Architecture

Sauver l’œuvre de Louis Caillat 

— Par Michel Herland —

A côté des Parcours du patrimoine consacrés aux différentes communes de la Martinique dont un article récent a rendu compte[1], d’autres guides sous le même format s’affranchissent du découpage géographique de l’île pour traiter d’un thème transversal[2], d’un lieu unique[3] ou de l’œuvre particulièrement remarquable d’un architecte. Dans l’article précité nous avons mentionné le guide consacré à Germain Olivier (1869-1942), l’architecte de la préfecture de Martinique et du château Aubéry. L’empreinte laissée par Louis Caillat (1901-2002) est bien plus importante puisqu’il a signé les plans de pas moins de 70 ouvrages, bâtiments publics, commerciaux ou maisons particulières.

Une particularité de cet architecte aussi prolifique que talentueux est de n’en être pas véritablement un ! En effet, son père, sculpteur sur pierre et sur bois ayant disparu dès le début de la guerre, il devient dessinateur industriel dès l’âge de 14 ans. Il découvrit l’architecture grâce à l’Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes (Paris 1925) et à l’ouvrage de Le Corbusier, Vers une architecture.…

Lire Plus =>

Fouilles archéologiques : journée portes ouvertes à Saint-Pierre

Vendredi 15 février 2017 de 9h à 17h

Saint-Pierre vous invite à la journée portes ouvertes organisée par l’Institut Nationale de Recherches Archéologiques Préventives (Inrap) sur le site archéologique situé Rue d’Orléans, à Saint-Pierre, en Martinique, les archéologues de l’Inrap ont découvert tout un quartier d’habitations inédites scellées par les cendres de l’éruption du 8 mai 1902. La fouille archéologique dévoile ici un extrait de la vie des habitants du quartier juste avant l’éruption.
En amont des travaux de construction d’une maison particulière, le service régional d’Archéologie de la direction des Affaires culturelles de Martinique a prescrit une fouille préventive suite à la mise au jour de vestiges par l’Inrap lors d’un diagnostic en 2016. La fouille, localisée dans le quartier du Fort, au nord de Saint-Pierre, a débuté le 23 janvier 2017 pour une durée de 6 semaines ; elle a pour objectif de mettre au jour la totalité des vestiges, de les documenter et de les archiver avant l’aménagement futur.…

Lire Plus =>

Les Parcours du patrimoine

— Par Michel Herland —

Volens nolens, la Martinique est contrainte de jouer la carte du tourisme. Or, en plus de ses plages propres au farniente et de sa nature sauvage propice aux randonnées, notre île a la chance de disposer d’un patrimoine culturel remarquable hérité de son histoire, patrimoine immatériel (musique, danse, littérature) et matériel (bâtiments et œuvres d’art). En attendant la création d’un musée rassemblant les œuvres saillantes des principaux plasticiens martiniquais (car la riche collection de la Fondation Clément n’est pas exposée en permanence), en attendant l’ouverture d’un musée Césaire digne de ce nom (puisque l’on ne peut visiter aujourd’hui que son ancien bureau à la mairie, certes émouvant mais réduit à peu de choses), ou pourquoi pas un musée Césaire-Fanon-Glissant et pourquoi pas celui-ci dans la maison[i] du député-maire, il reste le patrimoine bâti, par nature inamovible. Pas toujours, certes, dans l’état que l’on voudrait (combien de cases en bois ti-baume en train de pourrir lentement ?), même s’il faut reconnaître que les mentalités ont progressé, que l’on se montre désormais plus soucieux de préserver et de rénover ce qui existe qu’on ne le fut, naguère, quand on détruisait des trésors architecturaux (certes souvent modestes mais des trésors quand même) pour construire à leur place des bâtiments dépourvus autant d’âme que de charme.…

Lire Plus =>

L’Avenir du Grand Saint-Pierre :Un Grand Problème. Un Petit Débat.

— Par Lucien Cidalise Montaise —

grd_st_pierrePour servir L’Histoire

Comment écrire sereinement dans une époque qui a la manie de la polémique, bien que beaucoup d’entre nous en ait la nausée ? Il y a polémique lorsqu’il y a mauvaise foi et absence de preuves dans ce qui se dit. Dans ce qui est écrit là, il y a une montagne d’évidences .

La vie professionnelle de l’architecte dont l’activité consiste à mettre en pratique ses conceptions s’est dégradée à tel point qu’elle n’intègre plus les rêves de culture que véhiculait , il y a peu de temps, cette profession .

