Expositions

Gorée – Regards sur cours – Entre ambition et émotion

29 avril – 1er mai 2017

Pour sa onzième édition, Gorée – Regards sur cours s’enrichit de deux événements majeurs : la présence de la Fondation Dapper, avec deux expositions, et un hommage à Ousmane Sow, relayé à l’international par les Instituts français et les Alliances françaises.

Initiée et organisée par des Goréens de souche et de coeur, la manifestation Gorée – Regards sur cours compte désormais parmi les événements artistiques majeurs du Sénégal et se déroulera sur trois jours, les 29, 30 avril et 1er mai. Elle doit sa vitalité à la passion d’une poignée de bénévoles pour leur île et pour l’art. Une passion qui les amène à vouloir cette édition plus ambitieuse. Une ambition en partie portée cette année par la Fondation Dapper.
Tout en restant fidèle à sa tradition de présenter, dans une cinquantaine de maisons ouvertes au public, les oeuvres d’artistes connus ou inconnus, Gorée – Regards sur cours sera placée sous un thème, « L’eau et l’ailleurs ».…

Lire Plus =>

FIAP17 : Festival International d’Art Performance, 1ère édition

Du 17 au 23 avril 2017 à Fort-de-France

A l’initiative d’Artincidence l’association d’Annabel Guérédrat et Henri Tauliaut, va se tenir en Martinique le 1er Festival International d’Art Performance. Des « performeuses » et des « performeurs » venusdu bassin caribéen, des Etats-Unis, d’Amérique du Sud et d’Europe vont se rencontrer et aller à la rencontre du public martiniquais pendant trois jours à l’Hotel Impératrice de Fort-de-France mais aussi « hors les murs », in situ, dans la rue piétone de la ville capitale, aux alentours de la bibliothèque Schoelcher… Performance live en continu, tables rondes avec des spécialistes venus de différents horizons, exposition photo, projections de films vont animer ces trois jours dans un esprit d’ouverture au grand public.

Inventée par les dadaïstes il y a un siècle, cette forme d’art éphémère, où le corps du performeur est au centre de l’œuvre laisse peu d’objets derrière lui. Elle est essentiellement connue par ses traces : des photographies, le plus souvent, et parfois des films et des témoignages.…

Lire Plus =>

Le Geste et La Matière, une abstraction «autre», Paris 1945 – 1965 : clôture le 16/04/2017

Conférence de Jean-Marie Louise dimanche 16/04/2017 à 10h

22 janvier – 16 avril 2017 -9h – 18h30 tous les jours
Pour clôturer l’exposition Le Geste et La Matière, une abstraction «autre», Paris 1945 – 1965, conçue et réalisée par le Centre Pompidou à l’occasion de son 40ème anniversaire, la Fondation Clément propose des événements gratuits et sans réservation ce dimanche 16 avril 2017.

DIMANCHE 16 AVRIL | 10H

Conférence de Jean-Marie Louise

Valeur expressive, pouvoir de signification, contenu spirituel de l’œuvre abstraite.

Il s’agit d’approcher l’art abstrait à travers ses dimensions sensible, intelligible et spirituelle. L’art abstrait ne cherche pas à représenter la réalité des choses. C’est un art sans image identifiable. Un art qui cherche à atteindre l’essence de l’objet et en donner une expression parfaite simple et pure. La quête de cette expression très pure et non figurative passe par la définition d’un langage plastique

basé sur la fonction expressive et (ou) symbolique des lignes, des formes, des couleurs, des mouvements, des rythmes, du geste, des outils, du support …

DIMANCHE 16 AVRIL | 11H ET 15H

VISITES COMMENTÉES DE L’EXPOSITION

Ces visites, dédiées à la découverte de l’abstraction non-géométrique, donnent les clés pour aborder ce mouvement.…

Lire Plus =>

« Point de chute » : une exposition de Louisa Marajo

15 Avril – 27 Mai 2017 au 14°N 61°W

caryl* ivrisse-crochemar & [creative renegades society] ont le plaisir de vous présenter l’exposition “Point de chute”, de l’artiste Louisa Marajo.

Née en Martinique en 1987, Louisa Marajo a intégré l’Ecole Supérieure d’art et de Design de Saint-Etienne en 2005. A cette époque l’aventure Erasmus lui a permis de suivre la classe de la peintre suisse Silvia Bächli à la Kunstakademie de Karlsruhe, en Allemagne avant de revenir à Saint Etienne.

