Expositions

Michèle Arretche, Saint-John Perse et les Ratières : habiter poétiquement le monde.

— Par Scarlett Jésus —

Qu’a à voir le prosaïsme des « ratières » avec la poésie de Saint-John Perse ?

Toutefois le crabe, au même titre que les blattes (les « ravets »), se faufile parfois dans l’univers poétique de Saint-John Perse. Comme une réminiscence du vert paradis de son enfance et comme un intrus. Connoté négativement, il est présenté comme un assaillant dévastateur de l’« habitation ». En témoigne cet extrait de Vents (II, 4) : « Les migrations de crabes sur la terre, l’écume aux lèvres et la clé haute, prennent par travers des vieilles Plantations côtières enclouées pour l’hiver comme des batteries de Fédéraux ».

La chair de ce crabe de terre, très appréciée en Guadeloupe tout autant qu’en Martinique, a donné lieu à une pratique de capture qui s’opère à l’aide d’une boite en bois, munie d’une porte amovible. Un mécanisme très simple, actionné par une ficelle et une grosse pierre, permet à la porte de se refermer sur le crabe, qui se retrouve alors pris comme un rat.…

Lire Plus =>

L’ Afrique d’hier et d’aujourd’hui à la Fondation Clément

Exposition ouverte jusqu’au 6 mai 2018

Masque Dan (Côte d’Ivoire)

— Par Selim Lander —

Depuis que les locaux de la Fondation Clément se sont agrandis de nouveaux espaces muséaux, des expositions prestigieuses y sont organisées chaque année. Après la rétrospective Télémaque, en 2016, puis Le Geste et la Matière, en partenariat avec le Centre Pompidou, en 2017, voici, tirées des collections de la Fondation Dapper, une sélection d’œuvres majeures de la statuaire africaine accompagnée de quelques créations de plasticiens africains contemporains.



Lire Plus =>

« Habiter » : Michèle Arretche expose.

Résidence Chanteclerc du 21 au 29 avril 2018

— Par Daouïa —

« Habiter », titre évocateur, aux Antilles, de l’habitation aux échos sombres, peut sonner de nos jours comme chaleureux, accueillant, lieu cocon des familles. « Habiter » serait alors un constat, un fait : « Je suis là où je vis, je suis d’où je vis ». Mon identité est martiniquaise quelles que soient mes racines autres officielles. « Habiter » serait donc un nom commun. Une affirmation. Une évidence, indiscutable. De fait Michèle e est empreinte, pétrie du pays choisi, son esprit en est modelé au point que son exposition eût pu s’appeler « Habitée » !
Mais « Habiter » est surtout un verbe, fonctionne ici comme tel, en appelle d’autres et invite à l’action. « Habiter » ou exister, affirmer, s’imposer…ou s’installer, poser ses valises…ou encore vivre envers et contre tout, contre tous ? L’infinitif a valeur impérative : à quoi l’artiste nous enjoint-elle ?

A la villa Chanteclerc, du 21 au 29 avril 2018, Michèle Arretche nous invite à voir une exposition rétrospective/ prospective des différentes facettes de son œuvre : des toiles, des aquarelles bien sûr, mais aussi des photographies et des objets pour lesquels elle est moins connue et que beaucoup découvriront ou reverront avec plaisir.…

Lire Plus =>

Bâle: Bon anniversaire Monsieur Baselitz!

— Par Dominique Daeschler —

Le Kunstmuseum et la Fondation Beyeler ont accordé leurs violons pour offrir aux amateurs d’art deux expositions pendant la même période, judicieusement complémentaires quant à l’œuvre de Georg Baselitz.

Le Kunstmuseum consacre son exposition aux œuvres sur papier (149 dessins). A la Fondation Beyeler, la rétrospective porte sur la peinture (90 toiles) et la sculpture (12). Tant dans les œuvres sur papier que dans les peintures, on retrouve l’asymétrie, les brisures, l’usage du double et de la métamorphose. Nourri de l’histoire de la peinture européenne et américaine, Baselitz joue avec la mémoire et sa réinterprétation. Son langage figuratif s’approprie des éléments stylistiques sans craindre l’ambivalence du sens, la contradiction. Il y a un cosmos Baselitz.

