sont arrivés bien avant l’aube, mardi 9 août. Nul ne sait ce que Junior et Kai ont pensé de leurs trente-quatre heures de voyage à bord d’un avion-cargo, sur un vol commercial en provenance de Singapour, mais il est sûr que ces deux lamantins étaient attendus avec impatience en Guadeloupe. Voilà des années que l’archipel antillais espère accueillir quelques-uns de leurs congénères.

Agés de 6 et 7 ans, ces deux mâles d’au moins 400 kilos chacun sont nés au zoo de Singapour. L’établissement, qui n’en est pas à son premier don pour la conservation d’animaux dans le monde, les a cédés au Parc national de la Guadeloupe, car celui-ci espère voir, à terme, ces grosses bêtes placides repeupler les rivages de l’archipel.…

Lire Plus =>

8 août 2016 : jour du dépassement

jour_du_depassement

En clair, c’est à partir d’aujourd’hui que l’humanité a consommé l’ensemble des ressources que la planète peut renouveler en une année selon l’ONG Global Footprint Network.

Autrement dit …. nous commençons à vivre à crédit !

Cette date avance chaque année. L’an passé, c’était le 13 août….

Le jour du dépassement, ou jour du dépassement global, est une date dans l’année où, théoriquement, les ressources renouvelables de la planète pour cette année ont été consommées. Au-delà de cette date, l’humanité puise donc dans les réserves naturelles de la Terre d’une façon non réversible si bien qu’à terme, la raréfaction des ressources condamnera l’humanité à rationner les ressources et donc à entrer en décroissance.

Cette date est calculée par l’ONG américaine Global Footprint Network (en), créatrice du concept d’empreinte écologique, et publiée sous le nom d’Earth Overshoot Day (« Jour du dépassement de la Terre »). En 2016, la date calculée est le 8 août 20161.…

Lire Plus =>

L’or bleu et l’or vert sauveront-il (le nord de) la Martinique? Acte II

— Par Max Venance —

or_bleu_or_vert Dans un énième article relatif au développement économique et social du Nord de la Martinique, en juin 2015, nous présentions les atouts économiques de ce territoire, et en particulier les deux projets « Baie des Princes » et « Centre Caribéen de la Mer », qui nous paraissent les plus capables d’impulser le meilleur développement pour cette partie de l’ile et, bien maitrisés, pour toute la Martinique. Un an après, à la lueur des changements institutionnels intervenus récemment, nous vous proposons un rapport d’étape sur l’évolution de ces deux équipements et la façon dont ils sont perçus par la nouvelle gouvernance politique locale.

« Baie des Princes » éligible aux fonds européens par la Collectivite Territoriale de Martinique 

Pour rappel, « Baie des Princes » est un équipement hôtelier haut de gamme conçu pour valoriser tous les potentiels martiniquais, en particulier l’éco-tourisme, auquel sont ajoutés des équipements structurants destinés à soutenir l’activité hôtelière.

Lire Plus =>

Le frein au développement du Nord-Caraïbe

— Par Florent Grabin, pour l’association PUMA —
tunnelQu’attend-on pour soulager les usagers du Nord-Caraïbe, et faciliter le développement économique de cette côte ?
La CTM, les mairies de Case-Pilote et Schoelcher pourraient dès à présent prendre en charge une étude de faisabilité assurée par des techniciens chevronnés, moyen peu onéreux et rapide afin de pouvoir s’engager au plus vite dans la phase réalisation.
Il existe actuellement trois possibilités qui permettront de faire un choix pour faciliter la vie des riverains de ce secteur et la libre circulation des automobilistes.

