Archives du Jour:

« La radio des bonnes nouvelles » de Gerty Dambury

Quatre comédiennes se mettent en scène dans un 8 mars 2020 utopique : jour extraordinaire de la fin des inégalités entre les hommes et les femmes, et des injustices sexistes !
Elles choisissent de s’exprimer sur les ondes d’une radio qu’elles inventent sous nos yeux : La Radio des bonnes nouvelles. Elles s’échangent les rôles, s’improvisent gaiement « reportrice » spéciale, invitée spéciale et redonnent la parole à Ida Wells-Barnett, Angela Davis, Louise Michel, Théroigne de Méricourt, Gerty Archimède, Claudia Jones et Clarissa Dalloway, figures réelles ou fictionnelles du combat séculaire des femmes pour l’égalité et la liberté.
Des lumières fortes, des sons ironiques et tintinnabulants, l’heure est à la bonne humeur, accompagnée d’une musique solaire !
Scolaire le 31 à 9h30
Lynda Voltat – 0596 70 79 37
lvoltat@tropiques-atrium.fr
Jean-José Pellan – 0696 40 08 31
jjosepellan@tropiques-atrium.fr
20h – salle frantz fanon
Tarif C ¬ 25€€ 20€€ 8€
Jeudi 31 mai
Mise en scène : Gerty Dambury
Assistant mise en scène : Jalil Leclaire
Avec : Julie Duchaussoy, Martine Maximin & Marina Monmirel
Création lumière : Léo Courpotin
Musiciennes : Ariadine Boussetta & Eli
Environnement sonore : Antonin Barteau
Costumes : Annie Melza-Tiburce
Production : La Fabrique Insomniaque
Avec le soutien de : Anis Gras, Le lieu de l’autre & La Maison des Métallos
Soutien à la résidence artistique : CDN de Normandie
Gerty Dambury
Poète, dramaturge et metteuse en scène, elle est née à Pointe-à-Pitre.…

Lire Plus =>

Le griot Kassé Mady Diabaté, «la voix d’or du Mali», est mort

Il était surnommé « la voix d’or du Mali ». Kassé Mady Diabaté est mort jeudi 24 mai à Bamako à l’âge de 69 ans. Kassé Mady Diabaté était l’un des plus grands griots maliens, si ce n’est le plus grand.

Avec sa voix d’or, Kassé Mady Diabaté incarnait des pans entiers de l’histoire du Mali. Le chanteur était né en 1949 dans le petit village de Kéla, près de la frontière guinéenne, berceau de la civilisation mandé.

Fils d’un agriculteur et d’une ménagère, le jeune garçon travaille en chantant, dans les champs. Il reprend un répertoire millénaire : l’épopée de Soundiata Keita, fondateur de l’empire du Mali.

Kassé Mady Diabaté grandit et son père lui offre son premier ngoni, sorte de guitare traditionnelle malienne. Le chanteur intègre l’orchestre régional de Kangaba, puis Las Maravillas du Mali et le Badema National. C’est l’époque des orchestres d’État, des chanteurs fonctionnaires et de la glorieuse coopération avec Cuba.

En 1989, c’est le premier concert en Europe.…

Lire Plus =>

« Ici,au bord de l’ailleurs »… rencontre artistique autour du théâtre d’Alfred Alexandre

Mardi 29 mai à 18h45 à la B.U.

La BU du campus de Schoelcher est heureuse de vous inviter, mardi 29 mai à 18h45, à la représentation de « Ici, au bord de l’ailleurs », libre adaptation chorégraphiée et dansée par Laurent Troudart (Cie Art & Fact) de La Nuit caribéenne et de Le Patron, d’Alfred Alexandre.

La Nuit Caribéenne et Le Patron, sont deux pièces réunies en un recueil paru en 2016. Un seul ouvrage rassemblant des personnages, des cadres de temps, d’action et de lieux qui se renvoient en écho le singulier d’existences abîmées se débattant à huis clos. Métaphore de nos société antillaises guidées par une boussole incertaine, soumises à un ordre social étouffant, fatiguées d’elles-même mais toujours en demande, ces deux pièces d’Alfred Alexandre éclairent d’une lumière crue les marges où des âmes errantes se réunissent encore en d’improbables dialogues, soutenues par un instinct de survie à la flamme chancelante mais jamais éteinte.

Co-fondateur de la compagnie Art&Fact qui, depuis 2012, nous a livré plusieurs créations « interrogeant les héritages qui affectent les corps noirs ou les regards qui les enferment » (*), Laurent Troudart a souhaité se porter ainsi à la rencontre de ces deux textes selon une démarche de création relevant de la libre adaptation, et selon un angle d’approche particulier.…

Lire Plus =>

Les grands groupes français à l’assaut des salles de cinéma africaines

— par Hermann Boko —

Les grands groupes de l’industrie cinématographique française misent depuis quelques années sur les salles de cinéma en Afrique. Vivendi à travers son réseau CanalOlympia a déjà ouvert depuis 2017 huit salles de cinéma dans sept capitales africaines dont Dakar au Sénégal et Ouagadougou au Burkina Faso. D’ici la fin du second semestre 2018, le groupe Pathé-Gaumont, leader dans l’exploitation des salles en France va inaugurer son premier multiplex en Tunisie. Plusieurs décennies après leur fermeture, les salles de cinéma retrouvent leur public. Est-ce là, le signe d’un renouveau de l’industrie du cinéma en Afrique ?

Le groupe Vivendi peut se frotter les mains. Dix-huit mois après l’inauguration en janvier 2017 à Conakry en Guinée, de la première salle de cinéma du réseau CanalOlympia en Afrique subsaharienne, les résultats sont bien à la hauteur des attentes et des prévisions. « Et Ils sont même plus encourageants », se réjouit, chiffres à l’appui, un porte-parole du réseau qui contrôle maintenant huit salles de cinéma dans 7 pays d’Afrique de l’Ouest et centrale dont le Sénégal, le Burkina Faso et le Cameroun.…

Lire Plus =>