Expositions

Dora VItal, la plénitude

—Par Janine Bailly —

dora_vital-1À la galerie La Véranda, sise à l’étage de l’Atrium (c’est plus joli que EPCC, non ?), une exposition originale se donne à voir pour quelques jours encore.

Si Dora Vital a baptisé cette présentation « Chemins d’imaginaires », elle n’a pourtant pas affiché de  titres auprès de chacune de ses œuvres, comme cela se fait assez ordinairement. Elle vous en donnera volontiers la raison, puisque, présente, passionnée autant que souriante, elle vous parle volontiers de son choix : de cette façon, elle nous laisse libres de voir et d’entrer dans ses toiles avec notre imaginaire personnel, libres de créer notre histoire en laissant courir notre imagination. Elle aime aussi observer comment un visiteur se laisse surprendre lorsqu’il compare ce qu’il avait cru deviner – ou ce qu’il avait ressenti – à ce que suggère le titre révélé sur la liste consultable en fin de parcours. Car c’est bien d’un parcours qu’il s’agit, d’un voyage en des terres réelles ou fantasmées, en des pays existants ou imaginés.

Lire Plus =>

Une île à l’étranger // Abel Barroso Dimanche – découverte le 22/02/15 à 10h

abel_barroso-4A la Fondation Clement Animé par Sophie Ravion-d’Ingianni

Membre de l’aica Caraïbes du Sud

Exposition individuelle
30 janvier – 8 mars 2015
Case à Léo, Habitation Clément
9h-18h, sans interruption, tous les jours y compris jours fériés

Soirée – rencontre

Abel Barroso vit et travaille à la Havane. Artiste cubain de la génération des années 90, il a étudié à l’Institut Supérieur d’Art de la Havane (l’ISA). Son travail est maintenant connu sur la scène artistique internationale (Chine, Japon, USA, Europe). Son œuvre à base de dessin et de xylographie propose une vision critique de l’accumulation des richesses mondiales et des relations entre les pays développés et le Tiers-monde. Abel Barroso redonne une modernité à la gravure qui devient dans ses sculptures et ses installations un point de départ pour un travail à trois dimensions. Ses œuvres font penser à de vieux jouet en bois, à des maquettes qui nous renvoient aux objets de notre enfance.

Dans l’exposition « Une île à l’étranger », Abel Barroso présente des dessins et de petites sculptures en bois xylographié en forme de jeu de société.

Lire Plus =>

« WOUJ », le vernissage.

du 04 au 21 février 2015

 wouj— Par DEGE —

Fraises en fraisiers ou en jus. Tomates en fruits cuits ou crus, en carpaccio… le buffet du PABE (parsemé de tâches vertes complémentaires), cette fois encore, a flatté yeux et papilles. Mais c’est son exposition de photographies qui est un régal de fraîcheur, de diversités et d’originalités.
Huit propositions différentes, moins d’une trentaine au total, qui nous font voyager aux pays de l’abstraction, du figuratif, du surnaturel ; de la mangrove à l’art de rue ; de Paris à Cuba, sans oublier notre île, le carnaval. Huit sensibilités et  interprétations des émotions évocatrices du rouge qui invitent grands et petits, particuliers et collectivités à s’interroger avec plaisir sur les siennes… et à en trouver d’autres !

La plupart des photographies sont accompagnées d’un texte et chaque photographe s’est appliqué à donner un titre à l’ensemble de ce qu’il a choisi d’exposer. Ce qui marque le soin, pour ne pas dire le respect à son public que ce groupe manifeste à chacune de ses expositions.

Lire Plus =>

« Lambeaux » de Gilles Elie-Dit-Cosaque au 14°N 61°W

 Du 07 février au 21 mars 2015

g_e_d_c_1GILLES ELIE-DIT-COSAQUE :