1ère proposition, le viaduc
En ce qui concerne  »le serpent de mer » de la traversée de Fond-Lahaye il y a un gros dysfonctionnement persistant dans nos instances locales.
Depuis de très nombreuses années on veut faire fantasmer la population sur un ouvrage exceptionnel dont l’évaluation financière seule fait frémir et toujours reculer la prise en compte. Il n’a manifestement toujours pas été étudié pour en traiter tous les aspects plus que délicats : un viaduc en bord de plage avec des camions à plus de 20 mètres au-dessus habitats : que de contraintes!…

Lire Plus =>

Pour une écologie des petits matins tranquilles (et pas des Grands soirs chimériques)

— Par Frédéric Denhez —
pour_1_mde_meilleurÀ la demande de France Nature Environnement, j’ai écrit cette France de demain en dix propositions d’actions et de transformations, dix actes concrets, simples, qui sont autant de leviers pour changer le pays en changeant notre rapport à la nature et au temps. Dix propositions pour le citoyen… et dix propositions pour les élus. Cela fait vingt, en fait un peu plus. Dix chapitres…

… dix thèmes transversaux sur notre place dans la nature, notre rapport à l’énergie, le rôle fondamental des collectivités, la gouvernance de l’eau comme exemple à suivre (en l’améliorant…), l’importance de l’éducation à l’environnement et de la bouffe etc. Dix chapitres rédigés à partir des documents internes de FNE, des discussions avec ses bénévoles et salariés, de mes propres réflexions. Un livre pas facile à rédiger, car il a dû se frayer un chemin entre les nombreux réseaux et membres de la plus grande fédération d’associations de protections de la nature de France.…

Lire Plus =>

VALORA, le Village du Développement Durable et de l’environnement

15-16 avril à Dillon – Entrée Gratuite

valora_affich_04-2016— D’après dossier de presse —

« Il est question de vivre bien, en modérant un peu ses consommations et en respectant du mieux qu’on le peut l’environnement de notre île. »
Que deviendra notre Planète, notre Ile dans quelques années ?
« Les chiffres sur le sujet sont préoccupants et ne nous laissent guère l’opportunité d’être attentiste. Il faut agir maintenant », c’est en ces termes que José Gaspaldy, et Philippe Pied, respectivement Président de l’association 3ED, et membre bénévole en charge du développement caraïbe, nous expriment leur souhait de faire quelque chose pour la Martinique… « leur part du Colibri* », comme ils se l’accordent à dire.
Retour sur le parcours de ces deux martiniquais pour qui une action forte était indispensable.

*****

Vous avez tous les deux presque la cinquantaine, pourquoi maintenant et à partir de quoi vous basez-vous ?

Lire Plus =>

Encore 7 ans de sursis pour le glyphosate

— Par Jean-Jacques Régibier —
glyphosateSuspecté par l’OMS d’être cancérigène pour l’homme, l’herbicide de Monsanto le plus vendu dans le monde, continuera pendant 7 ans à inonder le marché. Ainsi en a décidé le Parlement européen dans un vote ce mercredi.

Dans la langage européen, c’est ce qu’on appelle un compromis. En réalité, il s’agit bel et bien d’une défaite de tous ceux qui, à gauche, avaient demandé que le glyphosate, le principe actif du célèbre herbicide Roundup produit par la compagnie américaine Monsanto, soit purement et simplement interdit à la vente en raison des dangers qu’il pourrait présenter pour la santé humaine.
Il est remarquable d’ailleurs de noter que l’autorisation de renouvellement à la vente pour 7 ans de cet herbicide que vient de décider le Parlement européen, intervient alors qu’aucune donnée scientifique ne permet actuellement de prouver son innocuité. La preuve, c’est que les députés demandent maintenant une étude indépendante et la publication de toutes les preuves scientifiques utilisées par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) pour évaluer le glyphosate.…

Lire Plus =>

« Les sargasses et leur dérive dans l’Atlantique » au Café U

Lundi 4 avril à 17h30, à la BU du campus de Schoelcher

sargasses_rocher_diamantIntervention de Delphine Thibault

Depuis 2014, les côte caribéennes sont confrontées à des échouages massifs de ces algues non fixées qui, emportées par le courant, viennent pourrir sur le littoral atlantique de nos territoires. Delphine Thibault nous expliquera ce que l’on sait du déplacement de ces algues, en prise directe avec des recherches en cours.