Dans les dessins comme en peinture, des images, des thèmes sont récurrents. Aussi des dessins on retiendra d’abord la richesse des techniques utilisées (fusain, craie, pastel, crayon, encre, aquarelle) et la création d’un espace créant un aller- retour «attirance-répulsion» autour d’une figure, d’un objet réinterprété conduisant le public à suspendre tout avis esthétique construit sur des critères classiques.…

Lire Plus =>

Plantu, 50 ans de dessin de presse

Du 20 mars 2018 au 20 mai 2018 François-Mitterrand / Galerie des donateurs

En 2018, Plantu fêtera ses 50 ans de dessinateur de presse. Il aura réalisé des milliers de dessins dont un bon nombre se trouve encore dans ses collections personnelles. C’est à la BnF qu’il a choisi de remettre cet important fonds, témoignage de la vie politique française et internationale et d’une période de bouleversements inédits. Une centaine de dessins originaux ainsi que quelques-unes de ses sculptures satiriques permettront d’apprécier différentes facettes de son travail. Ce moment permettra également d’appréhender sa démarche originale de porte-parole de dessinateurs du monde entier à travers son association Cartooning for Peace.

Vidéos de l’exposition

« Laisse penser ton crayon ! » est une série de 5 vidéos consacrée à Plantu. De la création de la petite souris aux réfugiés syriens, en passant par son engagement politique, Plantu se livre lors d’un entretien accordé à Chroniques web en novembre dernier. La BnF organise une exposition Plantu, 50 ans de dessins de presse Galerie des donateurs du 20 mars au 20 mai 2018, site François-Mitterrand, dans le cadre de DRAWING NOW Art Fair et Art Paris Art Fair 2018.…

Lire Plus =>

Exposition Néandertal au musée de l’Homme : les coulisses d’un montage

Le musée de l’Homme à Paris propose jusqu’au 7 janvier 2019 une exposition consacrée à l’homme de Néandertal. Pendant deux mois, nous avons pu suivre les préparatifs et le montage de cet événement. Où l’on suit le travail de dépoussiérage des os et l’on voit un bison entrer par la place du Trocadéro… Reportage en coulisses.

Aux pieds de la Tour Eiffel, le Musée de l’Homme propose un voyage au coeur de la préhistoire. 350.000 ans avant notre ère, en Europe et en Asie, vivait « Homo neanderthalensis », l’homme de Néandertal. Cette espèce humaine a perduré des millénaires, croisé l’Homo sapiens avant de disparaître pour des raisons encore inexpliquées il y a 30.000 ans. Son nom vient d’une calotte crânienne découverte en 1856 en Allemagne dans la vallée (thal) de Neander, près de Düsseldorf. Ce fossile est l’une des pièces phares de l’exposition inaugurée le 28 mars. Au total, 260 objets sont exposés : deux tiers de specimens archéologiques (fossiles, moulages, outils) et un tiers d’objets d’art.…

Lire Plus =>

Un petit tour au Centre Pompidou : rétrospective César, Sheila Hicks, Jim Dine

— Par Dominique Daeschler —

Rétrospective César :

Le grand pouce de 6m de hauteur en bronze poli dressé sur l’esplanade ne manque pas de nous faire penser au signe utilisé dans les combats de gladiateurs : enfin semble dire César, nous y voilà ! A trop jouer les stars, l’institution l’avait snobé !
L’exposition thématique suit l’artiste dans cinq grands modes d’expression qui cohabitent parfois, nous renvoyant à l’importance essentielle que l’artiste accordait aux matériaux et à la conquête de nouvelles techniques. Allant glaner aux puces, chez les brocanteurs ou dans les « casses » où il se laisse fasciner par les compresseurs, César joue des formes, fait matière à partir de rebuts, d’objets de la vie quotidienne, fait sculpture, l’exprimant dans une perpétuelle mutation.
Les fers soudés
lui permettent en utilisant la soudure à l’arc de travailler avec souplesse, de cisailler, écraser en utilisant boulons, clous, vis…. De la ferraille naissent des animaux (poules, chauves souris) et déjà une série de grands panneaux reliefs avec des morceaux froissés (ailes et plaques de voitures) annonce les compressions et son goût de la polychromie.…