2010, diplôme en poche, elle poursuivra ses études par un Master d’arts plastiques à la Sorbonne à Paris,pour théoriser ses expérimentations. Depuis elle vit et travaille à Paris.

« On peut, avec un but, détruire un monde et, par la connaissance des possibilités, construire un monde avec des débris… » Kurt Schwitter

Ce sont par ces mots que l’artiste décrit sa démarche, ses travaux, partition visuelle chaotique où évoluent et se transforment des formes incertaines.

L’exposition « Point de chute » retrace une narration fragmentaire qui se déploie habituellement dans son atelier.…

Lire Plus =>

A la Croisée/Immersion

Du 4 avril au 29 avril 2017

Peintures D’Iskias PANNIER-FRAINO et de Véronique BOURDON
Galerie Tout’Koulè – Village de la Poterie des Trois-Ilets

Iskias Pannier-Fraino franco-venezuélien et Véronique Bourdon martiniquaise exposent leurs peintures dans l’espace d’art contemporain de La Galerie Tout’Koulè. Les deux jeunes artistes caribéens se sont rencontrés à Pool Art Fair Martinique en novembre 2016 à Fond Rousseau.

Donnant suite à ses Moments Madras, Iskias présente A la croisée : une vingtaine de toiles peintes et dessinées, emplies de nostalgie, d’humour et de tendresse pour le pays Martinique. Ses thèmes de prédilection racontent des scènes de la vie quotidienne martiniquaise rurale et urbaine, issues de son vécu et de son imaginaire où se mêlent tradition et modernité.
Ses œuvres construites selon des entrecroisements de bandes de papier de couleurs, marouflées sur la toile rappellent les motifs géométriques des tissus madras. Dans les vides des entrelacs, tout autant que sur les bandes et dans les marges, Iskias figure à la peinture et au dessin, personnages et décors.…

Lire Plus =>

Suisse, Fondation Michalski : les collages & facéties de Jacques Prévert

— Par Dominique Daeschler —

Posée en pleine nature, au lieu-dit Bois Désert, non loin de Lausanne la fondation Michalski pour l’écriture et la littérature, en lorgnant du côté du Léman et des alpes, s’offre le luxe d’une bibliothèque, d’un auditorium et de cabanes suspendues ( pour les résidences) dans une canopée de béton soutenue par une centaine de colonnes.
Elle abrite jusqu’à fin avril une exposition des collages de Jacques Prévert (centenaire de sa naissance cette année).
Fantaisiste, non conformiste, lié très jeune aux surréalistes, Prévert entretient tout au long de sa vie des liens profonds d’amitié avec des artistes tels Miro et Picasso qui l’encouragent dans sa passion du collage. Comme en poésie, l’image est au cœur de sa vie avec, ce qu’on sait moins, une pratique quotidienne du dessin.
Pour ses collages il fait feu de tout bois : images pieuses, magazines, cartes postales reproductions, photos. A partir de cette matière première, il détourne le sens attendu, crée des rencontres insolites, dépayse, chamboule les lieux communs dans une composition rigoureuse.…

Lire Plus =>

L’Afrique des routes

Berceau de l’humanité, pourvoyeur de force de travail, d’or et de matières premières depuis des millénaires pour les autres continents, l’Afrique a une histoire inscrite dans la dynamique internationale. Panorama d’un continent au carrefour des mondes, à contre-courant des idées reçues.
À propos de l’exposition

L’Afrique, un continent sans Histoire ? Si les a priori ont la vie dure, les faits, eux, sont indéniables : les Africains n’ont jamais vécu dans l’isolement. Longtemps ignorés, les échanges panafricains et extra-africains ont pourtant débuté voici des millénaires, bien avant les indépendances, la colonisation et l’arrivée des premiers navires portugais au milieu du XVème siècle. En témoignent les sculptures, pièces d’orfèvrerie ou d’ivoire, peintures et autres objets présentés dans l’exposition L’Afrique des routes.

Du cinquième millénaire avant notre ère à nos jours, celle-ci évoque ainsi les routes, fluviales, terrestres ou maritimes qui ont contribué à la circulation et aux contacts des hommes, des matériaux et des œuvres. Des chars gravés de l’Oued Djerat du Sahara aux porcelaines chinoises de Madagascar, des cultes et rituels candomblé d’Amérique du sud aux œuvres contemporaines métissées du Nigérian Yinka Shonibare, c’est le portrait d’un continent au cœur de l’histoire globale qui est ici dressé.…

Lire Plus =>

Noir – Noir(s) : Qu’est-ce que le noir ?