Docteur en Sciences biologiques et fondamentales appliquées, Delphine Thibault est maître de conférences à l’université Aix-Marseille

Ni Café philo, ni conférence académique en modèle réduit, le Café U est un carrefour d’échange et de discussion, initié par des scientifiques du DSI dans une volonté de diffusion et de partage du savoir. Il a vocation à s’ouvrir aux sciences exactes autant qu’aux sciences humaines et sociales.

Entrée libre et gratuite, venez nombreux !…

Lire Plus =>

L’humanité a besoin de l’eau

journee_mondiale_de_l_eauUne goutte d’eau est flexible. Une goutte d’eau est puissante. Une goutte d’eau est en demande.

L’eau est au cœur du développement durable. Les ressources en eau, ainsi que la gamme de services qu’elles peuvent rendre, contribuent à la réduction de la pauvreté, à la croissance économique et à la sauvegarde de l’environnement. De la nourriture et la sécurité énergétique à la santé humaine et environnementale, l’eau contribue à l’amélioration du bien-être social et à une croissance équitable, affectant les moyens de subsistance de milliards d’individus.

Thème de la journée 2016 :
L’eau et l’emploi

L’eau est un élément primordial de la vie. Elle est non seulement vitale en matière de santé, mais aussi d’emplois en permettant de subvenir au développement économique, social et humain.

Aujourd’hui, la moitié des travailleurs dans le monde – 1,5 milliard de personnes – sont employés dans des secteurs liés à l’eau. La plupart des emplois, tous secteurs confondus, en dépendent directement.…

Lire Plus =>

Et si on fermait la baie de Fort-de-France ?

— Par Florent Grabin Pour l’association P.U.M.A. —
baie_de_fort-de-franceLa Martinique est une île qui depuis sa formation (30 milliards d’années), continue sa mutation naturelle. Dans cette évolution, nous avons celle de la Baie de Fort-de-France qui est issue d’un effondrement particulièrement actif datant de 10 à 14 milliards d’années.
C’est continuellement que cette transformation s’opère et nous pouvons observer que la mer, inexorablement, poursuit la désagrégation de nos côtes. Selon différents experts, ce façonnage naturel est de plus en plus bouleversé par le comportement de l’Homme.
Avec le réchauffement climatique, nous assistons, impuissants, à des aléas météorologiques de plus en plus ravageurs ; les cyclones donnant des marées de tempêtes de plus de 10 mètres de haut, sans occulter l’élévation du niveau de la mer. Pour pallier cette dernière, certains pays ont commencé à prendre des mesures en construisant des digues destinées à faire obstacle aux eaux, soit pour protéger les côtes de l’érosion marine et les terrains bas de l’envahissement par la mer, soit pour régulariser un cours d’eau et protéger ses rives.…

Lire Plus =>

Pour une vraie politique de salubrité publique à la Martinique

— Par Pierre Alex MARIE-ANNE —

je_tue_je_pue_je_pollue-1Le réchauffement climatique se caractérise notamment sous nos latitudes par une recrudescence des épidémies liées à la prolifération des moustiques : Dengue, Chikungunya, et maintenant Zika.
Cette situation est lourde de conséquences , en premier lieu pour la santé de nos concitoyens et bien entendu pour notre économie où le tourisme tient une place déterminante.
Paradoxalement , il ne semble pas que les pouvoirs publics aient pris la mesure de l’importance de cette menace .
Pourtant les textes sont formels quant à la responsabilité qui incombent , s’agissant de la protection de la salubrité publique ,aussi bien au représentant de l’Etat ,chargé d’arrêter et de faire appliquer le Règlement Sanitaire Départemental , complété en tant que de besoin par les dispositions subséquentes du Code de la Santé publique , qu’aux Maires, responsables au premier chef sur le terrain ,de sa mise en œuvre .
Or le constat que chacun peut faire est que dans ce domaine on est loin du compte : les décharges et dépôts sauvages de détritus de toute nature envahissent nos routes et nos quartiers , les épaves de véhicules hors d’usage prolifèrent à l’infini , les eaux stagnantes des rivières ,canaux et ruisseaux sont partout visibles , tout ceci au grand bénéfice des moustiques qu’ils soient tigres ou non et des rongeurs de toute espèce qui se régalent de la saleté ambiante de la soi-disant île aux fleurs, bien malodorantes en vérité !…