« Lambeaux » du 07 Février au 21 Mars 2015
caryl* ivrisse-crochemar & [creative renegades society] présentent l’exposition de l’artiste d’origine martiniquaise Gilles Elie-Dit-Cosaque.
Réalisateur, photographe et graphiste,(Voir La liste des courses) Gilles Elie-Dit-Cosaque fait ses débuts comme directeur artistique en agence de publicité. La plupart de ses productions graphiques ou cinématographiques sont caractérisées par une écriture rythmée mêlant tournage, illustration et typographie.
Parallèlement à sa démarche cinématographique et photographique, il développe un travail pictural basé sur le dessin et le collage photo intitulé Lambeaux, qui mêle mémoire et négritude. Un exercice qui grife et raccommode, raconte la créolisation du monde,thème cher aux Antillais, sans oublier d’évoquer la part douloureuse de celle-ci.
Sensible aux vibrations d’un tambour, aux rythmes des sons comme des images, auphrasé du créole,… Le terreau de Gilles Elie-Dit-Cosaque est fait entre autres de MilesDavis, John Coltrane, Nina Simone, Aimé Césaire, Edouard Glissant, Raphaël Confant,Patrick Chamoiseau, Corto Maltese, Jean-Michel Basquiat, Rauschenberg, Matisse, LeosCarax, Wes Anderson, William Klein, Joel Peter Witkin, Roger Ballen, Sarah Moon…
Intitulée Lambeaux, l’exposition de Gilles Elie-Dit-Cosaque présente de nouvelles narrations de cette série entamée en 2009.

Lire Plus =>

« Carnet de voyages : Kanaks » de l’artiste peintre Bambou

Du 06 au 27 février 2015 à la Bibliothèque Schoelcher

bambouBrigitte Bellance, alias BAMBOU, a une vie faite de passions. La peinture l’accompagne dans tous ses déplacements depuis trente-deux ans.

Si les toiles jouent sur les épaisseurs et les liants, l’artiste aime aussi l’aquarelle, pour les illustrations de ses livres pour enfants.

Elle propose des supports qui abordent la vie quotidienne à la Martinique. Elle y délivre des messages sur la beauté de son île, le travail de la terre et bien d’autres thèmes…

Cette année, elle présente une exposition sur la Nouvelle Calédonie, un pays, un peuple,  qu’elle a apprécié et avec qui elle a  vécu des moments inoubliables.

 

A découvrir….

 

Vernissage : vendredi 06 février 2015 – 18h30 – Bibliothèque Schœlcher

Lire Plus =>

WOUJ ! du 4 au 21 février à la Médiathèque du Lamentin ( Martinique)

 wouj– ROUGE ? Le rouge ?

Question simple, mais réponse complexe.

Du grammairien « c’est un adjectif qualificatif et/ou un nom commun »
En passant par le graphiste : « RVB : 255 ,0 ,0 . CMJN : 100%, 0%, 0%, 100% »
au physicien « C’est une longueur d’onde entre 605 nm et 499 nm » que de nuances !

De l’interdiction (code la route, Carton rouge !) à l’avertissement (code pharmaceutique), que de symboles !

C’est la première couleur que le bébé perçoit mais il faudra attendre la maternelle pour que l’enfant sache la distinguer des autres et la nommer : WOUJ !

Lire Plus =>

Une île à l’étranger // Abel Barroso

Exposition individuelle 30 janvier – 8 mars 2015 Case à Léo, Habitation Clément

abel_barroso-39h-18h, sans interruption, tous les jours y compris jours fériés

Soirée – rencontre :mercredi 28 janvier 2014 à 19h en présence de l’artiste et Sophie Ravion-d’Ingianni, membre de l’Aica Caraïbes du Sud
Dimanche – découverte :22 février 2015 à 10h Animé par Sophie Ravion-d’Ingianni, Membre de l’aica Caraïbes du Sud
Abel Barroso vit et travaille à la Havane. Artiste cubain de la génération des années 90, il a étudié à l’Institut Supérieur d’Art de la Havane (l’ISA). Son travail est maintenant connu sur la scène artistique internationale (Chine, Japon, USA, Europe). Son œuvre à base de dessin et de xylographie propose une vision critique de l’accumulation des richesses mondiales et des relations entre les pays développés et le Tiers-monde. Abel Barroso redonne une modernité à la gravure qui devient dans ses sculptures et ses installations un point de départ pour un travail à trois dimensions. Ses œuvres font penser à de vieux jouet en bois, à des maquettes qui nous renvoient aux objets de notre enfance.

Lire Plus =>

« Frontières », de Mickaël Caruge du 15 janvier au 16 février 2015

caruge-mickael--madindias9Salle André Arsenec de l’Atrium- Martinique

Cette série questionne l’imprégnation du corps par la culture.
Il s’agit d’une série de portraits qui mettent à l’épreuve la notion de frontière.