Lire Plus =>

Henri Vigana : l’hommage de la maison martiniquaise de la photographie

17 mars 2018 Tropiques -Atrium

9h45 :  Accueil

10 h : Ouverture

Présentation de la journée par Jean Marie-Louise, Président de la Maison Martiniquaise de la Photographie

10 h 05 : Jean Marie-Louise et Tony Marty Présentation à deux voix de la biographie d’Henri VIGANA

Echanges

10 h 45 : Victor Permal « Henri Vigana, son regard sur la “réalité“ et ses interrogations sur le “ réel martinique“ »

Echanges

11 h 25 : Danielle Valdor et Philippe Bourgade Témoignages

Echanges…

Lire Plus =>

Françoise Lévy, le fil et la terre

Médiathèque du Lamentin Martinique du 9 au 29 mars 2018

— Par Michèle Arretche —

Petit à petit, sans bruit, depuis les hauteurs du Morne Serpent, Françoise Lévy trace son chemin.
Sous le double héritage des tisserands de Mazamet et des ateliers du Sermac elle nous propose sa toute nouvelle série, de terre noire et de tissage mêlés, métissés !
Des œuvres murales et des sculptures brisent les codes, certaines œuvres murales sont des céramiques, certaines sculptures sont des tissages, ou les deux à la fois consciencieusement reliés, noués, brodés, crochetés ensemble.

La pièce maîtresse de cette exposition intitulée « L’arbre » (95 x 70 cm) est un assemblage de tissages sur lequel un fil blanc et un fil noir (tiens !) servent de pinceau et décrivent des cercles, des spirales, tout un labyrinthe de racines enfouies qui donne naissance à l’arbre avec son tronc généreux et ses fines ramifications. Une œuvre très personnelle aux effluves japonisantes. D’autres réalisations sur papier et tissu dialoguent avec cet arbre potomitan et créent une harmonie plastique à l’ensemble.…

Lire Plus =>

À la Fondation Clément : « AFRIQUES, artistes d’hier et d’aujourd’hui »

— Par Janine Bailly —

Les expositions organisées par la Fondation Clément, dans le cadre de l’habitation éponyme, offrent pour la Martinique un réel intérêt, qu’elles nous plongent au sein de l’univers caribéen, ou qu’elles nous apportent des nouvelles de l’au-delà des mers. La dernière en date, conçue en collaboration avec la Fondation Dapper, sera visible jusqu’au 6 mai 2018. Intitulée AFRIQUES, artistes d’hier et d’aujourd’hui, cette présentation des Arts anciens et de l’Art contemporain, qui occupe de belle et judicieuse façon toutes les salles du musée, du masque le plus traditionnel à la toile la plus novatrice, ne déroge pas à la règle. Et le catalogue de l’exposition, qui a pour préface un texte de Patrick Chamoiseau, Rencontres avec l’Afrique – De l’Absolu à la Trace, est aussi un superbe ouvrage, qui combine reproductions de qualité et analyses pertinentes.

Dans ses pages culturelles, la revue Télérama consacre à cet événement un article dont je donne l’introduction, empruntée à Suzanne Césaire dans la revue Tropiques : « L’Afrique ne signifie pas seulement pour nous élargissement vers l’ailleurs, mais aussi approfondissement de nous-mêmes », et la conclusion de la journaliste Yasmine Youssi : « Dans cette terre de France antillaise, si éloignée du Ministère de la Culture, où l’art semble être le cadet des soucis des représentants de la République tant est criante l’absence d’un musée (public) digne de ce nom, l’exposition (gratuite) de la Fondation (privée) Clément est magnifique.