Dimanche 19 mars 2017 à 10h. Conférence de Valéry John

Comment définir cette « couleur » ? Quelles sont ses caractéristiques ?
La Fondation Clément propose tous les dimanches des visites commentées réalisées par une médiatrice.
Ces visites, dédiées à la découverte de l’art moderne, donnent les clés pour comprendre un mouvement majeur à l’issu de la Seconde Guerre mondiale.
Faisant la part belle à des artistes comme Olivier Debré, Jean Dubuff et, Hans Hartung, Georges Mathieu, Gérard Schneider ou Pierre Soulages, l’exposition est aussi l’occasion de découvrir des artistes moins célébrés, qui ont également apporté leur contribution à un courant de l’abstraction gestuelle.
Le Geste et La Matière, une abstraction «autre», Paris 1945 – 1965
Une exposition conçue et réalisée par le Centre Pompidou en partenariat avec la Fondation Clément
22 janvier – 16 avril 2017
9h – 18h30 tous les jours
Visites et événements gratuits
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Dans le cadre de l’exposition Le Geste et La Matière, une abstraction «autre», Paris 1945 – 1965, conçue et réalisée par le Centre Pompidou à l’occasion de son 40ème anniversaire, la Fondation Clément propose des événements gratuits et sans réservation le dimanche 19 mars 2017.…

Lire Plus =>

« L’Enfance retrouvée ». Exposition de Ronald Cyrille.

A Pointe-à-Pitre du 10 au 31 mars 2017.

— par Sarlett Jesus —

Il expose une production d’œuvres d’une grande diversité qui va de 2012 pour l’une, à 2016 et même 2017 pour beaucoup. Des acryliques de très grand format aux couleurs très vives, des collages de papiers Canson découpés, associant les trois couleurs que sont le rouge, le noir et le blanc, des dessins au feutre et crayon de couleur, des œuvres utilisant au besoin le bombage sur papier photo Ilford

Ronald Cyrille ne s’interdit aucun domaine, aucune expérimentation. Il est un créateur touche-à-tout, un enragé d’activité, un poète qui inlassablement aborde le même sujet sous des angles et éclairages différents. Celui d’un monde imaginaire peuplé d’êtres étranges. Un univers fantastique qui emprunte ses personnages et symboles aux contes de l’enfance. Un univers fantastique dans lequel le bizarre est roi. Ronald Cyrille nous transmet sa nostalgie des « verts paradis » de l’enfance.

Ses œuvres nous racontent des histoires fabuleuses renvoyant à un univers hybride qui fait exploser les frontières entre l’humain, le monde animal et le végétal.…

Lire Plus =>

« Le voyage des imaginaires » à l’Habitation Saint-Etienne,

Dimanche 12 mars 2017

HSE vous invite à une journée exceptionnelle :
10 h 00-11 h 00 : Visite commentée de l’exposition Federica Matta, « LE VOYAGE DES IMAGINAIRES » en hommage à Edouard Glissant, par Joanna Chevenne, médiatrice culturelle.
11 h 00-12 h 00 : Visite commentée des jardins de l’Habitation par Nicolas Pierrel, enseignant en travaux paysagers au Lycée professionnel agricole du Robert, pour vous faire découvrir les richesses botaniques de ce site magnifique, labélisé «Jardin remarquable».

Lire de Christian Antourel  : Federica Matta. Le voyage des imaginaires : seule la route connaît le chemin

14 h 00-15 h 00 : 2ème visite commentée de l’exposition Federica Matta, « LE VOYAGE DES IMAGINAIRES »
15 h 00-16 h 00 : 2ème visite commentée des jardins de l’Habitation
INFOS PRATIQUES :
Habitation Saint-Etienne – 97213 Gros Morne
Tous les jours de 9h00 à 17h00
Entrée gratuite – parking
Renseignements au 0596 57 49 30 / 0596 57 49 32
contact@rhumhse.com – www.rhumhse.com…