L’humain, à travers ses choix, soumet son propre corps à l’épreuve des codes sociaux et lui impose d’appartenir à divers réseaux sociaux physiques ou virtuels, que l’on reconnait par leurs symboliques respectives.

Plastiquement, il s’agit de la rencontre picturale, entre des portraits d’individus appartenant à différents lieux et des éléments graphiques et architecturaux détournés. Ils sont propres aux lieux d’origine de chaque individu peint.
Ils s’enchevêtrent et ne tiennent pas compte des limites du corps, ils le chevauchent, le camouflent, le cernent de toute part. Le corps devient un objet social malléable.

 » Les sujets peints sont des personnes issus de la diaspora, ceux avec qui j’ai des contacts grâce à divers moyens plus ou moins virtuels de communication, ou que j’ai rencontré et qui vivent dans les îles de la Caraïbe, mais aussi, aux Etats-unis, en Europe, en Afrique. D’autres m’intéressent pour leur implication professionnelle ou ont été des personnes admirables.

Lire Plus =>

Recyclage artistique d’objets perdus

— Par Lise Guéhenneux —

produits_fatalsComment les objets questionnent sur le statut de l’œuvre d’art, 
se demandent Reist et Faulon

Depuis plus de dix années, Delphine Reist et Laurent Faulon travaillent à mettre à nu la production et les systèmes de conditionnement qu’elle engendre dans des lieux emblématiques du changement de paradigme qui régit une société où le néolibéralisme, la plus grande idéologie depuis la réforme, règne sans partage. Le centre d’art de Saint-Fons et la BF15, une galerie associative à la programmation très exigeante, leur ont permis de réaliser un projet commun, une opportunité plutôt rare en France. L’ensemble de l’opération se trouve réuni sous l’énoncé « Produits fatals », qui sert à nommer les produits ratés du fait de la mise en route ou de l’arrêt d’une production à la chaîne. Ils répondent toujours d’un intérêt pour les lieux où ils sont invités à intervenir, non pas pour en faire l’illustration ou la représentation factice, mais par un retour sur le réel banal de l’usage qui interroge cette multiplication absurde de l’offre en même temps que la production esthétique des œuvres d’art.

Lire Plus =>

« Oh! » : exposition de Michèle Arretche, du 7 au 31 janvier, au Club Dillon

arretcjhe_dillon_2015« Attirée par une abstraction fondée sur l’énergie du geste, la puissance de la matière et la force expressive de la couleur, Michèle Arretche  fait des retours réguliers vers la figuration,  ancrée dans l’imaginaire d’un Lieu et hantée par la périnatalité.

« Je ne peins pas parce que je n’ai rien à dire. Je peins : je peins parce que nous avons vécu ensemble, parce que j’ai été un parmi nous, corps près de nos corps. Je peins parce qu’ils ont laissé en moi leur marque indélébile et que la trace en est la peinture. »

 L’exposition proposée du 7 au 31 janvier 2015 au Club Dillon a pour titre « Oh ! »

 Oh !

  Qu’en dirait un dictionnaire ?

Marque l’étonnement ou la surprise,

mais aussi marque la déception.

Marque la reconnaissance, l’admiration.

Mais aussi une rupture, une discontinuité.

Sert à donner au sens plus de force.

S’emploie pour interpeler !

Signale que le locuteur commente ce qu’il vient de dire.

            Mais aussi signale un désengagement plus ou moins complet de celui-ci devant ce qui vient d’être dit.

Lire Plus =>

L’« œuvre » peinte de Jean-Marc Hunt

— Par Selim Lander —

Aff_saison2014.inddEn attendant de voir ce que nous réserve le prochain « Pool Art Fair », du 11 au 8 janvier prochain à Fort-de-France, c’est encore à la Fondation Clément, au François, qu’il faut se rendre pour découvrir une « œuvre » au sens fort du terme, celle de Jean-Marc Hunt. L’exposition est intitulée Negropolis, une référence directe à la personne du plasticien, « négropolitain » né en 1975 à Strasbourg. Des peintures en trois formats, trois ambiances différentes, à quoi s’ajoutent des Vanités, sculptures métalliques en forme de crane, couturées, qui pourraient être aussi bien les casques d’un gang de motards psychédéliques.