Lire Plus =>

L’Afrique du Sud dans l’objectif de David Goldblatt

21 février – 13 mai 2018 au Centre Pompidou

Commando de sympathisants du National Party ayant escorté Hendrik Verwoerd, principal architecte de l’apartheid, aux fêtes du 50e anniversaire du parti. De Wildt, province du Nord-Ouest, 31 octobre 1964 . Épreuve numérique sur papier baryté, 33 x 48,5 cm Courtesy David Goldblatt et Goodman Gallery Johannesburg et Cape Town

Le Centre Pompidou consacre, pour la première fois en France, une rétrospective de grande ampleur au photographe sud-africain David Goldblatt.
L’exposition offre une traversée de l’ensemble de la production du photographe (né en 1930) et présente plus de deux cents photographies, une centaine de documents inédits – issus des
archives de l’artiste -, des essais de jeunesse (comme les premières photographies qu’il prend dans les mines de Randfontein), jusqu’aux images les plus récentes.
Sept films, spécialement produits par le Centre Pompidou pour l’événement, sont diffusés au fil des sections du parcours de l’exposition. David Goldblatt y commente ses photographies et invite les visiteurs à plonger dans son oeuvre fascinant, qui apprend à regarder avec un oeil conscient et analytique.…

Lire Plus =>

« Mali Twist » : hommage à Malick Sidibé, talentueux portraitiste malien

En 1995, la Fondation Cartier pour l’art contemporain présentait la première exposition monographique du photographe malien Malick Sidibé hors du continent africain. Un an après la disparition de l’artiste le 14 avril 2016, elle lui rend hommage avec Mali Twist, une grande exposition rétrospective accompagnée d’un ouvrage, conçus et dirigés par André Magnin en collaboration avec Brigitte Ollier.

À côté d’œuvres iconiques, l’exposition propose pour la première fois un vaste ensemble de photographies vintage et de portraits inédits d’une beauté intemporelle. Véritable plongée dans la vie de « l’œil de Bamako », ces clichés exceptionnels en noir et blanc révèlent comment Malick Sidibé a su saisir, dès le début des années 1960, la vitalité de la jeunesse bamakoise.

L’exposition souligne également la diversité des portraits que Malick Sidibé réalisait dans son studio. Jeunes vêtus à la dernière mode, trio sur une moto, enfants déguisés pour le carnaval, femmes d’une parfaite distinction, adolescents radieux, c’est toute la société de Bamako que l’on voit sur les portraits rassemblés pour l’exposition.…

Lire Plus =>

Visite des conservateurs du Musée Van Gogh d’Amsterdam

Du 13 au 17 février 2018 pour un projet d’exposition sur Gauguin et la Martinique

Le musée Van Gogh d’Amsterdam, consacré à l’œuvre du peintre hollandais Vincent Van Gogh, possède des tableaux martiniquais des peintres Paul Gauguin et Charles Laval. Ce prestigieux musée a programmé pour octobre 2018 une exposition qui mettra en valeur le séjour de Gauguin et Laval à la Martinique en 1887.

C’est un évènement exceptionnel qui fera connaître internationalement la Martinique et son patrimoine puisqu’il s’agit de la première exposition consacrée uniquement aux œuvres martiniquaises des deux peintres.

Dans cette optique, Maite van Dijk, conservatrice du département peintures, et Joost Van der Hoven, assistant de conservation, au musée Van Gogh ont souhaité visiter notre île et s’imprégner des différents lieux parcourus ou peints par Gauguin en Martinique.

L’Association Martiniquaise Paul Gauguin est honorée de les recevoir, entre le 13 et le 17 février 2018, au Centre d’Interprétation Paul Gauguin et de les accompagner sur les traces du grand peintre.…

Lire Plus =>

Adélaïde Corinus à la B.U.