La Preuve : l’Interview accordée par le Prix Goncourt P. Chamoiseau au journal F.A du 18/04/2011 et la réponse à la question de Rudy Rabathaly : « pourquoi avez- vous été choisi comme chef de projet pour le Grand St Pierre et non un architecte ou un urbaniste ? »

Pour notre part, nous avons retenu les comportements qui s’inscrivent dans les écrits de l’ écrivain.

Lire Plus =>

Lettre ouverte aux fétichistes adorateurs d’un lycée nommé Schoelcher

victor_schoelcher_ki_s— Tribune de Daniel Boukman —

Une affaire, vieille déjà de plusieurs années, dont certains – politiciens tortueux, syndicalistes bornés- ont tenté d’en faire l’affaire du siècle, touche à sa fin : un établissement scolaire vétuste, suite à la violence de secousses sismiques, risque de s’effondrer et d’ensevelir sous ses décombres ceux qui, ce jour-là, par malheur, s’y trouveraient.

Il s’agit donc, conformément au principe de précaution (auquel un bâtiment, si prestigieux soit-il, n’échappe) d’évacuer élèves, professeurs, personnel administratif, de leur assurer, pour la rentrée prochaine, un lieu de transit (le mieux possible approprié, nulle entreprise humaine n’étant parfaite) afin d’entreprendre – enfin !- la reconstruction d’un édifice par certains érigé en totem.

A la source de la pensée fétichiste en cours, il y a les relents de l’idéologie schoelchériste : dans les années 2000, il avait été proposé que l’établissement baptisé, en 1937, Schoelcher, reçoive le nom d’Aimé Césaire, et que, dans ce même temps, au Lamentin, l’aéroport soit appelé Frantz Fanon….

Lire Plus =>

Reconstruction ou bataille du Lycée Schoelcher ? premier test majeur pour les dirigeants de la CTM

— Par Pierre Alex Marie-Anne —

lycee_schoelcher_projet2La reconstruction du Lycée SCHOELCHER est susceptible de constituer un test majeur pour la crédibilité des dirigeants de la nouvelle CTM .
D’abord remarquons que ce sont bien ces responsables qui ,de manière surprenante s’agissant d’une collectivité nouvellement créée dont la vocation première est le Développement économique conditionnant tout le reste, ont placé cette question en tête des priorités de leur action politique .
Analysons donc cette démarche quelque peu  singulière !
Pour tout esprit se voulant libre et non inféodé à une quelconque chapelle deux éléments essentiels s’en dégagent : le sort réservé à la communauté éducative d’une part, le parti architectural affirmé dans le dossier technique, de l’autre.
Le respect dû à la Communauté Educative
Elle le mérite amplement pour avoir fait de cet établissement d’enseignement secondaire un des meilleurs de France ; ses exigences en matière de maintien de son unité et de sa cohésion tant sur le plan pédagogique que sur celui de la gestion s’avèrent en conséquence parfaitement légitimes.…

Lire Plus =>

La Martinique monumentale

— Par Michel Herland —

La-Bibliotheque-Schoelcher-de-Fort-de-France-vue-de-nuitOn l’a dit et redit : si la Martinique n’a guère d’atouts à faire valoir pour son développement, il y en a au moins un qui pourrait être bien mieux mis en avant, c’est son patrimoine naturel et historique. Nous ne reviendrons pas ici sur la négligence à l’égard de la nature martiniquaise, comparée aux îles voisines, ne serait-ce que la Guadeloupe : les panneaux absents ou illisibles, les chemins de randonnée livrés aux broussailles et plus généralement un manque d’entretien flagrant à tous les niveaux qui conduit à s’interroger sur l’ambition réelle de nos édiles en matière de tourisme. Le patrimoine historique matériel (meubles et immeubles) a fait l’objet en 1998 d’une recension à l’initiative de la Fondation Clément. Une nouvelle édition, en 2013, a révélé, à ce niveau-là également, le manque d’implication de la population comme de ses élus, certains éléments patrimoniaux ayant purement et simplement disparu entre les deux dates[i].…

Lire Plus =>

A propos de deux expositions au Guggenheim Bilbao : qu’est-ce que l’art aujourd’hui ?