Le mot psychédélique est encore celui qui vient à l’esprit pour caractériser l’ensemble d’une exposition où l’on chercherait en vain dans les œuvres peintes sur papier – représentant toutes des figures humaines – le moindre réalisme. Avec leurs membres difformes, leurs faces grotesques, leurs silhouettes désarticulées, ces personnages pourraient tous sortir d’un cauchemar provoqué par l’acide, avec malgré tout toujours une pointe d’humour.

Lire Plus =>

« utopies réelles » : exposition d’Emmanuel Sarotte à l’Atrium

Salle la Véranda  du 20 décembre 2014 au 3 janvier 2015.

— Par Jean-Marc Terrine —
expo_sarotteIl présente ses créations au public : jouets-sculptures (Bagay Ti Manmay), sacs à main (Kalté Modèl Sak) et bornes-sculptures (projet Gaoulé). Emmanuel Sarotte est un créateur qui se définit comme un éco-designer. Un design qui ne s’arrête pas qu’à la forme, démarche purement esthético-industrielle ; mais qui prend en compte la problématique esthético-sociale, par la recherche, en vue d’une amélioration des conditions de vie.
Les deux axes forts de cette exposition s’articulent autour de deux thématiques. Éco-Design et enfance : un espace qui présente une trentaine des jouets-sculptures conçus et fabriqués par le designer. Ces « créatures », Bagay Ti Manmany, ont aussi inspiré une expérience menée par le créateur dans ses ateliers ludiques et éco-citoyens, avec des enfants (4 à 10 ans), à partir d’une valise pédagogique. Dans l’autre espace de la Véranda, éco-design et environnement ou le projet Gaoulé. À partir d’une vidéo, de photos et dessins, de maquettes ; Emmanuel Sarotte nous invite à découvrir ses nouvelles pistes de recherche.

Lire Plus =>

« Substrat » : exposition prolongée jusqu’au 14 décembre 2014

substratAu-delà du lieu de naissance biologique, il y a un autre lieu de naissance sociale qui forge et marque en profondeur notre identité.
Audry Liseron-Monfils localise cette naissance dans un quartier de Matoury, parcelle d’un espace qui s’étend de la Guyane au Brésil, là ou les frontières géographiques sont attribuées politiquement à un vaste territoire partagé par des ethnies plurielles et culturellement « homogènes ».
Ainsi, l’Amazonie est la chambre obscure où les images floues qui peuplent la petite enfance se transforment en vision du monde aux contours précis. La vue est toujours associée à l’écoute silencieuse du moindre bruit qui anticipe l’image, bruits de feuillages, cris aigus de singes, craquements de bois millénaires et de tiges de bambous… La nuit est le lieu privilégié de l’observation, celui qui développe et alimente cette aptitude à l’écoute, cette perception du petit rien, cette attention pour le détail.

Lire Plus =>

Prise d’otages au musée de Saint-Pierre

— Enquête de Guy Flandrina —

musee_st-pierre2Une « prise d’otages » a été effectuée au Musée Franck Arnold PERRET, à Saint-Pierre.
Ce ne sont pas moins de trois pièces de cette institution, très prisée des touristes, qui y ont été enlevées. Le lieu est pourtant labellisé « Musée de France » !
Cette opération a été réalisée par notre confrère, Guy FLANDRINA, afin de démontrer combien ce patrimoine historique martiniquais est laissé à la portée de tous et peut être dérobé par n’importe qui.
Les autorités se doivent de dire quel dispositif elles entendent mettre en œuvre afin d’éviter qu’à l’avenir de tels faits ne puissent se reproduire.

On ne compte plus, ici, les responsables, politiques ou administratifs qui se gargarisent de trois mots semblant faire fureur en notre temps : « préservation du Patrimoine ». Mais qui se préoccupe réellement de la protection de celui-ci en quelque lieu que ce soit ?
Le Musée Franck Arnold PERRET, situé au sommet de la rue Victor HUGO à Saint-Pierre, porte le nom du vulcanologue américain (né à Philadelphie, en1867) qui l’a porté sur les fonts baptismaux, en 1933.

Lire Plus =>

« Traces » : mémoires pour l’avenir

Une rétrospective de l’œuvre de Victor Anicet.