Du 15 au 26 janvier 2018

Dans le hall de la bibliothèque universitaire

Calebasse, collage, peinture, totems, arts de la table… Adélaïde Corinus articule sa pratique créatrice autour de ces divers matériaux et techniques ; elle présente ainsi son travail : « La capacité de réutiliser, recycler et malaxer la matière et les matériaux, c’est transformer l’utile, le commun en pièce unique et artistique. Une feuille, un fruit, un bout de papier : détourner pour métamorphoser ! « 

Porteuse de mémoire, miroir du patrimoine, lien tissé entre hier et aujourd’hui, cette démarche artistique se veut aussi un éclairage singulier sur l’histoire de nos territoires, plongeant jusqu’à leurs profondeurs amérindiennes, comme en témoigne l’utilisation du mot Kwi dans le titre de l’exposition, et à propos duquel le site Potomintan précise : « Nous disons kwi en créole. Les Amerindiens connaissaient la calebasse avant l’arrivée des euro-afros-indo. Autres exemples de mots créoles ayant pour origine les langues amérindiennes: jurumu qui est devenu giraumon.…

Lire Plus =>

« Afriques » à la Fondation Clément

21 janvier – 6 mai 2018

La Fondation Clément s’associe à la Fondation Dapper pour ouvrir ses portes à l’exceptionnelle créativité d’artistes qui, hier comme aujourd’hui, témoignent de la richesse d’une Afrique plurielle. Jamais la Martinique, ni même plus largement la Caraïbe, n’ont auparavant accueilli une manifestation de ce type et de cette envergure.
L’Afrique : un continent composé de cinquante-quatre pays avec des milliers de langues et de cultures. Certaines d’entre elles ont traversé l’Atlantique avec les esclaves, se sont enracinées puis transformées dans les Amériques et la Caraïbe. C’est dire que l’Afrique est à la fois proche et lointaine pour ceux qui portent en eux une partie de son héritage. Les oeuvres d’arts anciens entrent en résonance avec ce lieu patrimonial que constitue l’espace de la Fondation Clément. Une figure de reliquaire fang (Gabon), un bâton de danse en l’honneur du dieu Shango (Nigeria), un objet « consacré » du Congo, une statuette de Côte d’Ivoire incarnant un conjoint mystique évoquent des pratiques qui dans les Antilles touchent au plus profond de l’intimité des individus·
La sélection de près d’une centaine de pièces majeures appartenant aux collections de la Fondation Dapper a été effectuée le plus largement possible pour donner à voir un vaste répertoire de styles représentatifs de grandes cultures des sociétés de l’Afrique subsaharienne.…

Lire Plus =>

Nwel Art : Expo/vente d’artistes et d’artisans d’Art

15,16 décembre 2017 de 9h à 22h  & 17 décembre 2017 de 9h à 19h 

Rue Garnier Pages – 97212  Fort-de-France
 
En partenariat avec le GAAM et la Ville de Fort-de-France,
la Maison d’artistes « Un Oeuf » vous invite à rencontrer une douzaine d’exposants ce week-end prochain. 
 
Marché d’Art et artisans d’Art :
Stylistes, bijoutiers, artistes peintre, dessinateurs, sculpteurs… tous les arts y seront représentés.
 
Exposition :
« It’s a WOman’s world » / par « Drey »
Visible tous les jours – 1er étage de la Maison d’artistes
 
Atelier artistique pour les enfants par Drey :
Vendredi, samedi, dimanche de 10h à 12h et de 14 à 18h
 
Scène Ouverte musicale : « Omelette – Boeuf – Carotte »
Vendredi à partir de 19h à Un Oeuf/Maison d’artistes
 
Les exposants : Samuel Goddard, Marie-Hélène Hammann, Lucas Vallerie, Joe Théotiste, Solange Alin, François Alain, Claude Jean-Joseph, Aurélie Arnaud, Cécile Cabit, Waibbi Collection, Mickaëlle Chenard, Mickaëlle Merlin, Mickaëlle Loredon, Abishag Voundi.