— Par Selim Lander —

Copie de Guggenheim Bilbao (20)Tout amateur d’art se doit de faire un jour le détour par Bilbao afin de visiter le bâtiment de Frank Ghery aussi célèbre dans l’architecture contemporaine que l’opéra de Sydney (de Jørn Utzon) ou la pyramide du Louvre. Frank Ghery, on le sait, a également signé le nouveau bâtiment qui abrite la fondation Vuitton au Bois de Boulogne, à Paris. Celui de Bilbao est géré par la Fondation Guggennheim, par ailleurs propriétaire du Solomon R. Guggenheim Museum à New York et de la Peggy Guggenheim Collection à Venise. Le musée comporte peu d’œuvres permanentes, en dehors de la salle consacrée aux gigantesques spirales en acier patiné de Richard Serra (La Matière du temps, 1994-2005) et des non moins imposantes sculptures disposées à l’extérieur comme Grand Arbre et l’œil d’Anish Kapoor (2009), l’araignée Maman de Louise Bourgeois (1999) ou Puppy, le chien couvert de fleurs de Jeff Koons (1992).…

Lire Plus =>

Hommage à l’ami et frère Jacques Boucher : Architecte Caribéen

— Par Lucien Cidalise Montaise —

architecte

L’Architecture ébréchée !
« Ka sa yé ti male ? ». C’est avec sa voix chaleureuse et rafraichissante que Jacques m’accueillait chaque fois à la Guadeloupe et en France. Il était Président du Conseil Régional de l’Ordre des Architectes de son pays et nous nous rencontrions très souvent pour discuter des problèmes de la profession « attaquée de toutes parts, tant sur le plan National que Local ! ». Ce constat est de Michel Corbin, Vice Président de l’Ordre de la Guadeloupe et nous y adhérons. Mieux, j’ai eu l’occasion avant d’être Président de l’Ordre de la Martinique de rencontrer Jacques à Pointe à Pitre .Il était déjà un ardent défenseur de l’Architecture et de toutes les professions liées à l’Acte de Bâtir. Il militait avec passion et efficacité pour que les entreprises de son Pays aient droit à reconnaissance, et que l’Architecte soit respecté.
En 1992, nous avons créé avec d’autres, un Collectif regroupant ces entreprises et tous les Architectes des deux îles.…

Lire Plus =>

La reconstruction du lycée Schoelcher, pierre tombale de la Région ?

–– Par Pierre-Alex Marie-Anne —

lycee_de_transitLa reconstruction du lycée Schoelcher sera t-elle la pierre tombale de la Région ? C’est la question qu’on peut légitimement se poser tant les nuages s’accumulent sur cette opération.

D’abord sur le choix initial du lycée de transit; c’est peu de dire qu’il a été décidé avec une grande légèreté : contre l’avis de la Communauté scolaire qui préconisait l’installation d’un lycée de transit modulaire à proximité de l’actuel Lycée, associée à la démolition- reconstruction progressive sur place de ce dernier ; sans les études techniques préalables, notamment de résistance eu égard à la nature du sol , indispensables et surtout sans tenir compte des conditions d’accès rédhibitoires, dans cette zone particulièrement dense et enclavée, pour le millier d’élèves, professeurs et parents appelé à le fréquenter; le résultat de cette grossière erreur de jugement, c’est cette envolée exponentielle des coût dont nul ne peut prédire où elle s’arrêtera : on parle déjà de 40 millions, en estimation basse, pour la mise aux normes de l’ancienne maternité Victor Fouche auxquels il faudra bien sûr ajouter le coût de la reconstruction du Lycée définitif, situé boulevard R.Attuly ,qui bien que dépourvu des appuis parasismiques susceptibles de garantir sa pérennité en cas de séisme majeur ,avoisine aujourd’hui, au stade prévisionnel, les 60 millions, soit globalement pas moins d’une centaine de millions d’euros , au minimum.…

Lire Plus =>

Saint-Pierre : réaménagement de place Felix Boisson

place_felix_boissonDEBUT D’UNE METAMORPHOSE

Mardi 22 juillet – Près d’une centaine d’habitants, d’acteurs économiques, culturels et sociaux de la ville de Saint-Pierre, a répondu à l’appel de la municipalité et de la Région pour une présentation du projet d’aménagement de la place Félix Boisson, située sur le front de mer, près du marché couvert. L’Agence CANOPEE a effectué cette présentation en présence du Maire, des élus de la ville, de l’Antenne du Grand Saint-Pierre (M. Patrick CHAMOISEAU accompagné du Chef de projet – Mme Céline PADERNA).
Ces travaux devant débuter en Décembre 2014 devraient s’étaler sur environ 6 à 7 mois.
Cette rencontre a été l’occasion d’un échange riche, entre la population, la Mairie et la Mission Grand Saint-Pierre. De très nombreuses questions ont été posées sur la transformation de cette place éminemment stratégique (problématique du stationnement, gestion de l’espace qui doit rester public, gestion des déchets, accès des personnes à mobilité réduite, préservation du mobilier urbain, élaboration de la signalétique mémorielle, éclairage, sauvegarde des équipements en cas de forte houle….).…