Lire Plus =>

Hommage à Louis Laouchez

10 mars – 7 mai 2017 à la Fondation Clément, Case à Léo

L’exposition
A travers une séclection de tableaux et de sculptures la Fondation Clément rend hommage à Louis Laouchez, artiste plasticien martiniquais, de l’école Négro-Caraïbes.
«La fi gure et l’oeuvre de Louis Laouchez, dit Joëlle Busca, n’admettent pas de demi-mesure ou de réserve. On ne peut retracer ce qu’a été sa vie sans en évoquer les époques successives : celle des années d’enfance et de l’éducation du regard, celle de l’adolescence et de la rage d’apprendre, celle de ses années d’études aux arts décoratifs et de la mutation artistique, celle de son long séjour en Afrique et du façonnement de son identité d’artiste, celle du retour au pays.
La vie de Louis Laouchez a été une aventure humaine unique et forte. Il a cheminé parcouru les géographies en toute liberté, par ses propres forces, son intelligence et sa volonté.
Il a traversé les décennies avec toujours le même allant.…

Lire Plus =>

Lutèce Nomel : S.E.V. E. (Sentir Ecouter Voir Enfanter), une alchimie de la matière

Du 6 mars au 15 avril 2017 à Tropiques-Atrium

— Par Christian Antourel —

« Lutèce arpente de grands espaces ou des lieux insolites. Elle flâne, elle écoute, elle regarde tout ce qu’il y a autour d’elle, pour nous faire voir ce que nous ne voyons pas. Elle vient même donner aux choses banales un parcours de réflexion. »

Guidée par son instinct, par la lumière ambiante, tel le chasseur aux aguets, elle attend le moment propice pour immortaliser l’émotion ressentie. Le déclic de l’appareil photo intervient à l’instant où son regard intérieur rencontre la beauté. C’est sa manière très personnelle de faire jaillir la lumière de l’obscurité Les effets esthétiques, les métamorphoses qu’elle obtient ainsi révèlent en leur sein des accidents souhaités ardemment comme des promesses d’imaginaire. C’est un signe de présence artistique de désirer transformer les choses, de les bousculer, de les empêcher de suivre leur chemin vers la matérialité. Le principe photographique, symbole d’instantané, est ici porté hors du temps, comme une victoire sur la réalité des choses inanimées.…

Lire Plus =>

Prédelles : exposition de Marie Gauthier

Du 8 au 31 mars 2017 : Galerie Tout’ Koulè Village de la Poterie Les Trois ilets

— Par Michèle Arretche —

Soulevons le voile.
Exposition « PRÉDELLES » de Marie Gauthier
Galerie Tout’Koulè Trois-Ilets Martinique – mars 2017

Prédelles. Au Moyen Âge ce sont des petits tableaux près des retables, posés en dessous de l’œuvre centrale qui porte le thème principal, et en déclinent les idées en une suite ordonnée, compartimentée. Parmi les artistes contemporains, Pierre Alechinsky inaugure la peinture « à remarques marginales », où l’image centrale est entourée, sur les quatre côtés, d’une série de vignettes destinées à compléter le sens du tableau.

Toute l’exposition est ainsi présentée en trois dispositifs, avec pour chacun une présentation, une scénographie particulière et étudiée, chaque dispositif comprenant une toile principale, ou pas d’ailleurs, on le verra plus loin. Elle est accompagnée d’autres toiles et de petits panneaux de bois …près d’elle !

Dans chaque tableau les coutures organisent l’image, souvent en trois parties. Il faut s’interroger sur le sens de cette triade.…

Lire Plus =>

Double jeu, les paysages nocturnes

« Le Vin, l’Art et Vous, cave-galerie à Ducos du 8 au 31 mars 2017 »

— Par Dégé —
 
Personne ne reste indifférent devant le travail de Michèle ARRETCHE. Ne serait-ce que parce qu’elle s’inscrit dans l’air du temps et en épouse toutes les controverses esthétiques.  Ainsi son affiliation picturale inclut Cy TWOMBLY, Yayoi KUSAMA auxquels elle fait souvent référence et peut-être allégeance pour certains comme Gerhard RICHTER, Olivier DEBRE. Indéniablement son frère en peinture en ce moment est le Trinidadien Peter DOIG.
 
Ce qui interpelle en premier, c’est sa  palette de couleurs flamboyantes : vertigineusement verticale, disposée en couloirs de bleus, de verts, de noirs ou violets, à tonalités virulentes, à peine atténuées par des roses, des mauves…qui restent viriles. La force et éclats des tropiques rendus par un nombre restreint pourtant à trois ou quatre couleurs, à valeur symbolique, sélectionnées initialement pour l’atmosphère qui s’en exhalera. Le noir et le blanc structurant l’ambiance souhaitée.
 