Lire Plus =>

L’empire des signatures

— Par Christian Antourel & Ysa de Saint-Auret —

Jonone fait resonner les dernières retombées de sa rage hallucinée de vaincre ; né à Harlem New Work, tenace il a dû batailler ferme pour sortir de l’ombre. Ecartelé par des mouvements dans la peinture tels qu’Action painting, tag graffiti art et par des fictions potentielles, les icônes et les purs tours de force visuels il a trouvé son école buissonnière Exister, résister, transgresser et inventer l’esprit le style, puzzle zébré de ruptures spatiales et temporelles qui entrecroise la vie intime de l’artiste et l’existence collective de l’actualité. Et finalement éclate sa joie extravertie dont il situe le centre névralgique dans le regard au monde

L’artiste pousse la dite obsession bien au-delà, faisant de la continuité son grand sujet et tient cependant la cohérence par son propre questionnement. Plus qu’un journal intime pictural il cherche dans sa complaisance visuelle et ses ritournelles agitées détournées un état de saveur sinon la description minutieuse de sensations et réflexions contradictoires.…

Lire Plus =>

« Alive, en vie » la valeur d’usage d’Habdaphaï

Jusqu’au 16 décembre 2017. Tropiques-Atrium

— Par Christian Antourel —

Un évènement, que l’exposition « Alive en vie »d’Habdaphaï. Une exhibition à ciel ouvert, si l’on peut dire. Pourquoi faire simple, quand on peut faire compliqué ? Cette question rhétorique qui sous-entend juste qu’il existe des options plus faciles pour parvenir à notre but, serait-elle l’étendard de notre artiste qui n’est pas simple. Cette exposition, tout un programme, qu’Habdaphaï nous décline par le menu.

Cherche-t-il à se faire expulser du groupe homogène de ses semblables ? Plasticien
multiculturel, faut-il le dire, il mixe au gré de ses envies, littérature, mémoire, performance, philosophie, contes, maison du bagnard, et tous les ateliers dont il est le maitre, ouverts à tout un chacun. Atelier à la KAZ -Atelier empreinte, Atelier de création, Atelier livres sculptures. Et chantier artistique-Atelier performance à la KAZ. Tout cela sur l’ensemble de, la durée de l’exposition. Bien entendu aux murs se trouvent des œuvres de l’artiste. Il affirme : « J’essaie de faire une approche technique, esthétique et spirituelle de cette contenance qu’est la Martinique, forme de subsistance pour l’émancipation de mon entité concise de vie… » Rien d’incompréhensible à cela, il a une approche multiculturelle de l’art, par trop avant-gardiste disent certains qui n’ont jamais manqué vertueusement de s’indigner devant son style et sa démarche.…

Lire Plus =>

Christophe Mert : « Racines guérisseuses » d’art et d’histoire

Du 20 novembre au 18 décembre 2017 à Tropiques-Atrium

— Par Christian Antourel & Ysa de Saint-Auret —

Dans nos temps tourmentés et incertains où la pensée et le climat semblent perdre le nord, il est sain de peser certaines évidences comme la question de nos racines. Même si elle peut ne pas apparaître comme vitale, elle déclenche pourtant souvent des réactions aussi violentes qu’un cyclone et est à « l’origine de l’extrémisme de certains comportements humains ».

Fin observateur de notre Martinique dans la Caraïbe et de sa relation au monde, Christophe Mert tend à apporter la preuve qu’aucune originalité, ni aucun individualisme n’ont eu à souffrir d’un principe mondial basé sur des raisonnements naturels et innés. Oser reconnaître l’existence et l’importance de nos racines et de leurs connexions évidentes permettrait au monde actuel de retrouver une « Harmonie universelle » et favoriserait un début de réconciliation. Et pourquoi un « sens » une tonalité universaliste, empêcherait-elle une diversité Caraïbe de s’épanouir, voire d’en être le miroir .Il ne s’agit pas, bien sûr de s’imposer mais de prendre part.…

Lire Plus =>

Envisager/dévisager

— Par Marie Gauthier, commissaire de l’exposition —

« … il s’agit de faire venir au jour, il s’agit de tirer au clair et par

conséquent de démêler une énigme de visibilité ».