Lire Plus =>

Valoriser le patrimoine martiniquais- La Fondation Clément et Hernando de Soto

Par Michel Herland - Faut-il le rappeler ? La Martinique n’a pas d’immenses richesses à exploiter en dehors de la solidarité nationale. On a vite fait le tour en effet de nos ressources propres : l’agriculture et la pêche ne représentent qu’environ 2 % du produit intérieur brut, dont 0,2 % pour la pêche et à peu près autant pour la filière canne (y compris le rhum). Les bananes constituent la quasi-totalité de nos exportations agricoles et l’on sait que, sans le soutien financier dont il bénéficie, ce secteur aurait déjà disparu. L’industrie (5 % du PIB) n’a pas d’avenir, en Martinique, au-delà de ce qui existe déjà : des produits alimentaires, pour l’essentiel, destinés au marché local à partir d’inputs le plus souvent importés. Les BTP, le commerce et les services en général occupent une part démesurée dans le PIB, ce qui correspond moins à la situation d’une économie moderne qu’à celle d’une « économie de consommation sans production », selon la formule consacrée. Il y a cependant un secteur qui ne représente aujourd’hui qu’une fraction dérisoire du PIB (3 %), à savoir le tourisme. Nul ne niera que la Martinique dispose à cet égard de précieux atouts et qu’elle pourrait augmenter notablement sa fréquentation, non pas certes en visant une clientèle tout azimut, mais, sans nul doute, celle de la France métropolitaine et des pays francophones (Canada, Belgique, Suisse) qui est dotée d’un pouvoir d’achat suffisant pour supporter des coûts inévitablement plus élevés chez nous que dans d’autres destinations. Et l’on ne doit évidemment pas oublier la clientèle des bateaux de  croisière qui est tombée à un niveau inacceptable.

Martinique : patrimoine à l’abandon

Par Michel Herland. La mise en valeur des sites naturels de notre île – dont nous avons souligné les faiblesses dans quelques articles récents – ne serait pas seulement un atout pour attirer les touristes. Elle profiterait à tous les Martiniquais. On peut en dire autant du patrimoine architectural : hélas ! il n’est pas l’objet de davantage de soins que les sites naturels. N’est-il pas pour le moins curieux que nos édiles, qui se gargarisent de la culture créole, ne voient pas les pépites qui parsèment encore nos communes – ou s’ils les voient ne manifestent aucun souci de les préserver ? Puisqu’il existe à l’UAG un centre de recherches sur les pouvoirs locaux, on lui suggère de lancer une enquête sur le comportement des élus à cet égard. Quelles peuvent bien être les raisons qui les conduisent à laisser disparaître, faute d’un minimum de soins, des trésors architecturaux (à notre échelle – il ne s’agit évidemment pas du Taj Mahal !) ? On en donnera cinq exemples, tous différents.

La reconstruction du Lycée Schoelcher

 

  I – BREF RAPPEL HISTORIQUE

 Création du lycée à Saint-Pierre

 Transfert à Fort de France après 1902 (Caserne Bouillé)

 Construction sur le site actuel (1920-1937)

 Transformation en lycée (fin du collège)

 Fermeture de l’internat

 Ouverture des Post-bac (BTS)

 

Du Collège national de Saint- Pierre au Lycée Schoelcher

 L’histoire du lycée Schoelcher nous enseigne qu’il a occupé 3 sites:

 – d’abord la ville de Saint- Pierre jusqu’à la catastrophe de 1902

 – puis la ville de Fort-de-France à l’emplacement de la caserne Bouillé, de 1902 à 1936

 et enfin son site actuel ( initialement appelé Bellevue) à partir de 1937.

 

Quelques dates clés

 1871 Le Conseil Général décide de doter la Martinique d’un établissement secondaire de plein exercice

 Le 6 déc 1880 Un arrêté du gouvernement de la Martinique crée

 le Collège National de Saint- Pierre au lieu dit Mouillage

 Le 2 mai 1881 Un arrêté transforme le Collège National en Lycée.…

Lire Plus =>