La traînée multicolore de peinture acrylique s’étale donc en précipité qui stoppe en un « zig zag » tout aussi contrôlé qui montre la maîtrise que la peintre a de sa technique à l’instar de celle d’un de ses mentors, G.…

Lire Plus =>

« Prédelles » Peintures de Marie Gauthier

Du 8 mars au 1er avril 2017 Galerie Tout’Koulè – Village de la Poterie des Trois-Ilets

Y, mixte sur bois, 25×25

 

La Galerie Tout’Koulè accueille dans son espace d’art contemporain une quarantaine de tableaux de Marie GAUTHIER, artiste martiniquaise d’adoption depuis presque 30 ans. Sa peinture porte une réflexion sur la nature de l’être et son expérience du vivant.

Prédelle vient de l’italien predella, « petite planche ». Les prédelles sont au Moyen-âge, en Europe, une suite de petits panneaux de bois compartimentés et placés dans la partie inférieure des retables ou des autels. Ils explicitent le sens de l’histoire représentée dans la partie principale de l’œuvre.

Marie Gauthier en actualise le concept avec l’exposition Prédelles. Elle présente sur des thèmes poétiques, symboliques et philosophiques, trois dispositifs de tableaux : des petits formats séparés, généralement peints sur bois entourent librement une toile centrale plus grande, le tout lié par une cohérence sémantique et stylistique.

Le premier dispositif pose la question du « Qui sommes-nous ? ».

Lire Plus =>

Comment Vermeer est-il un très grand peintre?

— Par Maurice Ulrich —

Jeune Femme lisant une lettre, Gabriel Metsu, 1663. Dublin National Gallery of Ireland. Photo © National Gallery of Ireland

L’exposition que le Louvre consacre au Sphinx de Delft et à ses contemporains est exemplaire de sa singularité et de son génie dès lors que l’on se livre avec raison au jeu de la comparaison.

Dès les premiers pas que l’on fait dans la nouvelle grande exposition du Louvre, « Vermeer et les maîtres d e la peinture de genre », on sait que son principal intérêt, outre les 12 tableaux du maître de Delft (1632-1675) qui y sont réunis, sera la comparaison qui s’impose avec les autres peintres de son temps, y compris les plus talentueux comme Pieter de Hooch, Gabriel Metsu, Jan Steen pour ne citer qu’eux. Les peintres de ce 17ème siècle hollandais, appelé le siècle d’or furent tous des techniciens exceptionnels, excellant dans ces scènes d’intérieur qui reflètent la vie quotidienne. Des centaines de milliers de tableaux ont été peints durant cette période et de ce point de vue, la production de Vermeer est bien réduite.…

Lire Plus =>

Le Geste et la Matière (Paris 1945-1965)

Le quarantième anniversaire du Centre Pompidou à la Fondation Clément

— Par Selim Lander —

Après le peintre Télémaque qui inaugurait, début 2016, les nouveaux espaces de la Fondation Clément en Martinique, une autre exposition en partenariat avec le Centre Pompidou vient d’ouvrir ses portes. Elle s’inscrit – comme d’autres un peu partout en France – dans le cadre des manifestations du quarantième anniversaire de l’installation du musée national d’Art moderne dans le bâtiment de Renzo Piano. Les collections du musée sont riches de quelque 120 000 pièces ! Autant dire qu’il peut se répandre en d’autres lieux que son siège parisien sans dégarnir ses cimaises.

L’exposition de la Fondation Clément permet ainsi de voir des œuvres, souvent majeures, qui demeurent le plus souvent cachées dans les réserves du musée. Le thème retenu pour la présente exposition est particulièrement intéressant puisqu’il s’agit de montrer comment l’art abstrait (non géométrique) s’est développé parmi les peintres installés à Paris (dont un certain nombre d’étrangers) pendant l’après-guerre.…

Lire Plus =>

Résonances de l’art abstrait en Caraïbe

Dimanche 12 février 2017 à 10 h

Conférence de Dominique Brebion

Résonances de l’art abstrait en Caraïbe

L’art abstrait connaît un vif succès à partir des années 50, en Europe et aux Etats-Unis, sous différentes formes, abstraction géométrique, abstraction informelle tantôt lyrique, gestuelle, tachiste ou matiériste et enfin expressionnisme abstrait américain. Ces mouvements picturaux ont-ils eu un écho dans la Caraïbe?