Jean-Luc Nancy

 

Le portrait est un genre artistique que l’on fait remonter aux origines de l’art. C’est à la Renaissance qu’il prend toute sa dimension identitaire et sociale qui sera renforcée par l’invention de la photographie au XIXème siècle. Si l’on distingue plusieurs types de portraits, on y retrouve toujours la question de l’identité, la ressemblance, la présence et l’absence, le temps, l’imaginaire, le regard. Il se décline par différentes techniques : dessin, peinture, sculpture, collage, photographie, infographie, vidéo, etc. Chaque mouvement artistique propose ses portraits.

Quoiqu’il en soit, le portrait est intrinsèquement lié à l’intention de la représentation physique d’un visage déterminé. Quel que soit le degré de réalisme, c’est une transcription ou mieux une interprétation de l’apparence d’une personne. Nous y reconnaissons les caractéristiques de l’humain, pas seulement dans le visible, mais avec ce qu’il porte de mystère.…

Lire Plus =>

Avec Corinne Plantin, sur les chemins du Street Art

—Par Janine Bailly —

Visiter l’exposition que le musée de l’habitation Clément consacre à JonOne, ce fut pour moi comme entrer par effraction dans un monde autre, subir d’abord l’agression des couleurs mêlées ou du noir marié au blanc, percevoir l’enchevêtrement de lignes courroucées, suivre du regard, sans en connaître la destination, le chemin de flèches dessinées sur la toile ou matérialisées par des structures en trois dimensions faites de bois, acier, aluminium et plexiglass dans l’espace. Puis acceptant l’immersion dans cet étrange univers, il m’est apparu que, si de ces créations se dégageait bien une sorte de révolte dans la remise en question des formes traditionnelles d’expression artistique, il en émanait aussi une forme d’harmonie, de reconstruction du monde, de réorganisation du chaos.

Cependant, aimant les fresques murales sans bien connaître par ailleurs la signification des graffs et tags, j’ai voulu apprendre à décrypter un peu le langage des street artistes, et pour cela ai assisté à la conférence Le street art de New York à Fort-de-France, donnée au musée-même ce dimanche matin par Corinne Plantin, docteure en géographie culturelle, spécialiste en la matière, et qui sait partager avec enthousiasme et clarté ses connaissances et sa passion pour cette culture urbaine, aussi riche et diverse qu’originale.…

Lire Plus =>

Degas Danse Dessin. Un hommage à Degas avec Paul Valéry

Musée d’Orsay —

A l’occasion du centenaire de sa mort, le musée d’Orsay rend hommage à Edgar Degas (1834-1917) avec une exposition dont le fil conducteur est l’ouvrage méconnu de l’écrivain, poète et penseur Paul Valéry (1871-1945).

L’amitié de plus de vingt ans de Degas et de Valéry a, en effet, donné lieu à un texte publié aux éditions Vollard en 1937, Degas Danse Dessin. Tout à la fois intime et universel, il offre une évocation poétique et fragmentaire de la personnalité du peintre et de son art, et comme une méditation sur la création.

Dans l’exposition, documents figurés et documents d’archive donnent à voir ces hommes et leurs sociabilités. Les nombreux dessins du premier et les fameux carnets du second montrent l’importance de ces productions qui ont été, pour l’un et l’autre, le creuset de leur art.

Les thèmes majeurs explorés dans Degas Danse Dessin sont évoqués en associant des extraits du texte de Valéry à des oeuvres graphiques, des peintures et des sculptures de Degas.…

Lire Plus =>

L’ art panse et repense le monde

L’édition 2017 des rencontres AKAA

— Par Max Pierre-Fanfan —

« Un jour on saura peut-être qu’il n’y avait pas d’art mais seulement de la médecine », confie JMG Le Clézio dans son ouvrage intitulé « Haï » (l’activité, l’énergie). Un véritable cérémonial de guérison magique qui arrache l’homme indien à la maladie et à la mort. Serait-il celui-là même qui jalonne le sentier de toute création? Et si l’art participait de la métamorphose? Je veux la vie réclamait le poète martiniquais Aimé Césaire. Je veux le seul, le pur trésor, celui qui fait largesse des autres, je veux la vie, fût-ce au prix de la mort.
L’artiste à l’instar du « medecine man » nous propose une plongée dans les profondeurs de l’être. Sa quête consiste en une mise à nu du divin par la connaissance introspective de l’âme, tâche humaine de l’art, sa raison d’être, démontrée par le voisinage de la mort qui lui est imposé. 