—Par Roland Sabra —

anicet-6Vous croiserez sa haute silhouette dans la quasi totalité des lieux de culture de l’île. Il est un des rares artistes à s’aventurer aux expositions des autres. Sa curiosité est sans limites. Il se nourrit de la rencontre. Tout gamin avec le Père Pinchon il grattait la terre rouge des Amérindiens à la recherche de fragments de cultes anciens enserrés dans les morceaux de poterie. C’est ce sillon qu’il creusera toujours, et encore. Étudiant aux Arts Appliqués à Paris, dont il sort meilleur élève de sa promotion, il poursuit ses recherches au Musée de l’homme. Un diplôme de physique chimie appliquée à la céramique en poche il persévère dans son besoin d’apprendre de l’autre. Il effectue des stages en France, en Angleterre, en Allemagne. Il peint, laissant le temps à l’incubation du désir de céramiste se déployer. C’est sa période noir et blanc autour de la Martinique et ses figures du nègre marron, du nègre rebelle⋅ Partir du plus proche pour aller vers le plus ancien et enrichir le présent des pépites du passé⋅Il n’y a nulle précipitation chez lui⋅ Il va depuis l’enfance d’un pas tranquille sur le chemin qu’il s’est choisi.

Lire Plus =>

Un Musée Picasso réinventé s’ouvre au public

« La Célestine » et « Dora Maar » vont s’offrir à nouveau au regard des visiteurs: après cinq années de travaux, le musée Picasso rouvre ses portes samedi à Paris avec une nouvelle présentation de sa collection, la plus complète au monde du peintre espagnol.

L’Hôtel Salé, dans le quartier du Marais, « est un endroit magique, un des plus beaux hôtels particuliers de France, les volumes sont extraordinaires et vraiment adaptés à l’oeuvre de Picasso« , souligne Laurent Le Bon, nouveau directeur du musée.

Oubliés les retards d’ouverture, la dégradation du climat social, la grave crise interne qui a conduit au limogeage de l’ancienne directrice, Anne Baldassari: l’heure est à la célébration d’un génie et à la redécouverte d’une collection remarquable (4.755 oeuvres), point d’orgue d’une semaine artistique exceptionnelle avec la FIAC et l’inauguration de la Fondation Louis Vuitton.

Lire Plus =>

Saint-Pierre sous le regard de l’artiste vénézuélienne Anabell Guerrero

— Source : Le Grand Saint-Pierre —

gps-6L’art et la mémoire dans la ville d’art et d’histoire

Résidence de création partagée

Le Mardi 21 octobre, a eu lieu l’inauguration de l’exposition de photographies sur les murs de la ville de st-Pierre réalisée par l’artiste vénézuelienne Anabell GUERRERO, dans le cadre du Grand Saint-Pierre, avec la collaboration de l’Association des Amis du Parc Naturel Régional de la Martinique et de la DAC Martinique.

Cet hommage aux anonymes et aux grandes figures féminines de la ville a été mis en œuvre dans le cadre d’une résidence de création partagée avec les pierrotins.

Un atelier autour de la photo sur l’album de famille a été mis en place avec la participation d’une vingtaine de pierrotins. Il s’agisait dans ce module d’explorer le lien entre les histoires individuelles, voire intime, et l’histoire collective de la communauté résidente de St-Pierre.

La deuxième partie concernait l’imaginaire des participants autour de la ville de St-Pierre à travers des éléments spécifiques : la présence du volcan, des ruines, l’architecture, la reconstruction, le présent et l’avenir.

Lire Plus =>

De Molière au «Tree» de McCarthy: 350 ans de plug anal artistique

— Par Eric Loret —

Le dégonflage fatal de l’arbre-sex toy de la place Vendôme rappelle que c’est le propre des œuvres satiriques de révéler non pas l’esprit tordu de leur créateur, mais la saleté profonde de ceux qui en sont choqués.

Avant même le dégonflage fatal par des inconnus du Tree de Paul McCarthy, le Printemps français, mouvement mêlant militants identitaires et catholiques traditionalistes, avait tweeté : «Un plug anal géant de 24 m de haut vient d’être installé place Vendôme ! Place #Vendôme défigurée ! Paris humilié !» La question qui vient immédiatement à l’esprit est de savoir comment des catholiques traditionalistes pourraient bien savoir ce qu’est un plug anal, objet pas si répandu que ça, quand même, et qui sert surtout à dilater l’anus pour préparer à la sodomie. On a donc tendance à penser qu’ils sont en quelque sorte intéressés à l’affaire car, si l’on n’a jamais vu de plug anal, comme l’a fait remarquer le célèbre twitto-blogueur Maître Eolas, il est impossible d’en reconnaître un dans le Tree de McCarthy.