Le Geste et La Matière, une abstraction «autre», Paris 1945 – 1965

22 janvier – 16 avril 2017
9h – 18h30 tous les jours
Visites et événements gratuits
Dans le cadre de l’exposition Le Geste et La Matière, une abstraction «autre», Paris 1945 – 1965, conçue et réalisée par le Centre Pompidou à l’occasion de son 40ème anniversaire, la Fondation Clément propose des événements gratuits le dimanche 12 février.

 …

Lire Plus =>

L’abstraction parisienne sous le soleil de la Martinique

La Fondation Clément participe aux 40 ans du Centre Pompidou

— Par Emmanuelle Jardonnet —

« C’est un moment tout à fait rare dans le domaine de l’art à la Martinique. » L’homme d’affaires, collectionneur et mécène Bernard Hayot a inauguré avec enthousiasme, fin janvier, l’exposition « Le Geste et la Matière – une abstraction “autre” (Paris, 1945-1965) » au sein de la Fondation Clément. Cette structure privée, qui a la particularité d’être le seul musée d’art moderne et contemporain de la Martinique, a franchi un cap, en 2016, en se dotant d’un vaste bâtiment à la hauteur de la situation.
Cette mutation réussie s’était accompagnée d’un premier partenariat avec le Centre Pompidou, qui avait fait voyager en Martinique sa rétrospective de l’artiste Hervé Télémaque. Aussi, lorsque le président de l’institution parisienne, Serge Lasvignes, et le directeur du Musée national d’art moderne, Bernard Blistène, ont choisi de placer la célébration des 40 ans de Beaubourg sous le signe de la décentralisation, dans plus de quarante villes françaises, l’idée de s’associer à nouveau s’est naturellement imposée.…

Lire Plus =>

Federica Matta. Le voyage des imaginaires : seule la route connaît le chemin

— Par Christian Antourel —

FEDERICA MATTA, dec 2016 HSE

Pour cette exposition, la première en Martinique, l’artiste nous invite à un parcours poétique, fruit de sa rencontre avec l’Habitation Saint-Etienne.

Chaque œuvre est un délice. Et nous voyons la grande nécessite du travail de Federica Matta en cette période fascinée par tout ce qui brille. Son art au contraire, retient sa propre lumière. Tout en intériorité, il s’accommode à merveille des jeux géométriques de l’architecture de l’Habitation.et « substitue à l’opacité des murs d’impalpables irisations, de surnaturelles apparitions multicolores, où des légendes (sont) dépeintes comme dans un vitrail vacillant et momentané » Projetés pêle-mêle : sa Sirène multiple se promène dans l’exposition et sur la bouteille « cette cuvée des imaginaires» Ainsi donc , cette répétition voulue par l’artiste devient un symbole dont le signifié nous oblige à nous interroger sur cette ritualisation de l’objet et de son acceptation comme symbole. Les oiseaux aussi scandent les œuvres de Federica Matta, oiseaux préhistoriques ou futuristes ils semblent indispensables et s’envolent pourtant.…

Lire Plus =>

L’Afrique des routes

Du 31 janvier au 19 novembre 2017 au musée du Quai Branly

Berceau de l’humanité, pourvoyeur de force de travail, d’or et de matières premières depuis des millénaires pour les autres continents, l’Afrique a une histoire inscrite dans la dynamique internationale. Panorama d’un continent au carrefour des mondes, à contre-courant des idées reçues.
L’objectif de l’exposition est d’affirmer la place de ce continent dans l’histoire des mondialisations, de préciser les diverses circulations d’hommes, d’idées et d’objets et, partant, de discuter et déconstruire des stéréotypes comme celui de « primitif » ou de continent « fermé ».