La répétition infernale

Lors de cette initiation apparaissent d’emblée les déterminations intimes de blessures ouvertes par des expériences convulsées peintes en feu( esclavage, colonisation, ségrégation, apartheid et leur lot de souffrances, de violences, d’humiliations, de crimes en tout genre).…

Lire Plus =>

Sébastien Mehal « Accident « 

18 Novembre – 30 Décembre 2017

espace d’art contemporain 14°N 61°W
Place de l’Enregistrement
97200 Fort de France

caryl* ivrisse-crochemar & [creative renegades society] sont heureux d’accueillir et de présenter l’exposition individuelle de l’artiste martiniquais basé à Paris, Sébastien Mehal.

La question de la condition humaine en milieu urbain

Sébastien Mehal nous fait partager un univers à part nourri d’une réflexion sur la vie en milieu urbain. Marqué, dans son histoire personnelle par le phénomène de la ville et ses singularités -le rythme effréné, l’anonymat, les icônes visuelles, les codes sociaux -Sébastien Mehal y puise toute son inspiration. De la technique (la peinture qu’il emploie est constituée de pigments de l’industrie automobile) jusqu’aux sujets traités (l’architecture, la communication, l’individu solitaire, l’expérience subjective) la vie moderne s’inscrit ainsi au coeur de sa création. Certaines de ses oeuvres se caractérisent par l’utilisation de matériaux industriels -structures graphiques en aluminium rappelant les échafaudages des villes en mutation ou en expansion -sur lesquels sont fixées des peintures et autres créations.…

Lire Plus =>

Exposition “Action solidaire” avec la Dominique

La Collectivité Territoriale de la Martinique, l’association Ôdis7 et les artistes organisent une exposition “Action solidaire » au profit des sinistrés de l’ouragan Maria en Dominique.
Une cinquantaine d’artistes de tous horizons, Martinique bien sur, Guadeloupe, Dominique, Saint Domingue, Haïti, Venezuela, France, Turquie, Cameroun, Angleterre participent à cette action caritative.
A travers cet acte, les artistes se mobilisent afin d’apporter leurs soutiens aux artistes de la Dominique.

L’exposition sera visible à la Résidence territoriale Chanteclerc, route de didier à Fort de France
Les 17, 18 et 19 novembre 2017
Vernissage le vendredi 17 novembre de 19H00 à 22H00
Horaires Vendredi et samedi 10H00 -18H00
Dimanche 10H00 – 13H00

Artistes exposants
Earl Etienne, Ellingworth Moses, Ronald Cyrillle, Habdaphaï, Martine Baker, Marie Gauthier, Martine Porry, Adye, Patricia Donatien, Lyl Razin, Ricardo Ozier Lafontaine, Nadine Lejeune, Lydia Kalinsky, Hervé Beuze, Hervé Poirier, Maïté Marque, Thierry Jarrin, Olivier Moreau, Iskias Pannier-Fraino, Véronique Bourdon, Prisca Toulon, Stop, Dora Vital, Margot Asphe, Cathy Melin, Luz Severino, Monique Hardy, Elbia Polanca, Murielle Wehrlen, Claude Laporte, Kazo, Karolinda, Florence Davoult, Klara Beer, Vinca, Dominique Pao, Josiane Benzi, Brigitte Lamure, Dieudonné Fokou, Valérie Noisette, Wolfric, Claude Cauquil, Jérome Sainte-Luce, François René Maran, Vida Verba, Mathieu Guérard, Natasha Fontenelle, Héloise Poli……

Lire Plus =>