Lire Plus =>

Stoppez immédiatement Galion II

galion-IINOU PEP LA, mouvement citoyen, humaniste, écologique et solidaire, de Martinique, lance une pétition citoyenne pour imposer aux décideurs du projet Albioma /Gouvernement Français / CTM ) / l’arrêt immédiat de l’usine GALION 2 représentant, après le scandale écologique et sanitaire du chlordécone qui a pollué terres, mer et rivières pour plusieurs siècles et empoisonné la population, entraînant un danger écologique et sanitaire dont les conséquences sont irréversibles ( cancers de la prostate, infertilité des hommes, dangers sur les nourrissons …). Il a fallu des années de combats des écologistes, des scientifiques ,de mouvements citoyens , de plaintes sans suite ,pour stopper son utilisation et faire admettre la toxicité de cette molécule
Nous ne pouvons tolérer un nouveau scandale écologique et sanitaire avec Gallion II, Centrale Thermique de cogénération charbon/biomasse, de nouveaux dénis de réalité.

Lire aussi : La Transition Energétique à la Martinique Une catastrophe annoncée…

Site sur-industrialisé du Galion comprenant déjà l’usine sucrière, la distillerie, le TAC (Turbine A Combustion) Galion 1, en zone fragile, zone sismique, inondable, représentant un danger immédiat pour les employés du complexe industriel et pour la population de la vallée et bassin du Galion ( 500 familles y vivent) en raison de la proximité de la mangrove et des forts prélèvements de la rivière, (désastre écologique -« rupture écologique »- signalé dans le rapport de la DEAL -Direction de l’environnement, de l’aménagement et du logement Martinique- du 20 mars 2013) .…

Lire Plus =>

Tortues marines en Martinique

tortues_diamantTortues marines, de la tradition à la protection …
Il n’est pas si loin le temps où le ragoût et les steacks de tortues vertes, karets ou caouannes figuraient au menu des restaurants de l’île et au sommaire de bon nombre de livres de recettes de cuisine antillaise. Pas si loin, car l’arrêté ministériel de protection des tortues marines ne date que de 2005. Il prévoit la protection de toutes les espèces de tortue, de leurs oeufs et de leur habitat, les contrevenants étant passibles de peine de prison, de saisie du matériel de pêche et d’amende pouvant atteindre 22 500 € ! Devant ce risque et le net
appauvrissement de la ressource, les pêcheurs professionnels dont elles faisaient les choux gras ont dû arrêter les prélèvements même si beaucoup de spécimens se noient encore accidentellement dans leurs filets, car il n’y a plus de pause de filets à tortue. Les ramasseurs d’oeufs ont dû aussi arrêter leur activité florissante.…

Lire Plus =>

La Transition Energétique à la Martinique Une catastrophe annoncée…

biomasse_non… Environnementale-Sanitaire-Economique-Sociale

-L’énergie est le premier secteur d’importation à la Martinique (781M€ Insee 2014) bien avant l’alimentation (455M€ Insee 2014) ou le secteur automobile (265M€) Or ce secteur de l’énergie qui représente le premier secteur économique de la Martinique échappe totalement aux Martiniquais qui sont réduits au rôle de consommateurs passifs dépendants d’acteurs extérieurs. Le premier poste du déficit de notre balance commerciale en valeur et en pourcentage est donc l’énergie que nous importons à hauteur de 98 % de nos besoins.

Selon un rapport de l’A.I.E., (Agence Internationale de l’énergie) « un pays qui importe au moins 30 % de son énergie est un pays en situation de grande fragilité économique et de risque énergétique majeur en cas de rupture d’approvisionnement ». Nous à la Martinique nous sommes en situation de dépendance à 97 % pour notre électricité et à 100 % pour le transport d’approvisionnements énergétique en provenance de l’extérieur.…

Lire Plus =>