Lire Plus =>

Le célèbre photographe René Burri est mort

— Par l’Humanité.fr avec AFP —

Le grand photographe suisse René Burri, auteur du célèbre cliché de Che Guevara fumant le cigare, est décédé hier. Son portrait de Picasso est également célébrissime.
On lui doit à René Burri des plus célèbre portrait photographique du Che, réalisé à La Havane en 1963, lors d’une interview exclusive dans le bureau d’Ernesto Guevara, La Havane alors, ministre de l’Industrie, seulement quatre ans après la révolution cubaine. René Burri, considéré comme une légende du monde de la photographie, a notamment travaillé pour l’agence Magnum, à partir de 1959, est décédé hier lundi à Zurich à l’âge de 81 ans, des suites d’une longue maladie. Dès l’annonce de son décès, l’agence Magnum a publié un message sur son site internet pour faire part de sa « profonde tristesse ». Il a fait le tour du monde pour cette agence et a couvert les principaux événements politiques mondiaux.

Lire Plus =>

Sade. Attaquer le soleil

14 octobre 2014 – 25 janvier 2015. Musée d’Orsay

Alphonse Donatien de Sade (1740-1814) a bouleversé l’histoire de la littérature comme celle des arts, de manière clandestine d’abord puis en devenant un véritable mythe.
L’oeuvre du « Divin Marquis » remet en cause de manière radicale les questions de limite, proportion, débordement, les notions de beauté, de laideur, de sublime et l’image du corps. Il débarrasse de manière radicale le regard de tous ses présupposés religieux, idéologiques, moraux, sociaux.

Suivant l’analyse d’Annie Le Brun, spécialiste de Sade et commissaire invitée, l’exposition met en lumière la révolution de la représentation ouverte par les textes de l’écrivain. Seront abordés les thèmes de la férocité et de la singularité du désir, de l’écart, de l’extrême, du bizarre et du monstrueux, du désir comme principe d’excès et de recomposition imaginaire du monde, à travers des oeuvres de Goya, Géricault, Ingres, Rops, Rodin, Picasso…

Le caractère violent de certaines oeuvres et certains documents est susceptible de heurter la sensibilité des visiteurs.

« Sade nous concerne tous »

Propos recueillis par Frédéric Joignot

Les relations de Sade (1740-1814) et d’Annie Le Brun forment une longue histoire passionnelle.

Lire Plus =>

Martine Baker: ultraterrienne

m_baker-2014METAMORPHOSES…
—Par Isabelle Dubost, anthropologue—

Métamorphoses de l’être
Métamorphoses de la matière
De la glaise advint bouche, cri, personnages…
Les mains ont pétri, caressé, donnant formes, toucher,
régularités, irrégularités
L’objet prend consistance, couleur
Le feu a crépité, craquelant la matière, conjuguant
l’attendu, l’inattendu, dans un rougeoiement sans cesse
renouvelé, magnifique
Naissance…
L’objet devient sens
L’objet devient oeuvre
L’artiste pense, ressent, imagine, interprète
L’artiste poursuit sa lente métamorphose
Explorant de nouvelles matières, de nouvelles techniques,
toujours à l’affût du renouvellement

*****

***

.

Lire Plus =>

Marie Gauthier : « Liminales »

marie_gauthier-1Exposition de peinture
Galerie Jouanacaera/ Art contemporain
N° 100 Route de Kayali,
Morne aux Boeufs
97221 Le Carbet
du 10 au 25 octobre 2014
Du lundi au samedi de 10h à 18 h
Présence de l’artiste le samedi et sur rendez-vous. Tél. 0696858877

Marie GAUTHIER
Née en France. Vit et travaille dans la Caraïbe depuis 1987.
Artiste plasticienne et professeur Agrégé d’Arts Plastiques
Principales expositions individuelles depuis 1991 :
2014 « Liminales », Galerie Jouanacaera, Le Carbet, Martinique
2010 « Embrasements », Le Marin, Martinique
2007 « Incarnats », Atrium, Fort de France
2004 « Cachemire » Bibliothèque Schoelcher, Fort de France
2003 « El coser de los dias », Museo de las Casas .Reales, Sto Domingo, Rep. Dominicain
2005-07 « Les Petites Indiennes ».