À propos de l’exposition
L’Afrique, un continent sans Histoire ? Si les a priori ont la vie dure, les faits, eux, sont indéniables : les Africains n’ont jamais vécu dans l’isolement. Longtemps ignorés, les échanges panafricains et extra-africains ont pourtant débuté voici des millénaires, bien avant les indépendances, la colonisation et l’arrivée des premiers navires portugais à la fin du XVe siècle. En témoignent les sculptures, pièces d’orfèvrerie ou d’ivoire, peintures et autres objets présentés dans l’exposition L’Afrique des routes.…

Lire Plus =>

Exposition Rebeyrolle : retour au réalisme et découverte du maniérisme

— Par Dominique Daeschler —

Tête de brebis, 2001. Huile sur toile -80,5 x 100cm

La ville de St Claude dans le Haut Jura est traditionnellement connue pour le travail de l’ébauchon de bruyère (pour la fabrication des pipes), ses lapidaires et lus encore comme un lieu fondateur des coopératives ouvrières et de l’anarcho-syndicalisme. Elle est aussi le siège d’un musée singulier, le musée de L’abbaye qui abrite les donations de deux peintres (Guy Bardone et René Genis) où l’on croise Bonnard, Vuillard, Picasso, Buffet et tant d’autres. …dont Rebeyrolle. Choix de peintre à l’œil exercé, acéré.

C’est autour des œuvres de Rebeyrolle et du mouvement de la Jeune Peinture que la conservatrice a construit une exposition subtile dont le succès envoie le mot Province aux oubliettes !

Focus sur un Rebeyrolle proche de Courbet et du retour du réalisme

Dès 1948, Paul Rebeyrolle s’engage dans le Manifeste de l’Homme Témoin aux côtés de Bernard Carjou, Yvonne Mottet, Michel Thompson, Simone Dat et Michel de Gallard.…

Lire Plus =>

Tropiques-Atrium Scène Nationale : janvier 2017

Tropiques Atrium Scène Nationale vous informe

Musique ★ Vendredi 13 Janvier – 20 h

 Viktor Lazlo
Trois femmes : Ella, Sarah, Billie
(Salle Aimé Césaire)

Théâtre★ Du 17 au 29 Janvier

Festival des petites formes
L’Aliénation noire, Circulez !, Médée Kali, Le relais, Le but de Roberto Carlos

Expositions ★ Du 9 Janvier au 18 Février

Action Station
– Wolfric
(Galerie André Arsenec)

Les Kawèklès – Max Catayé
(La Véranda)…

Lire Plus =>

Mémorial ACTe : Prix du Musée 2017 du Conseil de l’Europe

Le Prix du Musée du Conseil de l’Europe récompense chaque année, depuis 1977, un musée apportant une contribution importante à la connaissance du patrimoine culturel européen. Le musée lauréat reçoit une statuette en bronze de Joan Miró, « la femme aux beaux seins », qu’il conserve durant un an, ainsi qu’un diplôme.

Le prix est attribué sur la base d’une sélection effectuée par le jury du Forum européen du Musée, et fait partie du Prix européen du Musée de l’année.

Les lauréats récents sont le Centre européen de la solidarité de Gdańsk en Pologne (2016), le MUCEM de Marseille en France (2015), le musée Baksi en Turquie (2014) et le musée de Liverpool au Royaume-Uni (2013).

Le Centre caribéen d’expressions et de mémoire de la traite et de l’esclavage de Guadeloupe, Prix du Musée 2017



Lire Plus =>

Claude Cauquil : « In memoriam »

— Par Christian Antourel —
Claude Cauquil est originaire d’un sud de la France où la religion est une seconde nature. C’est une sorte de contrée, foyer de l’église, de l’imaginaire et du merveilleux : rencontre des croyances du temps de sa jeunesse… et aujourd’hui des pratiques religieuses populaires de la Martinique. Comme si la Rome antique perçait sous la ville, on eût dit que Claude nous a ramené des trésors cachés des restes d’une église paléo chrétienne enfouie par les siècles sous la cathédrale Saint-Font La magie n’a rien perdu de son souffle.

Lire aussi :« In memoriam » : Claude Cauquil à Tropiques-Atrium par Sophie Ravion-d’Ingianni 

Cette exposition est une offrande. Où que le regard se porte, on se sent pris dans les strates du temps, toujours visibles. L’accrochage comme en lévitation quasi mystique, relève d’une intention poétique. Vouloir trouver sans cesse les images d’un classicisme exubérant. L’endroit crée la surprise, près des ’icônes dorées, des madones à la mantille qui n’en finissent pas de sécher leurs pleurs, images pieuses ou images saintes et autres images inventées, là où émotions spirituelles, philosophiques, artistiques se mêlent pour créer ce maelström de créations diverses Il faut simplement poser les yeux sur l’œuvre de Claude Cauquil.…

Lire Plus =>