Lire Plus =>

Nuit blanche : Paris se met à l’heure du street art

— AFP —

la_tour_13La mairie de Paris met à l’honneur l’enfant terrible de l’art contemporain à l’occasion de la 13e édition de la Nuit blanche, qui se tient ce samedi soir.

Paris, « capitale du street art » ? C’est en tout cas l’ambition de la mairie de Paris, qui mettra à l’honneur l’enfant terrible de l’art contemporain à l’occasion de la prochaine Nuit blanche, samedi, en lui ouvrant largement ses murs. L’adjoint de la maire de Paris en charge de la Culture, Bruno Julliard, en a fait la promesse, lors de la conférence de presse de présentation de la Nuit blanche début septembre : « Paris doit devenir la capitale mondiale du street art. »

« On constate vraiment un emballement des Parisiens (…). Il y a un emballement des décideurs, qui apprécient l’image de modernité associée au street art ; un emballement des galeries d’art contemporain parisiennes, où les ‘street artistes’ ont massivement fait leur entrée. C’est devenu un champ majeur de l’art contemporain où Paris a une place importante (…).

Lire Plus =>

Dans la tête de Duchamp

Le Centre Pompidou présente l’œuvre peinte de l’inventeur des ready-made et de l’art conceptuel. Un contre-pied qui donne des clés pour comprendre l’artiste

Marcel Duchamp est surtout connu, en Europe, pour avoir, avec ses fameux readymades – objets déjà faits, choisis par l’artiste, et présentés comme œuvres –, remis en cause la peinture et la nature même de l’art. 1910-1923 : treize années, pourtant, au cours desquelles Duchamp investit le langage pictural, se dit peintre, expose dans les salons publics, tout en élaborant Le Grand Verre appelé aussi La Mariée mise à nu par ses célibataires, même.

À travers une centaine de dessins et peintures conservés pour la plupart au Philadelphia Museum of Art, auxquels s’ajoutent ses Notes autographes conservées au Centre Pompidou, l’exposition dévoile les recherches picturales de Duchamp, sa période fauve, ses emprunts symbolistes, ses explorations cubistes, mais aussi le non-sens et l’humour qui caractérisent son œuvre. Les sources livresques, picturales, scientifiques et techniques auxquelles il a puisé durant ces années cruciales – ouvrages rares de la Bibliothèque Sainte-Geneviève où il a travaillé avant son départ pour les États-Unis, objets techniques du Conservatoire national des arts et métiers, objets mathématiques de l’Institut Poincaré…– sont aussi présentées, témoignant de son intérêt pour la littérature et les mots comme pour les sciences optiques, physiques et mécaniques.

Lire Plus =>

Luko : « De Pierres et de Planches » à Fonds St-Jacques.

Exposition itinérante de bande dessinée sur les Monuments Historiques de la Martinique

luko-1— Dossier de presse —

Luko. Auteur de BD, né à Fort-de-France (Martinique), il vit en région parisienne. Ancien élève de l’Iconograf, un centre d’enseignement à l’image narrative, il a été lauréat au concours international Raymond Leblanc en 2007 et 2008.
Après deux expositions collectives à Bruxelles, l’album de bande dessinée « Lé Zitata – Premier Pas » pour Ibis Rouge Édition (en cours d’adaptation au théâtre), la participation à différents événements et séminaires, il réalise « De Pierres et de Planches », l’exposition BD sur les Monuments Historiques de Martinique.
L’exposition bédéïsée du dessinateur martiniquais Luko « De Pierres et de Planches » consacrée aux Monuments Historiques de la Martinique, et co-réalisée avec la Direction des Affaires Culturelles – Ministère de la Culture & de la Communication, s’inscrit dans ce lien transversal entre patrimoine et création artistique, dynamique dans laquelle s’ancre le projet du CCR Domaine de Fonds Saint-Jacques, Lieu patrimonial à vocation culturelle, soucieux d’interroger les legs du passés & de stimuler les imaginaires.

Lire Plus =>